Accueil » Actualités, Villepinte

Droit de réponse de François Asensi à la rédaction du Parisien, suite à l'article "Villepinte – premières tensions dans la majorité"

28 novembre 2008 1 715 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Permettez-moi de réagir à l’article du parisien de ce vendredi 28 novembre, à propos du dernier Conseil municipal de Villepinte.

Je note dans ce texte une phrase stigmatisante à mon égard et qui relève d’un véritable procès d’intention.

Je cite : « En filigrane de ces deux exemples se lit la question de la mainmise du député Asensi sur Villepinte ». La confusion rédactionnelle peut laisser supposer que ce jugement de valeur engage la rédaction du Parisien.

Dois-je penser que vous vous faites délibérément le porte-parole de ceux qui véhiculent ces propos d’ingérence afin d’opposer la ville de Villepinte et la ville de Tremblay, alors que jamais il n’a été aussi urgent que nos villes travaillent ensemble et qu’elles promeuvent une intercommunalité de projets dans l’intérêt des habitants de nos deux villes ? J’ajoute que ce travail en commun concoure à apaiser les tensions entre les jeunes de Tremblay et Villepinte et à les rassembler.

Je vous rappelle que dans des nombreux domaines nous travaillons ensemble dans le cadre du syndicat intercommunal sur l’aide aux personnes handicapées, le développement durable, les transports, l’aménagement et que lors des dernières élections municipales, les citoyens se sont prononcés pour que nous allions plus loin dans notre coopération.

Député de Villepinte, je veux redire ici que je tiens ma légitimité précisément de la confiance que m’accordent depuis de très nombreuses années les habitants de Villepinte, et plus généralement ceux de ma circonscription.

Elu de la Nation, j’estime qu’il appartient aux élus, dans un contexte de crise économique majeure pour notre pays, de prendre toute initiative politique favorisant la promotion des territoires et la solidarité pour ceux qui y habitent.

C’est le sens de ma proposition d’associer dans une coopération positive les villes de Villepinte, de Sevran et de Tremblay.

J’ai la faiblesse de croire qu’ainsi, je m’inscris, avec le Maire de Villepinte et le Maire de Sevran, dans le sens de l’histoire : à savoir s’engager pour le développement solidaire de nos territoires.

Je suis en droit d’attendre comme élu et citoyen que la presse concourre au pluralisme du débat et qu’elle n’ait pas, par des interprétations partisanes, la vocation à fausser le débat démocratique.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>