Accueil » 3 villes ensembles, ActualitĂ©s, Education

Non aux suppressions de postes d'enseignants dans l'académie de Créteil

24 janvier 2011 3 107 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

salle_de_classeA la rentrĂ©e 2011, 571 postes d’enseignants vont ĂȘtre supprimĂ©s dans l’acadĂ©mie de CrĂ©teil alors que les effectifs d’élĂšves augmentent. Au total, 16 000 postes d’enseignants seront supprimĂ©s en 2011 en France. Cette dĂ©cision est tout simplement inacceptable. Nous avons plus que jamais besoin de moyens matĂ©riels et humains suffisants afin de garantir la rĂ©ussite des Ă©lĂšves. En Seine-Saint-Denis, dĂ©partement qui concentre plus de difficultĂ©s qu’ailleurs, ces suppressions de postes vont aggraver une situation dĂ©jĂ  tendue.
J’ai donc adressĂ© un courrier au ministre de l’Education nationale Luc Chatel pour lui demander de revenir sur sa dĂ©cision. Un service public d’éducation de qualitĂ© doit ĂȘtre absolument prĂ©servĂ© afin que chaque jeune de ce dĂ©partement puisse accĂ©der aux savoirs et acquĂ©rir des compĂ©tences lui permettant d’accĂ©der Ă  l’emploi.

« Monsieur le ministre de l’Education nationale,

L’acadĂ©mie de CrĂ©teil va supprimer 571 postes d’enseignants. Au total, la Loi de Finance pour 2011 entĂ©rine la suppression de 16 000 postes d’enseignants. Depuis 2007, le budget de l’enseignement scolaire a Ă©tĂ© rĂ©duit de quatre milliards d’euros.
Vous dĂ©clariez Ă  l’occasion de la rentrĂ©e 2010 « Il nous faut impĂ©rativement agir, afin que chaque Ă©lĂšve puisse disposer de toutes les chances de construire sa rĂ©ussite. » avec pour mot d’ordre « passer de l’École pour tous Ă  la rĂ©ussite de chacun ». Je ne peux que constater le trĂšs net dĂ©calage entre vos dĂ©clarations et ce que la sphĂšre Ă©ducative vit au quotidien et tout particuliĂšrement en Seine Saint Denis.

L’annonce de ces suppressions de postes a provoquĂ© un Ă©moi considĂ©rable chez les enseignants et les parents d’élĂšves. L’inquiĂ©tude est rĂ©elle dans un dĂ©partement oĂč se concentrent les difficultĂ©s Ă©conomiques et sociales. De nombreux indicateurs prouvent que les besoins Ă©ducatifs sont Ă©normes. Ainsi, la Seine-Saint-Denis compte 65 collĂšges classĂ©s en Zone d’Education Prioritaire (ZEP) soit plus de la moitiĂ© du nombre total de collĂšges, le taux de rĂ©ussite au baccalaurĂ©at est infĂ©rieur de 12 points par rapport Ă  la moyenne nationale et plus de 40% des Ă©lĂšves de collĂšges sont issus de familles dĂ©favorisĂ©es. Or comme vous le savez, un enfant d’ouvrier a cinq fois moins de chances qu’un enfant de famille favorisĂ©e d’arriver Ă  un niveau d’excellence.

Ces suppressions de postes risquent fort d’aggraver une situation dĂ©jĂ  extrĂȘmement tendue. MalgrĂ© tout leur dĂ©vouement, les enseignants ont de plus en plus de mal Ă  remplir leurs missions, faute de moyens suffisants. Certaines classes se retrouvent dĂ©jĂ  surchargĂ©es. A terme, le soutien aux Ă©lĂšves en difficultĂ© sera rĂ©duit et il sera plus difficile d’accueillir les Ă©lĂšves en maternelle avant trois ans. Dans ma circonscription, le manque d’enseignants se fait dĂ©jĂ  cruellement sentir. Ainsi, Ă  Sevran, 458 demi-journĂ©es de classe non pas Ă©tĂ© assurĂ©es en primaire en 2010 en raison de l’absence de professeurs remplaçants.

Dans un dĂ©partement qui concentre une population jeune en proie Ă  de grandes difficultĂ©s sociales, l’école joue pourtant un rĂŽle fondamental. Elle contribue Ă  offrir une perspective d’avenir professionnel et Ă  transmettre les valeurs rĂ©publicaines et de citoyennetĂ© Ă  des jeunes parfois dĂ©sorientĂ©s. Des moyens importants doivent donc ĂȘtre investis pour garantir la qualitĂ© de l’enseignement en Seine-Saint-Denis et favoriser la rĂ©ussite scolaire de chacun des Ă©lĂšves. L’école est le creuset de notre pacte rĂ©publicain.

En effet, seule une politique Ă©ducative ambitieuse est Ă  mĂȘme de rĂ©duire les inĂ©galitĂ©s liĂ©es Ă  l’environnement social et familial. Dans certains territoires de Seine-Saint-Denis, le taux de chĂŽmage des jeunes s’élĂšve Ă  plus de 40%. Ce chiffre inquiĂ©tant ne doit pas ĂȘtre une fatalitĂ©. Pour exploiter tout le potentiel des jeunes de Seine-Saint-Denis, il faut absolument maintenir un nombre limitĂ© d’élĂšves par classe, renforcer les dispositifs d’aide aux Ă©lĂšves en difficultĂ© et augmenter le nombre de personnels non-enseignants au sein des Ă©tablissements.

Ce dĂ©partement requiert une forte et immĂ©diate mobilisation de l’Etat comme vous vous y engagiez, en septembre dernier, dans le recrutement des personnels pour proposer des solutions efficaces notamment dans les Ă©tablissements qui concentrent le plus de difficultĂ©s. Le MinistĂšre de l’Education doit donc  revenir sur sa dĂ©cision de rĂ©duire les effectifs d’enseignants dans l’acadĂ©mie de CrĂ©teil. Un service public d’éducation de qualitĂ© doit ĂȘtre absolument prĂ©servĂ© afin que chaque jeune de ce dĂ©partement puisse accĂ©der aux savoirs, acquĂ©rir des compĂ©tences lui permettant d’accĂ©der Ă  l’emploi. »

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>