Accueil » ActualitĂ©s

Sur France 3 Ile-de-France, samedi 17 avril : "Il faut une société post-capitaliste"

18 avril 2010 2 188 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

Samedi, j’Ă©tais l’invitĂ© de l’Ă©mission « la voix est libre » sur France 3 Ile-de-France (retrouvez l’Ă©mission ici.)

Aux propos de Fadela Amara, j’ai tenu Ă  rĂ©pondre ce qu’est la rĂ©alitĂ© de l’engagement d’un Ă©lu de gauche pour sa ville : construire des Ă©quipements publics de qualitĂ© pour tous, permettre le soutien scolaire aux enfants, soutenir le tissu associatif… voila le travail d’un maire qui veut la justice sociale pour les habitants. Mais cela ne suffit pas. L’Etat doit dĂ©fendre l’Ă©galitĂ© republicaine sur tout le territoire. Le centre-ville de Tremblay, c’est 3000 logements sociaux et une paupĂ©risation croissante des personnes qui y  vivent. La rĂ©novation de la ville couterait, comme je l’ai dit dans l’Ă©mission, 140 millions d’euros. Si la ville devait Ă  elle-seule porter la rĂ©novation urbaine, il faudrait 10 ans d’investissement sans rien faire d’autre. Cela est impossible. Voila pourquoi la solidaritĂ© nationale doit jouer : Tremblay doit faire parti du prochain programme de rĂ©novation « ANRU 2 »

Nous avons aussi Ă©voquer les retraites, pour lequel je demande le maintien de l’age lĂ©gal de dĂ©part Ă  la retraite, parce que tout d’abord les Français le demande : ils veulent, aprĂšs une vie de labeur, bĂ©nĂ©ficier de cet acquis social. Les problĂšmes de financement sont surtout l’absence de choix politique. 70 milliards de niches fiscales, renverser la tendance par laquelle la richesse produite par les salariĂ©s est de plus en plus au profit du capital, voila des gisements de financement pour notre retraite.

Pour le Grand-Paris, il faut avant tout qu’aucun territoire ne soit laissĂ© pour compte du projet de developpement proposĂ© par MM Blanc et Sarkozy. La question centrale que doit poser le Grand-Paris est la suivante : comment rĂ©soudre les problĂšmes flagrants d’inĂ©galitĂ© entre les territoires. On ne peut continuer ainsi.

Enfin, les journalistes ont abordĂ© la question de mon engagement au sein du parti communiste francais. Le PCF a ratĂ© dans les annĂ©es 90 la rĂ©novation auquel il devait procĂ©der. Aujourd’hui, un front de gauche Ă©largi Ă  toutes les formations politiques qui souhaitent la transformation Ă©cologique et sociale peut avoir l’espoir de rassembler tous ceux qui veulent une gauche vraiment Ă  gauche. BĂątir une sociĂ©tĂ© post-capitaliste doit etre le ciment de cette nouvelle gauche qui peut majoritaire.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>