Accueil » Sevran

Contre la menace xénophobe, le dimanche 27 mars, faisons barrage au Front national

25 mars 2011 3 970 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

La modification des rĂšgles Ă©lectorales planifiĂ©e il y a quelques mois par la majoritĂ© UMP a pleinement jouĂ© contre le pluralisme dĂ©mocratique et pour le Front national, lors du premier tour des Ă©lections cantonales de Sevran. MalgrĂ© un score remarquable du candidat du Front de gauche, qui a plus que doublĂ© le nombre de voix obtenues aux Ă©lections rĂ©gionales de 2010, ce mode de scrutin Ă©limine Arnaud Keraudren du second tour au profit du candidat d’extrĂȘme-droite, pour un Ă©cart de 49 voix. Je regrette que les Sevranais soient ainsi privĂ©s d’un vrai dĂ©bat de second tour.

Naturellement, le 27 mars, je vous invite à vous mobiliser massivement pour faire barrage au Front national, à ses idées xénophobes et antisociales que nous combattons.

Naturellement, j’appelle Ă  voter pour le candidat Europe Ă©cologie, Jean-François Baillon, lors de ce deuxiĂšme tour des Ă©lections cantonales.

La dĂ©faite du Front national dans les urnes est primordiale. La dĂ©faite de ses idĂ©es xĂ©nophobes l’est plus encore. Elus, militants, responsables associatifs et citoyens, c’est une tĂąche que nous devons accomplir inlassablement en faisant vivre le lien social, les valeurs de solidaritĂ© et de fraternitĂ©. Vous connaissez ma dĂ©termination sur ce sujet.

La majoritĂ© sarkozyste n’a reculĂ© devant aucune instrumentalisation depuis trois ans. Lors du dĂ©bat sur la supposĂ©e « identitĂ© nationale », en 2009, j’avais mis en garde contre ses effets dangereux Ă  la tribune de l’AssemblĂ©e nationale : « Des amalgames abjects se dĂ©veloppent entre français d’origine immigrĂ©e, Ă©trangers, dĂ©linquants, dans les circulaires ministĂ©rielles. Les reprises des slogans du Front National par des reprĂ©sentants de l’Etat heurtent, je le crois, tous les rĂ©publicains. Vous ouvrez une boĂźte de Pandore dont nul ne connait l’issue  ».

Sous les effets dĂ©vastateurs de la crise du capitalisme financier, l’esprit de repli et de division a gagnĂ© une partie de la population, au-delĂ  d’un l’électorat conservateur dĂ©sillusionnĂ© par la prĂ©sidence Sarkozy. Combattre les idĂ©es du Front national, c’est aussi apporter des solutions nouvelles Ă  la souffrance sociale qui s’exprime dans notre pays.

Combien d’électeurs m’ont dit ces derniĂšres semaines qu’ils ne voteraient pas lors des cantonales car selon eux : « La gauche ou la droite, c’est la mĂȘme chose » ? La politique d’accompagnement du libĂ©ralisme dĂ©fendue par une partie de la gauche, au sein du FMI ou du Parlement europĂ©en, a largement contribuĂ© Ă  ce dĂ©senchantement de la politique et Ă  la crise dĂ©mocratique que nous traversons. Je ne rappellerai pas l’adoption dĂ©sastreuse de l’ultralibĂ©ral TraitĂ© de Lisbonne contre la souverainetĂ© populaire exprimĂ©e lors du rĂ©fĂ©rendum de 2005, grĂące au vote d’abstention de dĂ©putĂ©s socialistes et verts.

Pour lutter contre une abstention Ă  chaque Ă©lection plus massive, et faire reculer le vote d’extrĂȘme droite, la gauche de transformation sociale a une grande responsabilité : redonner l’espoir d’une autre sociĂ©tĂ©, plus juste, respectueuse des hommes et de leur environnement.

La dynamique enclenchĂ©e autour du Front de gauche, dynamique Ă  Ă©largir Ă  l’ensemble des citoyens et des mouvements de transformation sociale, porte cette ambition, Ă  Sevran comme dans tout le pays.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>