Accueil » Affaires internationales, Emploi

65 heures de travail hebdomadaire : Quand le rĂȘve libĂ©ral devient une rĂ©alitĂ© europĂ©enne !

16 juin 2008 2 082 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

Les fonctionnaires se mobilisent pour sauver le statut de la fonction publique, gravement menacée par le projet de loi de Nicolas Sarkozy.

Au nom d’un libĂ©ralisme qui ne peut supporter la rĂ©gulation, le partage, la justice sociale, l’Etat de Sarkozy s’emploie Ă  dynamiter l’Etat-providence.

Mais Nicolas Sarkozy n’est pas le seul Ă  « travailler » pour le libĂ©ralisme et contre les droits des salariĂ©s. L’offensive libĂ©rale est europĂ©enne.

Lundi soir, les ministres europĂ©ens ont dĂ©cidĂ© d’amener devant le Parlement une nouvelle rĂšgle : faire passer la durĂ©e maximale du travail Ă  65 heures par semaine (prendre connaissance de l’information).

Autrement dit, ce que veut le conseil des ministres europĂ©ens, c’est pouvoir faire travailler les salariĂ©s jusqu’à 11 heures par jour pendant 6 jours sur 7 ! La mesure serait individuelle. Soyons rassurĂ©s !

Bien entendu, lorsqu’on dira individuellement que leur entreprise est menacĂ©e de dĂ©localisation, c’est individuellement qu’ils accepteront de travailler plus
sans aucun contre-parti, et au seul bĂ©nĂ©fice des actionnaires ravis de voir la productivitĂ© augmentĂ©e pour rien ! Ce type de chantage Ă  l’emploi n’est pas nouveau.

C’est un nouveau recul historique des droits sociaux, pris sans aucune concertation dĂ©mocratique et dans un silence quasi-unanime.

Pire encore, cela est considĂ©rĂ©e comme une avancĂ©e par presque tous les pays membres 
 sauf pour l’Espagne, Chypre, la GrĂšce, la Hongrie et la Belgique qui se sont abstenus.

Mais pas la France ! Son ministre de l’Emploi, Monsieur Bertrand, y voit « la relance de l’Europe sociale ». Voila la façon de faire du « social » pour ce gouvernement. Travailler plus, toujours plus, encore plus
 Mais pour ce qui concerne le gagner plus : toujours rien !

Pour mémoire, la journée de 8 heures était votée en France en avril 1919, par le Parlement
 Voila le sens de la rupture voulue par Nicolas Sarkozy : remettre en cause un siÚcle de progrÚs social !

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>