Accueil » 3 villes ensembles

La mauvaise leçon social-démocrate

7 juin 2007 1 797 vues Un commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

J’ai trouvé la lecture du Nouvel Obs’ de ce matin très intéressante, singulièrement, vous pouvez l’imaginer, l’article sur la 11ème circonscription de la Seine-Saint-Denis.

Un certain nombre de questions pertinentes sont posées par le journaliste Claude Askolovitch. On y parle de la volonté socialiste d’éradiquer le PC en Seine-Saint-Denis, de la social-démocratie et du credo politique de Dominique Strauss-Kahn. On y oppose « la ringardise communiste » obsédée par l’assistanat du peuple. Des thèses proches de celles développées par Patrick Devedjan qui veulent ancrer l’idée que « la misère en Seine-Saint-Denis est volontairement entretenue par les communistes ». Blessant et absurde.

Le développement économique n’est pas affaire de ringardise ou de modernité, il est affaire d’action et de volonté. En 30 minutes d’entretien avec Claude Askolovitch, il m’a été difficile de rendre compte de l’ensemble de mes initiatives et de mes idées pour la circonscription.

Je le regrette car du développement économique, je lui en aurais parlé pendant des heures. Je lui aurais montré mon agenda, je lui aurais parlé de mon travail au quotidien, de mes rencontres avec les entreprises de la plate-forme aéroportuaire (Aéroport de Paris, Delphi, France Handling, Veolia, Fedex…), de mes réunions de travail avec les partenaires économiques (Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, l’Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne, le Comité d’expansion économique de la Seine-Saint-Denis,…), de l’aide apportée au Figaro pour implanter une nouvelle imprimerie sur Tremblay, des nombreux dispositifs d’insertion et de formation, de mon combat pour permettre l’installation et le maintien d’un IUT en lien avec les métiers de l’aéroport. J’ai créé en 1998 avec 14 entreprises de Tremblay un Club Entreprise pour développer le tissu économique, mettre les acteurs économiques en réseau et travailler à la conquête de marchés. Neuf ans plus tard, ils sont près d’une centaine d’adhérents à ce cercle dynamique et moteur pour le territoire. J’ai fédéré un ensemble de partenaires autour du projet d’aménagement de la zone sud de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle. Ce projet va structurer et dynamiser le développement économique à venir de toute la région. Nous sommes parvenus à un accord pour permettre l’extension du Parc des Expositions sur Tremblay (300 000 m²), la création d’une Zone d’Activités Internationale de 110 hectares et la construction du centre de services et de commerces Aéroville qui permettra de créer 3000 emplois. A l’horizon 2011, ce sont plus de 12000 emplois qui sont attendus. Dois-je rappeler mon soutien à la création d’une gare de fret ferroviaire à grande vitesse et au rapprochement entre La Poste et la SNCF pour soutenir une telle activité ? Du dispositif Allobus que j’ai mis en place avec les Courriers d’Ile-de-France pour permettre à de nombreux employés de la plate-forme travaillant en heures décalées d’accéder à leur lieu de travail de jour comme de nuit?

Tout ce travail de longue haleine pour pérenniser et améliorer la vie de nos territoires empêche t-il un maire de rester fidèle aux valeurs humanistes qui sont les siennes ? Que faire face à l’urgence sociale ? Que faire lorsque des gens dorment dans la rue, lorsque des jeunes sont complètement désocialisés ? Culpabiliser ces gens fragiles comme le nouveau Président de la République nous y invite, ou ne rien faire et ne rien voir ? Il y a un devoir de solidarité, il y a un devoir d’humanité. Ce n’est pas être misérabiliste ou larmoyant que de le dire, c’est marquer sa différence face à un projet de société individualiste et régressif.

Etre strauss-kahnien ne suffit pas pour donner des leçons de modernité. Je ne crois d’ailleurs pas que DSK ait fait des miracles à Sarcelles, où il a été longtemps maire, où il est député de longue date et président de la Communauté d’agglomération Val de France. A ce jour, DSK n’a pas su empêcher à sa communauté d’agglomération d’être une des plus pauvres de France. Mais je ne lui en ferais pas reproche. Une collectivité ne saurait être tenue pour redevable de politiques qui se décident à l’échelon national.

Le séisme qui va secouer la gauche après les législatives posera la question de sa refondation. La gauche est en ruine, y compris celle qui prétend incarner la modernité. L’urgence demeure de lutter et de proposer une alternative à la politique de Sarkozy. Pour ma part, je n’ai eu de cesse que de vouloir rénover le Parti communiste. A plusieurs reprises, j’ai appelé de mes vœux cette refondation. La question ne peut plus être contournée aujourd’hui. Nous devons nous atteler au renouvellement et au dépassement des partis pour créer cette grande force de gauche capable de porter un projet de transformation sociale. Je serai de ce combat.

1 commentaire »

  • Stéphane Fouéré a écrit :

    Bonsoir François ASENSI,

    J’adhère complètement à l’idée de refonder non seulement la gauche mais le PCF.
    Tout cet air du temps actuel sur la nécessaire recomposition, rénovation, refondation…me rappelle le Manifeste paru dans Le Monde un certain 16 avril 1991 intitulé « REFONDATIONS » que j’avais signé (trois ans après mon adhésion au PCF, j’avais alors 22 ans)au pluriel, car au-delà d’une refondation politique, c’était déjà à l’époque évoquer la refondation de la société et de la démocratie !

    Je ne peux donc que savourer ce mot refondation qui redevient à la mode, mais malheureusement qui est mis à toutes les sauces !

    L’esprit de la refondation du PCF, de la gauche et plus globalement de la politique m’habite toujours, moi qui me suis affilié dès 1989 aux Refondateurs communistes. Je ne le regrette pas, la preuve en est faite aujourd’hui. Nous avions à l’époque raison mais sans doute avons-nous brûlé les étapes…

    François, je vous souhaite de tous coeur votre réelection, car face à une droite sans complexe qui va taper dur et très dur il nous faut le maximum de députés communistes, antilibéraux et progressistes qui je l’espère s’entendront pour former un groupe « communistes, antilibéraux et progressistes ».

    Bon courage à vous et aux militants pluriels à gauche qui vous soutiennent dans la dernière ligne droite de la campagne des Législatives 2007.

    St̩phane Fou̩r̩ РComit̩ de section du Mans (SARTHE)

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>