Accueil » ActualitĂ©s

Trafics de drogue : Ces situations que l’on rencontre dans des centaines de quartiers en France rĂ©vĂšlent l’impuissance et le dĂ©sengagement de l’État dans ses missions rĂ©galiennes malgrĂ© un discours sĂ©curitaire

30 mars 2010 2 351 vues 3 commentaires Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

Le reportage de la nouvelle Ă©mission « Haute dĂ©finition » intitulĂ© « Mon voisin est un dealer » tournĂ© Ă  Tremblay-en-France montre une rĂ©alitĂ© sur le trafic de drogue que la municipalitĂ©, la population de Tremblay dĂ©noncent depuis de nombreuses annĂ©es. On peut cependant s’interroger sur les conditions de ce reportage et les contreparties qu’a pu offrir TF1 aux trafiquants interviewĂ©s.

Ces trafics portent atteinte Ă  la libertĂ© d’aller et venir des habitants, leurs vies mĂȘmes sont contrĂŽlĂ©es. Elles reprĂ©sentent une pression physique et morale insupportable Ă  des populations qui subissent de plein fouet la crise Ă©conomique et sociale.

J’ai alertĂ© Ă  plusieurs reprises l’État sur ces situations. Il y a deux ans, j’ai tenu Ă  montrer ces lieux de non-droit Ă  M. Balland, prĂ©fet de l’époque en Seine-Saint-Denis. RĂ©cemment encore, j’ai dĂ©signĂ© nommĂ©ment, Ă  l’occasion d’une rĂ©union publique contre la violence, les lieux de la ville oĂč se dĂ©roulent ces exactions.

Ces situations que l’on rencontre dans des centaines de quartiers en France rĂ©vĂšlent l’impuissance et le dĂ©sengagement de l’État dans ses missions rĂ©galiennes malgrĂ© un discours sĂ©curitaire comme son incapacitĂ© Ă  apporter les rĂ©ponses sociales qu’exigent les quartiers en difficultĂ©.

Absence Ă©galement de l’État qui a refusĂ© l’aide de l’Agence nationale pour la rĂ©novation urbaine (ANRU) aux Tremblaysiens. Avec ses 3000 logements, cet ensemble d’habitat social est le plus vaste de Seine-Saint-Denis. VoilĂ  des Ă©lĂ©ments que le reportage se garde bien de mettre en lumiĂšre.

Dans ce contexte, je félicite les policiers du commissariat de Villepinte qui ont, ce jour, réussi une opération de grande envergure, dans un de ces lieux de trafic. Les Tremblaysiens ont droit à tous les services publics, y compris à ceux de la police et de la justice.

Je suis Ă©tonnĂ© qu’un individu qui se prĂ©sente et se comporte comme un chef mafieux et reconnaĂźt ĂȘtre armĂ© puisse s’exprimer impunĂ©ment sur une grande chaĂźne de tĂ©lĂ©vision. AprĂšs cette exhibition indĂ©cente, j’attends de la police et de la justice qu’il soit activement recherchĂ© et poursuivi, ainsi que ses complices et tous ceux qui prospĂšrent sur le trafic de drogue en terrorisant les habitants.

En conclusion, Tremblay-en-France c’est aussi une autre rĂ©alitĂ© que celle que TF1 a montrĂ© ce soir dans une Ă©mission racoleuse. Nos activitĂ©s sportives et d’éducation valent elles-aussi un Ă©clairage de la part d’une tĂ©lĂ©vision d’information. Les activitĂ©s culturelles, la promotion de la danse contemporaine qui lui vaut d’ĂȘtre reconnu Territoire de la danse, les nombreuses rĂ©ussites du thĂ©Ăątre Aragon, le festival du cinĂ©ma italien « Terra di Cinema » qui se dĂ©roule en ce moment mĂȘme au cinĂ©ma Jacques Tati, comme les activitĂ©s du conservatoire de musique, ou encore le festival « Le Chapiteau Bleu » qui met Ă  l’honneur les arts du cirque, nous placent Ă  l’avant-garde de la culture. Nos dispositifs d’accompagnement, vis-Ă -vis des jeunes, mais aussi des adultes, notre politique urbaine ambitieuse, toutes ces actions de la commune et de ses habitants, de ses associations gagneraient aussi Ă  ĂȘtre mises en valeur par les media nationaux.

3 commentaires »

  • Nicole a écrit :

    Il y a encore une semaine, on se demandait pourquoi les français n’allaient plus voter? Et bien l’Ă©mission de lundi est en autre l’une des rĂ©ponses. Que vĂ©hicule nos mĂ©dias? La tĂ©lĂ© poubelle, celle de caniveau, le bling-bling Sarkozien et son fan club people. Si la journaliste de TF1 avait pris la peine de regarder un peu autour d’elle Ă  Tremblay, elle aurait pu voir une autre ville. Une fois de plus on montre la Seine Saint Denis sous un jour noir, Ă  croire qu’il ne s’y passe rien le reste du temps. Cela fait 26 ans que j’habite Ă  Tremblay et cette ville m’est aussi chĂšre que celle qui m’a vu naitre. Certes, il ne faut pas nier l’existence des problĂšmes. Mais on ne peut manquer de s’interroger sur le choix du sujet de ce « pseudo-reportage », sur le choix du « guide » qui a trimballĂ© la journaliste dans la citĂ©. Et les acteurs, ont-ils Ă©tĂ© bien rĂ©munĂ©rĂ©s? Oui, la Police a bien fait de casser ce petit commerce.
    J’espĂšre que les habitants seront solidaires pour dissuader toute vellĂ©itĂ© de retour de squatteurs dans leurs immeubles. Non Ă  Tremblay on est pas chez soi partout ! et TF1 peut venir s’installer Ă  tremblay Ă  partir de samedi, il y a un 1/4 de finale de coupe d’Europe de hand et mardi soir la soirĂ©e de clĂŽture de Terra di Cinema….
    Nicole

  • carole a écrit :

    Monsieur Asensi,
    Je me permet de commenter vos propos.
    Je suis originaire de Tremblay.Je suis nĂ©e ici,je suis allĂ©e Ă  l’Ă©cole ici,j’ai grandie ici et cette ville est la mienne comme celle de tous les tremblaysiens.
    J’ai Ă©tĂ© profondĂ©ment choquĂ©e par cette Ă©mission!
    Ce n’est pas la ville que je connais,que je connaissais.
    Ma ville n’est pas un sanctuaire de voyous ou de dealers.
    Mais j’ai peur que dorĂ©navant elle soit entachĂ©e par cette mauvaise rĂ©putation.
    Au fil du temps,j’ai vu les agrandissements se faire,les rĂ©novations,la construction de l’OdĂ©on,du Do Jo,de la MosquĂ©e etc..
    J’ai vu les efforts pour une meilleure qualitĂ© de vie pour tous.
    J’ai participĂ©e comme beaucoup du temps de mon adolescence aux Ă©changes Tremblay/Marciano.
    Tremblay est aussi une ville oĂč les espaces verts sont plus que prĂ©sents,ce qui n’est pas le cas dans de nombreuses villes du dĂ©partement.
    Mon fils est nĂ© ici et bien que je sois partie de Tremblay il y a 2 ans pour des raisons de manque de logements,je l’ai inscrit Ă  l’Ă©cole ici pour la rentrĂ©e scolaire 2010.Je reviens dans ma ville avec toute l’affection que je lui porte.
    Mon pÚre de son vivant à été trÚs actif pour la ville de Tremblay.Il y était trÚs attaché et ma famille aussi.
    Je reste une tremblaysienne dans l’Ăąme et j’espĂšre que tous les moyens seront mis en oeuvres pour remĂ©dier Ă  ignoble situation.
    Je ne souhaite pas que Tremblay soit montrĂ© du doigt et considĂ©rĂ© comme une ville oĂč on doit avoir peur de vivre.
    Merci de me donner l’occasion d’expliquer ce qu’est rĂ©ellement Tremblay pour moi.
    Tremblay est MA ville et celle de tous les tremblaysiens qui y habitent et qui l’aime,quelque soit leurs couleurs,leurs confessions et leurs Ăąges.
    Faites en sorte qu’elle reste chĂšre Ă  notre coeur.
    Merci.

  • J-F BĂ©nĂ© a écrit :

    Pourquoi ne donner qu’aux seuls habitants de Tremblay la possibilitĂ© de signer la petition en ligne ? Je tiens Ă  manifester ma solidaritĂ© avec les habitants, les associations , les Ă©lus et tous ceux qui se dĂ©mĂšnent Ă  longueur d’annĂ©e pour tenter d’humaniser cette sociĂ©tĂ©….
    Exigeons un droit de réponse de TF1 !

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>