Accueil » Affaires internationales, Engagements

Mon message pour les 26 ans de Salah Hamouri

26 avril 2011 4 213 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

FA et Denise Hamouri(1)_220411_SB_036Le 22 avril , Denise Hamouri et le ComitĂ© de soutien Ă  Salah organisaient un rassemblement Ă  l’HĂŽtel de ville de Paris, pour demander la fin de l’emprisonnement arbitraire en IsraĂ«l du jeune  franco-palestinien, Ă  l’occasion de ses 26 ans.

La mĂšre de Salah Ă©tait prĂ©sente pour lire un message Ă©mouvant et fort Ă©crit par Salah depuis sa prison. Aux cĂŽtĂ©s de Jean-Claude Lefort, dĂ©putĂ© honoraire et animateur du ComitĂ© de soutien, j’ai prononcĂ© ce message de soutien Ă  Salah :

« Mesdames, Messieurs

Salah fĂȘtera lundi ses 26 ans. Une nouvelle fois, il fĂȘtera son anniversaire dans la prison de Guilboa, au nord d’IsraĂ«l, loin de ses amis et de ses proches.

Je sais la douleur que cette idĂ©e reprĂ©sente pour sa famille, et particuliĂšrement pour sa mĂšre, Denise Hamouri. Nous la partageons autant qu’il est possible et je crois essentiel d’ĂȘtre rĂ©uni aujourd’hui pour dire notre dĂ©termination Ă  voir Salah Hamouri libĂ©rĂ© au plus vite.

C’est une exigence que portent et que continueront de porter les dĂ©putĂ©s communistes et rĂ©publicains. En leur nom, je tiens Ă  tĂ©moigner aux proches de Salah Hamouri et Ă  sa mĂšre Denise tout notre soutien et toute notre affection.

6 annĂ©es de dĂ©tention injuste, c’est trop. Une seule journĂ©e de prison de plus pour Salah, c’est dĂ©jĂ  l’arbitraire. 6 annĂ©es d’injustice, ce n’est plus supportable.
Salah Hamouri est un innocent. Nous ne cesserons de le dire.
Nous ne cesserons de rĂ©clamer la justice pour ce jeune homme dont la jeunesse est sacrifiĂ©e. Comment supporter la pensĂ©e qu’un quart de sa vie lui ait Ă©tĂ© volĂ© ?

N’ayons pas peur d’employer le terme, car il est conforme Ă  la rĂ©alitĂ© : Salah Hamouri est un prisonnier politique.
Au final, que lui est-il reprochĂ© ? Son engagement pacifique en faveur du droit des Palestiniens en IsraĂ«l et de la reconnaissance d’une Palestine libre et souveraine.
Pourquoi ne bĂ©nĂ©ficie-t-il pas d’une libĂ©ration anticipĂ©e ? Parce qu’il refuse d’exprimer des regrets. Mais pour quelle raison devrait-il renoncer Ă  son combat politique, qui est celui du respect du droit international et du droit des peuples Ă  disposer d’eux-mĂȘmes ?
AprĂšs avoir brisĂ© sa libertĂ©, on voudrait lui ĂŽter sa dignitĂ© en obtenant son renoncement. La dignitĂ© de Salah Hamouri dans cette terrible Ă©preuve est remarquable. Elle insupporte ceux qui l’ont injustement condamnĂ©.


En dĂ©cembre dernier, j’ai pu rencontrer Salah en prison, en marge d’une dĂ©lĂ©gation officielle du groupe d’amitiĂ© France – Territoires palestiniens de l’AssemblĂ©e nationale. Sa force de conviction et sa dĂ©termination force l’admiration. J’ai rencontrĂ© une conscience apaisĂ©e, un esprit courageux et lucide sur son bon droit et celui des Palestiniens. Salah m’a dit qu’il faisait du sport, lisait beaucoup, discutait avec les autres prisonniers politiques. Il tĂąche de conserver le plus de liens possibles avec l’extĂ©rieur.
Il met Ă  point d’honneur Ă  ne pas cĂ©der un centimĂštre de son humanitĂ© face Ă  l’injustice.


Salah reçoit de plus en plus de visites dans sa prison de la part d’élus et de militants. Il m’a dit Ă  quel point ces fenĂȘtres sur le monde sont prĂ©cieuses pour lui, mais aussi pour ses co-dĂ©tenus, pour lesquels il se bat. Sentir la mobilisation autour de sa libĂ©ration permet de rĂ©sister Ă  la torture mentale de l’enfermement. Salah reçoit de plus en plus de soutiens, de sensibilitĂ©s politiques diverses, bien au-delĂ  des sympathisants de la cause palestinienne. Cela doit beaucoup Ă  l’action de Jean-Claude Lefort, qui fait un travail remarquable Ă  la tĂȘte de son comitĂ© de soutien. Aux cĂŽtĂ©s de Denise Hamouri, il y met toute son Ă©nergie, toute son expĂ©rience, tout son cƓur.

Des avancées sont perceptibles : nous pouvons nous féliciter que le ministre des Affaires étrangÚres reconnaisse enfin clairement le caractÚre arbitraire de la détention de Salah.
Il serait inconcevable que cette avancĂ©e ne se traduise pas dĂ©sormais par une mobilisation totale de notre diplomatie pour obtenir sa libĂ©ration. Le « deux poids, deux mesures » n’est plus acceptable dans le traitement de nos compatriotes emprisonnĂ©s Ă  l’étranger. J’ai demandĂ© au PrĂ©sident de la RĂ©publique qu’il accepte enfin de vous recevoir, Madame Hamouri, Ă  l’ElysĂ©e, avec d’autres parlementaires. Il est incomprĂ©hensible que cette marque de la solidaritĂ© de la Nation, offert Ă  d’autres familles, vous soit refusĂ©e.

Enfin, en cĂ©lĂ©brant avec tristesse mais aussi espoir l’anniversaire de Salah Hamouri, nous nous battons pour lui, mais aussi plus largement pour la cause palestinienne. Je sais qu’il tient beaucoup Ă  cette dimension de la mobilisation. Car pour que ses annĂ©es de dĂ©tention ne soient pas vaines, je crois que la meilleure des maniĂšres, c’est aussi de lutter pour les idĂ©es de Salah, autant qu’il le ferait s’il Ă©tait libre et Ă  nos cĂŽtĂ©s. Nous avons la responsabilitĂ©, nous qui sommes Ă  l’extĂ©rieur, d’Ɠuvrer pour la reconnaissance des droits des palestiniens.

Aujourd’hui, nous sommes Ă  la croisĂ©e des chemins au Proche-Orient. Face aux manƓuvres du gouvernement israĂ©lien qui rogne chaque jour la viabilitĂ© du futur Etat palestinien, il est grand temps pour la France de prendre des actes forts. Par le passĂ©, notre pays a su affirmer une voix forte dans le concert des nations, et se montrer fidĂšle Ă  ses idĂ©aux de libertĂ© et de justice.
Je pense Ă  la condamnation de la guerre du Vietnam par le gĂ©nĂ©ral de Gaulle Ă  Phnong Penh, au retrait du commandement intĂ©grĂ© de l’OTAN ou plus rĂ©cemment au refus de la guerre en Irak.
La France doit retrouver sa crédibilité sur la scÚne internationale, et notamment son rÎle essentiel dans le dialogue avec le monde arabe.

En fĂ©vrier dernier, j’avais demandĂ© au Premier ministre que la France reconnaisse enfin la souverainetĂ© de l’Etat palestinien sur les frontiĂšres de 1967 et avec JĂ©rusalem-Est comme capitale. Le gouvernement avait bottĂ© en touche.


Il n’est dĂ©sormais plus possible d’attendre face aux impasses du processus de paix. La France doit dĂ©cider, dĂšs cette annĂ©e, de reconnaĂźtre l’Etat palestinien.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>