Accueil » ActualitĂ©s

Réunion des antilibéraux à Romainville

31 janvier 2007 2 064 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

J’étais hier Ă  Romainville pour soutenir la liste Doussin/Weisselberg dans le cadre des Ă©lections municipales qui auront lieu le 11 fĂ©vrier. Vous le savez peut-ĂȘtre mais la situation politique Ă  Romainville est particuliĂšrement tendue depuis que Corinne Valls a Ă©tĂ© Ă©lue en 2002. Cette derniĂšre a perdu sa majoritĂ© en cours de mandat et a dĂ©missionnĂ© en fin d’annĂ©e derniĂšre. Ce microclimat suscite bien Ă©videmment l’incomprĂ©hension et le dĂ©sarroi des habitants.

Il m’a semblĂ© nĂ©cessaire d’apporter un soutien au candidat du rassemblement antilibĂ©ral. J’ai, d’ailleurs, lu rĂ©cemment que la maire dĂ©missionnaire conteste Ă  Jean-Marie Doussin « le monopole des antilibĂ©raux ». Soit, mais s’il n’en a pas le monopole, il en a au moins la confiance. Une confiance avĂ©rĂ©e par les prĂ©sences hier de Patrick Braouezec (PCF), ClĂ©mentine Autain (membre du collectif national) et Christian Piquet (LCR), pour ne citer qu’eux. Je trouve particuliĂšrement Ă©trange l’attitude de Corinne Valls qui n’hĂ©site pas Ă  se prĂ©senter en candidate unitaire de la gauche alors qu’elle a pour seul objectif de livrer Romainville aux socialistes. Des socialistes dont on peut se demander si leur ambition n’est pas de rĂ©duire Ă  nĂ©ant le Parti communiste en Seine-Saint-Denis.

J’ai Ă©videmment mon idĂ©e sur la question
et pour tout dire, je trouve trĂšs dĂ©plaisant la distorsion des actes et des paroles en politique. Le PS s’émeut de l’absence de pluralitĂ© dans le dĂ©bat public, il veut « refonder la dĂ©mocratie » mais il se complaĂźt dans le bipartisme dĂ©sastreux dans lequel la Ve RĂ©publique a entraĂźnĂ© la vie politique française. Le pluralisme ne doit pourtant pas se cantonner Ă  un slogan Ă©lectoral. Si le dĂ©bat public ne fait pas entendre toutes les opinions, si la reprĂ©sentation nationale ne s’ouvre pas Ă  toutes les sensibilitĂ©s, c’est la dĂ©mocratie qui est touchĂ©e, le pacte rĂ©publicain qui est remis en cause. Les Français ne s’y retrouvent pas et s’exaspĂšrent devant une compĂ©tition Ă©lectorale cadenassĂ©e. Toutes les tentatives, affichĂ©es ou implicites, qui visent Ă  faire triompher le bipartisme sont dangereuses. A Romainville comme partout ailleurs.

Cette rĂ©union a donc Ă©tĂ© l’occasion de rĂ©affirmer ce fort besoin de diversitĂ©. Des militants communistes, de la LCR, des Verts, mais aussi beaucoup de citoyens sont venus pour dĂ©battre, interpeller ou encourager notre dĂ©marche de transformation sociale. Le rassemblement antilibĂ©ral a devant lui un espace politique trĂšs important. Il est une alternative crĂ©dible aux politiques libĂ©rales mais aussi une construction politique inĂ©dite. Cette offre nouvelle doit, Ă  la fois, servir Ă  dĂ©passer les logiques d’appareil et permettre au citoyen de rĂ©investir la sphĂšre publique.

Je crois que l’échec de la candidature unitaire Ă  la prĂ©sidentielle ne doit pas nous faire oublier que la vie politique ne s’arrĂȘte pas lĂ . Au contraire, les Ă©lections locales, comme celles de Romainville, sont capitales dans la perspective de l’aprĂšs 2007. Il est essentiel de continuer le rassemblement lors des lĂ©gislatives puis lors des municipales de 2008. C’est la seule maniĂšre de garantir l’autonomie et la pĂ©rennitĂ© de la dynamique que nous portons. Des espoirs ont Ă©tĂ© soulevĂ©s aprĂšs la victoire du NON au rĂ©fĂ©rendum europĂ©en : nous avons donc une responsabilitĂ© Ă  assumer et des attentes Ă  satisfaire. Mobilisons-nous !

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>