Accueil » Actualités, Développement durable, Transports

Mes actions et mes engagements pour l’environnement

16 janvier 2008 4 066 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Discours présenté dans le cadre du « Grenelle pour l’environnement de Villepinte », organisé par la candidate à la mairie de Villepinte et conseillère générale, Nelly Rolland

Bonsoir à tous,

Je tenais en premier lieu à remercier Nelly Rolland pour son initiative « un Grenelle pour Villepinte ».
Cela marque non seulement son entrée en campagne, que je tiens particulièrement à saluer.
Cela marque également une méthode de campagne, fondée sur l’écoute, le dialogue, le débat… pour le progrès social
C’est exactement ce dont a besoin cette ville…

Mais revenons au sujet pour lequel la candidate Nelly Roland m’a invité : comment allier l’action politique locale et le respect du développement durable ?

L’écologie est aujourd’hui au cœur du débat de société. Les élus doivent prendre leurs responsabilités, car les défis environnementaux auxquels nous sommes confrontés exigent une volonté politique forte et une détermination sans faille à y apporter des solutions. Mon action, en tant que Député, Maire de Tremblay-en-France et président du SEAPFA, place ainsi le développement durable au cœur d’un véritable projet politique.

En ce qui concerne la politique des transports, j’ai constamment formulé des propositions et appuyé des projets de développement de moyens de transports respectueux de l’environnement.
Je fus notamment à l’origine du tram-train Aulnay-Bondy dont le concept connaît aujourd’hui un succès grandissant.
Je soutiens également vivement le projet de développement du fret ferroviaire de nuit à grande vitesse, qui permettrait, outre une diminution des émissions polluantes, de réduire de manière significative la fréquence des vols aériens nocturnes, aujourd’hui très importante et nuisible à la tranquillité des habitants des quartiers proches des aéroports. Je travaille dans ce sens en étroite collaboration avec la SNCF et la Poste.

Mon engagement environnemental se traduit également par le développement du transport public dans les modes de déplacement.
La réorganisation du pôle gare du Vert-Galant
, en cours, tout comme les projets de restructuration des gares de Sevran-Livry, Beaudottes et Aulnay-sous-Bois, dont les études ont été pilotées par le SEAPFA, répondent au double objectif d’améliorer le confort des voyageurs et rendre plus attractif les transports collectifs par une amélioration de la qualité des services. Ces actions permettent ainsi de lutter contre l’usage excessif de l’automobile.
Cependant, beaucoup de choses nécessitent l’intervention de l’Etat pour financer des projets très coûteux. C’est pourquoi j’ai décidé de créer l’Association des Maires pour la défense de la ligne B du RER dans l’espoir de renvoyer les pouvoirs publics devant leurs responsabilités et solliciter des subventions à la hauteur des besoins des usagers de cette ligne. Les Assises pour la défense de la ligne B, que j’ai organisées à Tremblay-en-France, ont permis de faire naître une concertation fructueuse et décider du plan de rénovation de cette ligne, appelé RER B+.

Afin de diversifier les modes de déplacements, je me suis engagé dans une politique de développement des modes de déplacements doux, en aménageant plus de 60 km de pistes cyclables à Villepinte, Aulnay, Sevran et Tremblay. La réalisation d’une passerelle sur l’A104, dont la Ville de Tremblay-en-France a assuré le financement à hauteur de 60% de la part dévolue au SEAPFA, permet d’assurer une liaison douce (piétonne et cycliste) entre deux quartiers d’habitation et de nombreux équipements collectifs.

Nous menons également une politique active d’aménagement durable du territoire, qui veille à maintenir les grands équilibres écologiques et environnementaux, afin de préserver les besoins des générations futures.
J’ai, pour ce faire, mis en oeuvre un plan de paysagement sur ma commune qui a soustrait 500 hectares à l’urbanisation, offrant ainsi aux Tremblaysien un cadre de vie plus agréable.
J’ai également proposé la création d’un parc de 100 hectares autour du Ru du Sausset.
Je me suis longtemps battu à l’Assemblée nationale pour le classement du parc de la Poudrerie, site remarquable et unique dans notre département qui abrite une faune et une flore particulièrement riches. Face aux menaces qui pèsent sur ce lieu emblématique dont la gestion a été confiée par l’Etat à la Région, je ne peux que déplorer la position défendue par les maires de Vaujours et Villepinte qui ont refusé que la ville de Tremblay-en-France participe au financement de la part communale des frais de fonctionnement du parc. Cette opposition ne me permet pas de concrétiser ma volonté de contribuer à la préservation de cet espace naturel.

Dans le souci de lutter contre les nuisances sonores, j’ai demandé à plusieurs reprises à ce que soient étudiées, avec les partenaires concernés, les modalités de déplacement du circuit Carole, dès qu’un nouveau site d’accueil répondant aux attentes légitimes des motards sera trouvé. Les Villepintois attendent son déplacement depuis de nombreuses années.
Je suis intervenu à maintes reprises pour que l’aéroport du Bourget se dote d’un PEB (Plan d’exposition aux bruits), afin de déterminer, à ses abords, des zones de bruit à l’intérieur desquelles s’appliquent des contraintes d’urbanisme et éviter que des populations nouvelles ne viennent s’installer dans des secteurs susceptibles d’être exposés à un certain niveau de gêne sonore.

Le SEAPFA, que je préside, est lui aussi porteur de nombreux projets s’inscrivant dans la logique du développement durable.
Le syndicat intercommunal a créé et gère à ce titre quatre déchetteries qui permettant de recycler et valoriser les déchets des habitants résidant sur son territoire.
S’ajoute à cela la collecte sélective des ordures ménagères, afin de faire du tri un geste quotidien et facile dans les foyers.
Nous encourageons par ailleurs les habitants vivant en pavillon à s’équiper de composteurs individuels pour qu’ils puissent transformer les déchets verts et certains déchets ménagers en compost. Près de 6700 composteurs ont d’ores et déjà été distribués.

Pour lutter contre les gaz a effet de serre, je me suis engagé dès les années 1980 dans la filière géothermique qui permet aujourd’hui de chauffer avec une énergie propre près de 4000 logements à Tremblay, tout en diminuant la facture des usagers.
C’est également la raison pour laquelle la ville de Tremblay-en-France a engagé l’élaboration de son Bilan carbone dont l’objectif est de comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre imputables à l’activité municipale. Cette démarche volontaire constitue une première dans notre département et confirme ma détermination à lutter contre le réchauffement climatique. Je souhaiterais désormais qu’elle serve d’exemple à d’autres communes de Seine-Saint-Denis.

Ainsi, à l’échelle communale, aussi bien qu’à l’échelon intercommunal, nous faisons résolument le choix d’intégrer le volet environnemental à chacune des décisions que nous sommes amenés à prendre.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>