Accueil » Emploi

De 35H Ă  48H travaillĂ©es par semaine : voilĂ  le progrĂšs social selon l’UMP !

10 juillet 2008 3 236 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

Le démantÚlement des 35 heures adoptée le mardi 8 juillet représente un recul social que je ne peux que vivement condamner.

En pratique, la durĂ©e lĂ©gale du temps de travail n’existe plus. Le recours aux heures supplĂ©mentaires est en effet largement assoupli, sans aucun contrĂŽle de l’Inspection du travail, et ce jusqu’à 48H par semaine !

Heures supplĂ©mentaires choisies ? Non, heures supplĂ©mentaires subies. Cette droite nĂ©olibĂ©rale et idĂ©ologique ne connaĂźt pas la rĂ©alitĂ© que vit quotidiennement le monde du travail. Dans les entreprises, le salariĂ© ne choisit pas l’organisation du temps de travail ; il est subordonnĂ© Ă  son employeur, comme le reconnaĂźt le droit du travail.

La droite, prĂ©tendument moderne nous fait revenir prĂšs d’un siĂšcle en arriĂšre. En 1919, la semaine de 48H Ă©tait votĂ©e par un Gouvernement de gauche. Et dĂ©jĂ  la famille Schneider, dirigeante historique de l’UIMM, nous expliquait que limiter le temps de travail Ă  48H, c’était tuer les entreprises et la croissance Ă©conomique. Les luttes sociales ont montrĂ© que plus de droits pour les salariĂ©s, c’était au contraire plus de richesses crĂ©Ă©es.

Pour les travailleurs soumis au forfait-jour, Ă  savoir les cadres, mais aussi l’ensemble des salariĂ©s autonomes, les accords d’entreprise ouverts par cette loi pourront autoriser jusqu’à 282 jours de travail par an ! Soit un jour et demi de congĂ© par semaine, sans aucun congĂ© payĂ© ! Le processus de dĂ©mantĂšlement du temps de travail entamĂ© depuis 2002 aboutit Ă  la suppression potentielle des jours de RTT et des jours fĂ©riĂ©s.

Certains ont pu croire se croire Ă  l’abri des coups portĂ©s par le Gouvernement. Les attaques contre les syndicats, les salariĂ©s, les fonctionnaires ne touchent qu’aux privilĂšges de corporations, a-t-on entendu dire. Mais maintenant que l’ensemble des travailleurs, cadres compris, est touchĂ© par ces attaques, la politique de Nicolas Sarkozy apparaĂźt sous son vĂ©ritable jour : un recul historique brutal qui sacrifie le temps de loisir indispensable Ă  l’épanouissement familial, culturel et social des individus.

Qui sacrifie Ă©galement la santĂ© de nos concitoyens : alors que les accidents de travail et les maladies professionnelles augmentent considĂ©rablement, l’allongement du temps de travail montre que le Gouvernement n’accorde guĂšre de prix Ă  la santĂ© des travailleurs.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>