Accueil » ActualitĂ©s

Appel Ă  Claude Evin pour le maintien de la cardiologie interventionnelle Ă  l'hĂŽpital Robert Ballanger

24 fĂ©vrier 2011 5 959 vues Un commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

L’ARS a Ă©mis un avis dĂ©favorable Ă  l’activitĂ© de cardiologie interventionnelle de l’hĂŽpital Robert Ballanger d’Aulnay-sous-Bois. Avec des Ă©lus et des professionnels de santĂ©, nous lançons un appel au directeur de l’ARS pour obtenir le maintien de cette offre de soins indispensables aux habitants de Seine-Saint-Denis.


Monsieur le Directeur de l’Agence rĂ©gionale de santĂ©,  l’HĂŽpital Robert Ballanger doit conserver son service de cardiologie interventionnelle !



L’unitĂ© de cardiologieballanger2 de l’hĂŽpital intercommunal Robert Ballanger est en danger.

L’Agence RĂ©gionale de SantĂ© (ARS), chargĂ©e par l’Etat de piloter la politique rĂ©gionale de santĂ© a rendu un avis dĂ©favorable Ă  la poursuite de son activitĂ© de chirurgie cardiaque interventionnelle. Si elle Ă©tait confirmĂ©e par le directeur de l’ARS, cette dĂ©cision menacerait Ă  terme le service de cardiologie.

Pourtant, avec un bĂątiment totalement remis Ă  neuf, du matĂ©riel de pointe et un personnel hautement qualifiĂ©, l’unitĂ© de cardiologie de Robert Ballanger dispense des soins de qualitĂ© et de proximitĂ© Ă  un bassin de population de 450 000 personnes, comprenant notamment le pĂŽle aĂ©roportuaire de Roissy Charles de Gaulle, les habitants d’Aulnay-sous-Bois, Blanc-Mesnil, Sevran, Tremblay-en-France, Villepinte et bien au-delĂ .

La dĂ©cision de l’ARS serait d’autant plus incomprĂ©hensible que le centre de cardiologie de Robert Ballanger dĂ©passe les seuils d’interventions requis et que l’hĂŽpital est pressenti comme « tĂȘte de pont » par l’ARS en matiĂšre d’urgences. La ConfĂ©rence rĂ©gionale de la santĂ© et de l’autonomie, rĂ©unissant les professionnels de santĂ©, s’est d’ailleurs prononcĂ©e pour le maintien de la cardiologie Ă  Ballanger en janvier dernier.

Ce service performant est indispensable dans un dĂ©partement oĂč la population est plus vulnĂ©rable aux risques mĂ©dicaux et oĂč la densitĂ© mĂ©dicale est insuffisante. En supprimant l’activitĂ© de cardiologie Ă  Ballanger, l’Etat prendrait la responsabilitĂ© d’aggraver encore les inĂ©galitĂ©s territoriales en matiĂšre de santĂ©.

Nous, Ă©lus, professionnels de santĂ©, patients et simples citoyens, nous refusons cette menace de fermeture du service de cardiologie de l’hĂŽpital Ballanger.
La politique de rĂ©duction des dĂ©penses ne peut prendre le pas sur la santĂ© des habitants de Seine-Saint-Denis. Les incertitudes sur le maintien de la cardiologie de Ballanger s’inscrivent dans un cadre plus large d’austĂ©ritĂ© budgĂ©taire qui affaiblit progressivement le service public hospitalier.

Nous redoutons l’instauration d’une mĂ©decine Ă  deux vitesses. Nous sommes fermement attachĂ©s Ă  la prĂ©servation du service hospitalier public, Ă  la pointe de l’excellence, et assurant pleinement sa mission d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral : l’égalitĂ© de tous devant l’accĂšs aux soins.

Elus, personnels mĂ©dicaux et patients du dĂ©partement, nous demandons solennellement au Directeur de l’Agence rĂ©gionale de santĂ© le maintien de l’angioplastie et du service de cardiologie de l’hĂŽpital Robert Ballanger.

Signataires :

François Asensi – PrĂ©sident du conseil de surveillance de l’hĂŽpital Robert Ballanger et dĂ©putĂ© de Seine-Saint-Denis.
Dr. Jean-Michel Montely – chef du service cardiologie et coronarographie de l’hîpital Robert Ballanger.
Nelly Roland – ConseillĂšre gĂ©nĂ©rale de Seine-Saint-Denis et maire de Villepinte.
Dr. Daniel Zarka – PrĂ©sident de la Commission MĂ©dicale d’Etablissement de l’hĂŽpital Robert Ballanger, chef du pĂŽle anesthĂ©sie, rĂ©animation, urgence.
Pierre Laporte – Conseiller gĂ©nĂ©ral de Seine-Saint-Denis.
Dr. Jean-Pierre Maroni – Cardiologue à l’hîpital Robert Ballanger.
Dr François Walylo – Cardiologue spĂ©cialisĂ© en cardiologie interventionnelle Ă  l’hĂŽpital Robert Ballanger
Dr. Olivier Middleton – MĂ©decin gĂ©nĂ©raliste – Directeur de division du pĂŽle santĂ© de Tremblay-en-France.
Marie-France Waterlot – reprĂ©sentante des usagers UDAF 93.
Dr. Bernard Bernex – MĂ©decin gĂ©nĂ©raliste Ă  Sevran.

Je vous invite Ă  signer cet appel en envoyant vos coordonnĂ©es Ă  l’adresse suivante: francois.asensi@gmail.com

1 commentaire »

  • Nicole a écrit :

    Au moment ou l’Ă©tat fait des grandes dĂ©clarations sur la nĂ©cessitĂ© de maitriser les dĂ©penses publiques, fermer un service hospitalier qui vient d’ĂȘtre rĂ©novĂ© est une abĂ©ration. Ainsi, ce mĂȘme Etat qui par le biais de l’ARS valide les dĂ©cisions de modernisation d’un service hospitalier, dĂ©cide quelques mois plus tard lorsque les travaux sont rĂ©alisĂ©s de le fermer.
    La mĂ©decine n’est pas une marchandise, et la santĂ© ne peut se quantifier en terme de rentabilitĂ©. Au lieu de fermer des services de proximitĂ© qui peuvent ĂȘtre aussi des lieux de prĂ©ventions et donc des sources d’Ă©conomies matĂ©rielles pour les organismes sociaux, il serait plus judicieux de continuer Ă  proposer aux citoyens une offre de santĂ© de qualitĂ©.
    En diminuant le nombre de soignants, et en fermant les services, l’Etat renforce dans l’inconscient collectif une image nĂ©gative de l’hopital public et de la qualitĂ© des soins qui sont donnĂ©s. Nous serons au cĂŽtĂ© de nos Ă©lus et des personnels pour dĂ©fendre la mĂ©decine pour tous.
    Nicole

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>