Accueil » ActualitĂ©s, Affaires internationales, Engagements, Interventions auprĂšs du gouvernement

SoulÚvements démocratiques dans le monde arabe: que fait la France?

15 fĂ©vrier 2011 2 901 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

Je me fĂ©licite du renversement des dictatures en Égypte et en Tunisie. Les peuples Ă©gyptiens et tunisiens ont fait preuve d’un courage admirable pour obtenir le dĂ©part de leur prĂ©sident. Il s’agit d’un Ă©vĂšnement majeur qui, je l’espĂšre, va inaugurer un processus de transition dĂ©mocratique dans le monde arabe et ailleurs. Je dĂ©plore nĂ©anmoins l’attitude de la France lors de ces soulĂšvements. Complice des rĂ©gimes Ben Ali et Moubarak, elle n’a pas su accompagner les peuples en lutte pour leurs droits. La diplomatie française ne sort pas grandie de ces Ă©vĂšnements. La dĂ©fense des intĂ©rĂȘts Ă©conomiques français prend toujours le pas sur le respect des droits de l’homme et l’Ă©mancipation des peuples.

J’ai dĂ©cidĂ© d’interpeler la Ministre des affaires Ă©trangĂšres MichĂšle Alliot Marie Ă  ce sujet.

« Madame la Ministre,

Je souhaite vous faire part de mon désarroi quant aux atermoiements de la diplomatie française face aux soulÚvements démocratiques qui ont eu lieu en Tunisie et en Egypte.

La France n’a en effet jamais apportĂ© un soutien franc et massif aux aspirations des peuples tunisiens et Ă©gyptiens Ă  plus de dĂ©mocratie. ExcĂ©dĂ©s par des rĂ©gimes prĂ©dateurs incapables de rĂ©pondre aux difficultĂ©s Ă©conomiques et sociales de son peuple, exaspĂ©rĂ©s par le manque de libertĂ©s et les atteintes aux droits de l’homme, ils ont dĂ» lutter avec beaucoup de courage pour renverser les dictateurs Ben Ali et Moubarak.

La diplomatie française est restĂ©e en retrait, allant mĂȘme jusqu’à proposer ses services au pouvoir tunisien. Ainsi, vous avez dĂ©clarĂ© le 11 janvier dernier Ă  l’AssemblĂ©e nationale vouloir faire profiter au rĂ©gime Ben Ali du «savoir-faire français en matiĂšre de sĂ©curitĂ© ». MĂȘme aprĂšs le dĂ©part de Ben Ali, la France n’a saluĂ© la rĂ©volution tunisienne que d’un communiquĂ© laconique « prenant acte de la transition dĂ©mocratique à  l’Ɠuvre en Tunisie ».

De mĂȘme, les mouvements demandant l’instauration de la dĂ©mocratie en Egypte n’ont reçu qu’un soutien timide des autoritĂ©s françaises. Le  dĂ©part de Moubarak n’a pas Ă©tĂ© obtenu grĂące aux pressions diplomatiques mais bien par la dĂ©termination des manifestants de la place Tahrir.

Cette attitude n’est en soi pas surprenante quand on sait que la France a toujours entretenu des relations trĂšs proches avec les rĂ©gimes de Ben Ali et Moubarak, mais elle jette un important discrĂ©dit sur la politique extĂ©rieure de la France.

La France a en effet toujours occupĂ© une place privilĂ©giĂ©e dans les relations internationales. Aux yeux de nombreux pays, elle continue d’incarner les idĂ©aux de justice, d’égalitĂ© et d’universalitĂ© des droits de l’homme. Aussi, le rĂŽle de la diplomatie française devrait ĂȘtre d’accompagner les aspirations des peuples vers plus de libertĂ©s, au moins en leur apportant un soutien verbal clair. Le respect de la souverainetĂ© des Etats est certes un principe fondamental du droit international. NĂ©anmoins, la France se doit d’affirmer haut et fort les principes des droits de l’homme, conformĂ©ment Ă  la DĂ©claration universelle des droits de l’homme de 1948 et Ă  la Charte des Nations Unies de 1945.

Au contraire, notre pays continue de recevoir en grande pompe des dirigeants Ă©trangers qui ne respectent pas les libertĂ©s fondamentales. De Khadafi Ă  Ben Ali en passant par le prĂ©sident du Kazakhstan Nazarbaiev, la France s’est trop longtemps compromise avec des rĂ©gimes autoritaires. Le maintien de bonnes relations Ă©conomiques, comprĂ©hensible dans un contexte de concurrence gĂ©nĂ©ralisĂ©e, ne doit pas prendre le pas sur nos valeurs. Notre diplomatie n’est pas uniquement au service de la dĂ©fense des intĂ©rĂȘts français, elle doit aussi porter un idĂ©al de paix et de libertĂ© dans le monde.

Par consĂ©quent, je souhaiterais ĂȘtre informĂ© de la doctrine de la France en matiĂšre de politique Ă©trangĂšre. Ainsi, je voudrais savoir si le rĂ©alisme politique et la dĂ©fense des intĂ©rĂȘts français prime sur le soutien Ă  l’égard des peuples qui militent pour le respect de leurs droits et l’installation de la dĂ©mocratie ».

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>