Accueil » 3 villes ensembles, Actualités

Solidarité avec les syndicalistes de l'hôpital René Muret

25 février 2011 3 944 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Retrouvez ma déclaration de soutien  aux syndicalistes de l’hôpital René Muret-Bigottini de Sevran convoqués par la police du 7 au 10 mars:


« Je tiens à exprimer toute ma solidarité aux quatre syndicalistes de l’hôpital René Muret Biggotini de Sevran qui font l’objet d’une plainte de l’AP-HP suite au mouvement social de mars dernier. Ces salariés en lutte contre le plan de restructuration de l’AP-HP avaient retenu la direction quelques heures pour obtenir une meilleure prise en compte de leurs revendications. Ils sont convoqués du 7 au 10 mars à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes à Paris pour répondre de leurs faits.

Je ne cautionne pas l’usage de moyens d’actions contraires au droit. Mais comment ne pas comprendre l’exaspération des salariés des hôpitaux ? Leur colère est tout à fait légitime au regard de la politique du gouvernement en matière de santé. La fameuse RGPP puis la loi HPST en 2009 ont entraîné une diminution considérable des crédits attribués à la santé. Le gouvernement cherche à « rationaliser » l’offre de soin sur le territoire pour réaliser des économies. La conséquence : des milliers de postes supprimés, des services de santé qui ferment, les prix qui augmentent pour les usagers. Les principes d’égalité, de gratuité et de proximité des soins auxquels nous sommes tant attachés sont de plus en plus sévèrement remis en cause.

Le « plan stratégique » de l’AP-HP, qui prévoyait 5700 suppressions de postes et contre lequel les salariés de René Muret se sont battus, participait de cette logique de démantèlement du service public hospitalier.

C’est pourquoi je soutiens les revendications des quatre syndicalistes visés par la plainte de l’AP-HP. Je déplore la décision de l’AP-HP de porter plainte dans la mesure où le mouvement social s’est déroulé sans violences ni dégradations majeures. Cette attitude est d’autant plus inattendue que la direction de l’hôpital et les responsables de l’AP-HP qui avaient été retenus par les salariés s’étaient engagés à ne pas poursuivre les organisateurs de l’action. J’avais d’ailleurs joué les bons offices lors de la négociation. Plusieurs mois après les faits, il aurait été préférable de jouer l’apaisement en ne poursuivant pas ces salariés en justice.

Aussi, je demande solennellement  à l’AP-HP de retirer sa plainte contre les quatre syndicalistes de René Muret. Je demande à la direction de faire preuve de plus de compréhension face aux inquiétudes légitimes suscitées par les plans de rigueurs mis en œuvre dans le secteur hospitalier.

J’appelle à la mobilisation pour soutenir les syndicalistes convoqués du 7 au 10 mars. La liberté syndicale est un droit qui ne saurait être entravé. Je condamne toutes les formes de pressions qui peuvent toucher l’action syndicale.

En tant que député, je suis solidaire des revendications du personnel de René Muret.

Ils peuvent compter sur ma détermination à leurs côtés. »


Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>