Accueil » Affaires internationales, Engagements

Le manque d'ambition de la politique culturelle extérieure de la France

23 mars 2009 2 481 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Le Député est intervenu auprès du ministre des Affaires étrangères pour protester contre la réorganisation de la culture française à l’étranger. Depuis plusieurs années, ses crédits sont sacrifiés sur l’autel de la restriction budgétaire, alors que le soutien financier au militarisme ne se dément pas. De nombreuses structures sont contraintes de fermer, remettant en cause l’accès de tous aux Å“uvres artistique françaises.

M. François Asensi attire l’attention de Monsieur le ministre sur la baisse des crédits accordés à l’action culturelle internationale de la France.

L’année 2009 marque le centenaire de la création du Bureau des œuvres, point de départ d’une action culturelle ambitieuse de la France en dehors de ses frontières.

Loin de générer un regain d’attention, cet anniversaire est célébré par une nouvelle baisse des crédits consacrés à ce programme du Ministère jugé non prioritaire. Les fermetures d’instituts culturels, les suppressions de programme et la réduction des personnels, adoptées dans le cadre de la loi de finances pour 2009, mettent gravement en péril la diffusion à l’étranger de la culture française sous toutes ses formes.

Le soutien financier du ministère aux alliances françaises s’assèche tout comme que le nombre de postes d’expatriés qui leur sont consenties. Considérer le rayonnement de la France à la seule aune de notre puissance militaire ou diplomatique serait une faute lourde, alors que nos pays partenaires font de manière croissante le pari de l’influence culturelle et artistique.

Il aimerait savoir si le ministre entend plafonner la gratuité de l’enseignement pour les enfants d’expatriés en instaurant des conditions de ressources, ce qui permettrait de réorienter ces crédits au soutien des organismes culturels à l’étranger.

Il souhaite connaître les mesures envisagées dans le cadre de la réforme de la politique culturelle extérieure de la France afin de soutenir davantage l’action des alliances françaises.

Dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, une réduction du périmètre d’action du ministère est à l’étude et concernerait la politique culturelle à l’étranger.

Sous couvert de rationalisation, la pénurie des moyens de diffusion culturelle et d’enseignement de la langue française devient la règle depuis plusieurs années. Elle s’accompagne d’une externalisation accrue de ces missions de service public qui va à l’encontre d’un accès de tous à aux biens culturels non-marchand. Une mondialisation maîtrisée doit au contraire donner priorité au dialogue des cultures et à la diffusion démocratique des arts et des savoirs.

Il souhaite savoir si le ministre entend, dans le cadre de la création d’une direction des politiques culturelles, conserver un réseau dense d’institutions à statut public dans l’ensemble des aires géographiques et limiter clairement le recours à des opérateurs privés à but lucratifs.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>