Accueil » Affaires internationales, Engagements

OTAN: les Français doivent ĂȘtre consultĂ©s

9 mars 2009 2 367 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

La dĂ©cision idĂ©ologique du PrĂ©sident Sarkozy concernant la rĂ©intĂ©gration de la France au commandement de l’OTAN, engagĂ©e sans aucune concertation du peuple français et de ses reprĂ©sentants, remet gravement en cause la politique de dĂ©fense et de sĂ©curitĂ© de la France et de l’Europe.

Le prĂ©sident revient sur la promesse d’un dĂ©bat avec les Français dans un « esprit de franchise et de droiture », la conclusion de ce dĂ©bat apparaissant d’ores et dĂ©jĂ  tranchĂ©e par les nĂ©gociations en coulisses engagĂ©es avec le PrĂ©sident Bush. Cette dĂ©cision fait voler en Ă©clat le consensus national sur la politique extĂ©rieure qui rassemblait la plupart des familles politiques, comme l’avait illustrĂ©e la non-intervention en Irak en 2003.

Cet Ă©lan atlantiste est d’autant plus incomprĂ©hensible qu’il intervient au moment oĂč l’OTAN est en pleine crise de lĂ©gitimitĂ©. L’intervention en Afghanistan et ses « bavures » meurtriĂšres commises contre les civils s’avĂšre ĂȘtre un regrettable Ă©chec qui loin d’apporter les fruits de la dĂ©mocratie et de la libertĂ© attise le ressentiment contre l’Occident.

Plus profondĂ©ment, la mission de l’OTAN a cessĂ© d’exister avec la chute de l’URSS et de la politique des blocs. Son maintien ne se justifie que par la recherche insensĂ©e de nouveaux ennemis. Refusant un nouvel Ă©quilibre mondial oĂč l’hĂ©gĂ©monie amĂ©ricaine serait contrariĂ©e par l’émergence de nouvelles puissances, l’OTAN est devenue le bras armĂ© des USA engagĂ©s dans une croisade manichĂ©enne et guerriĂšre contre les «ennemis de l’Occident ».

Face Ă  une OTAN porte-voix du nĂ©olibĂ©ralisme et maĂźtre de l’ordre mondial, il est plus que jamais impĂ©ratif de rĂ©affirmer le rĂŽle de l’ONU et la nĂ©cessitĂ© de dĂ©mocratiser son Conseil de SĂ©curitĂ©.

Le PrĂ©sident Sarkozy avait assurĂ© que la rĂ©intĂ©gration dans l’OTAN ne se ferait sans une contrepartie cruciale : la crĂ©ation d’une vĂ©ritable DĂ©fense europĂ©enne. Force est de constater que la PrĂ©sidence française de l’UE a piĂ©tinĂ© sur ce point et qu’aucune garantie n’a Ă©tĂ© obtenue jusqu’à prĂ©sent.

Mais de quelle DĂ©fense europĂ©enne parlons-nous ? En 2007, Nicolas Sarkozy a Ă©voquĂ© devant le CongrĂšs amĂ©ricain, une « Europe de la DĂ©fense crĂ©dible et forte au sein d’une Alliance rĂ©novĂ©e » qui se rĂ©sume Ă  une Europe appendice de l’OTAN et infĂ©odĂ©e aux intĂ©rĂȘts de la superpuissance amĂ©ricaine.

Alors qu’un monde multipolaire Ă©merge, l’affirmation d’une DĂ©fense europĂ©enne autonome, garante de la paix et respectueuse des autres civilisations est pourtant plus que jamais nĂ©cessaire pour assurer un nouvel Ă©quilibre gĂ©opolitique.

A rebours de l’histoire, dangereux pour la paix du monde, ce virage Ă  180 degrĂ©s de notre politique extĂ©rieure ne peut faire l’économie d’un dĂ©bat large et transparent devant les Français, ni de leur consultation par la voie des urnes.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>