Accueil » Emploi

De 35H à 48H travaillées par semaine : voilà le progrès social selon l’UMP !

10 juillet 2008 3 232 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Le démantèlement des 35 heures adoptée le mardi 8 juillet représente un recul social que je ne peux que vivement condamner.

En pratique, la durée légale du temps de travail n’existe plus. Le recours aux heures supplémentaires est en effet largement assoupli, sans aucun contrôle de l’Inspection du travail, et ce jusqu’à 48H par semaine !

Heures supplémentaires choisies ? Non, heures supplémentaires subies. Cette droite néolibérale et idéologique ne connaît pas la réalité que vit quotidiennement le monde du travail. Dans les entreprises, le salarié ne choisit pas l’organisation du temps de travail ; il est subordonné à son employeur, comme le reconnaît le droit du travail.

La droite, prétendument moderne nous fait revenir près d’un siècle en arrière. En 1919, la semaine de 48H était votée par un Gouvernement de gauche. Et déjà la famille Schneider, dirigeante historique de l’UIMM, nous expliquait que limiter le temps de travail à 48H, c’était tuer les entreprises et la croissance économique. Les luttes sociales ont montré que plus de droits pour les salariés, c’était au contraire plus de richesses créées.

Pour les travailleurs soumis au forfait-jour, à savoir les cadres, mais aussi l’ensemble des salariés autonomes, les accords d’entreprise ouverts par cette loi pourront autoriser jusqu’à 282 jours de travail par an ! Soit un jour et demi de congé par semaine, sans aucun congé payé ! Le processus de démantèlement du temps de travail entamé depuis 2002 aboutit à la suppression potentielle des jours de RTT et des jours fériés.

Certains ont pu croire se croire à l’abri des coups portés par le Gouvernement. Les attaques contre les syndicats, les salariés, les fonctionnaires ne touchent qu’aux privilèges de corporations, a-t-on entendu dire. Mais maintenant que l’ensemble des travailleurs, cadres compris, est touché par ces attaques, la politique de Nicolas Sarkozy apparaît sous son véritable jour : un recul historique brutal qui sacrifie le temps de loisir indispensable à l’épanouissement familial, culturel et social des individus.

Qui sacrifie également la santé de nos concitoyens : alors que les accidents de travail et les maladies professionnelles augmentent considérablement, l’allongement du temps de travail montre que le Gouvernement n’accorde guère de prix à la santé des travailleurs.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>