Accueil » ActualitĂ©s, Interventions auprĂšs du gouvernement

François Asensi se mobilise pour le cinéma indépendant

29 janvier 2008 2 506 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

François Asensi, qui a contribuĂ© au mouvement de soutien en faveur du MĂ©liĂšs Ă  Montreuil, a interpelĂ© Mme la ministre de la culture et de la communication sur l’avenir qu’elle souhaite rĂ©server au cinĂ©ma art et essai.

En 1955, l’Association française des cinĂ©mas art et essai (AFCAE) Ă©tait crĂ©Ă©e, Ă  laquelle cinq salles adhĂ©raient. En 1959, avec la crĂ©ation du ministĂšre de la culture et sous l’impulsion d’AndrĂ© Malraux, ils Ă©taient reconnus publiquement. En 1962, pour la premiĂšre fois, une commission de classement accorde Ă  cinquante salles le label Art et essai en France. En 2002, une rĂ©forme du classement Art et essai a Ă©tĂ© mise en oeuvre pour mieux prendre en compte les spĂ©cificitĂ©s de leur travail : politique d’animation, action en direction du jeune public, diversitĂ© des films Art et essai proposĂ©s, recherche et dĂ©couverte, situation gĂ©ographique et environnement socioculturel et enfin classement par Ă©tablissements et non plus par salles.

Aujourd’hui ces salles, avec 39 % des Ă©crans, rĂ©alisent 28,4 % des entrĂ©es, alors que les multiplexes en rĂ©alisent 51,9 % avec seulement 31 % des Ă©crans. Bien que cherchant parfois Ă  profiter de ce label dans leur multisalles, cette rĂ©partition actuelle ne satisfait pas les grands groupes (UGC et MK2 notamment) qui ont entrepris des manoeuvres de concentration contre le travail menĂ©e par le rĂ©seau art et essai. Sont ainsi engagĂ©es en peu de temps des actions qui vont toutes dans le mĂȘme sens : la baisse de la rĂ©tribution des distributeurs sur les entrĂ©es rĂ©alisĂ©es grĂące aux cartes illimitĂ©es, la carte commune UGC/MK2, des procĂšs contre le Comoedia, Ă  Lyon, le MĂ©lies, Ă  Montreuil et le projet du « Bijou » Ă  Noisy-le-Grand.

Devant ce qui reprĂ©sente une offensive manifeste contre toute forme d’aide au cinĂ©ma, le Gouvernement s’est contentĂ© de crĂ©er en septembre dernier, une mission sur « le cinĂ©ma et le droit de la concurrence ». Pourtant, tous les observateurs avertis savent que le cinĂ©ma français ne doit sa survie qu’Ă  l’existence d’un systĂšme d’aides multiples et adaptĂ©es. Le travail d’un rĂ©seau art et essai, soutenu par les collectivitĂ©s, en fait pleinement partie. Il permet la diversitĂ© des oeuvres, le maillage et l’amĂ©nagement territorial, l’initiation des jeunes. Cette offensive, menĂ©e au nom de la concurrence, met l’ensemble du dispositif actuel Ă  la croisĂ©e des chemins.

François Asensi souhaite savoir si le ministÚre de la Culture va continuer à défendre le cinéma art et essai. Il demande au gouvernement, au-delà de la mission récemment mise en place, quelle position le ministÚre va prendre vis-à-vis des multiplexes, et face aux concentrations qui se dessinent.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>