Accueil » Actualités

A propos de la candidature de José Bové et d’un article simplificateur de l’Humanité

22 janvier 2007 2 303 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

A 90 jours de la présidentielle, les forces anti-libérales, partis, associations, mouvement social, citoyens, ne se présentent pas dans le paysage électoral comme nous l’avions souhaité : unis sur un projet – il existe – et une ou un candidat commun.

Il y a deux manières d’apprécier cette situation :

L’une est de la déplorer – c’est fait – ou de vouloir à tout prix la défaite d’une ou plusieurs composantes de ce mouvement dans l’épreuve électorale. Ce serait la pire des choses, ce n’est naturellement pas mon choix.

L’autre est d’admettre que malheureusement les conditions ne sont nullement réunies, entre autres parce que les institutions, et singulièrement la présidentielle et le quinquennat, structurent comme jamais la vie politique et installent le bipartisme. D’où la prégnance des réflexes partidaires de formations comme le PCF et la LCR qui se replient sur leur identité et leurs structures.

Cela dit, expliquer seulement les difficultés du rassemblement par le poids des institutions conduit à sous-estimer et la volonté politique et la responsabilité des forces engagées dans le rassemblement. Reste que subvertir les institutions est consubstantiel du rassemblement lui-même.

Ce qui parait inéluctable, c’est la nécessité de faire converger toutes les forces vers un espace commun pour la transformation sociale. Cet objectif est devant nous. Ce nouvel espace prendrait les formes – de type confédéral ou autre – sur les fondements d’une visée commune à l’ensemble de l’arc anti-libéral. Il ne sera demandé à personne de s’effacer, mais que chacun apporte dans cette construction, qui ne peut être que la convergence de toute la diversité du mouvement, la valeur ajoutée de son patrimoine culturel et militant.

Je pense dès lors que l’apport communiste comme les autres apports sera une richesse. Le moment venu, chaque composante déterminera en toute indépendance le cheminement de son propre dépassement.

Dans le contexte actuel, la candidature de José Bové est utile, à côté d’autres candidats qui se réclament de la transformation sociale. Utile parce que les dizaines de milliers de signataires favorables à sa candidature et ceux des collectifs, qui ne s’inclinent pas après la décision de la LCR et du PCF de présenter leur chef de file, doivent se retrouver dans le débat de la présidentielle.

Le pire serait pour ces citoyens et ces militants de vivre dans le ressentiment et dans la frustration alors que le processus de construction du rassemblement doit se poursuivre sans exclusive dans une démarche d’éducation populaire qui aura pour centre de gravité la démocratie.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>