Accueil » 3 villes ensembles

Déclaration sur le mouvement de grève des conducteurs de la CIF

11 mai 2011 10 559 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Déclaration de François Asensi

Le 10 mai 2011

La grève des chauffeurs de bus des Courriers Île-de-France entame son huitième jour.

Je me réjouis que les principales revendications des salariés aient été entendues par la direction concernant une augmentation de leur salaire, une prime de transport de 40 € et une participation plus importante de l’entreprise aux cotisations versées par les salariés à leur mutuelle.

Ce conflit a été particulièrement tendu et je déplore les dérapages et les violences qu’il a pu engendrer. Mais ces difficultés ne devraient pas empêcher un accord qui présente des avancées pour les chauffeurs de bus dont les conditions de travail sont assez éprouvantes.

La poursuite du conflit pénalise les habitants de la Seine-Saint-Denis privée des moyens de transports publics.

L’accord n’a pu être signé, la direction refusant d’inclure dans le protocole la clause pour « annulation des sanctions et procédures » qui pourraient être prises contre les grévistes à l’issue du conflit.

Je regrette que l’accord soit bloqué pour ces raisons. Je demande à la direction des CIF, marquant ainsi sa volonté d’apaisement, de signer l’accord en l’état et de permettre aux chauffeurs de bus de reprendre leur travail dans les meilleurs délais possibles.


Communiqué de François ASENSI

Le 6 mai 2011

Le conflit social au sein des Courriers d’Ile-de-France s’aggrave et entre dans son cinquième jour. Je tiens à apporter mon soutien aux conducteurs de bus des CIF qui exercent un métier exigeant avec une grande conscience professionnelle. Ces salariés assument des horaires de travail éprouvants et font face à la dégradation du lien social, car leur motivation est d’offrir aux usagers des transports un service public de qualité.

Les revendications des salariés de la CIF doivent être entendues dans le cadre des dispositions  salariales prévues par leur convention collective. Je souhaite qu’une issue soit trouvée au plus vite dans ce conflit. C’est l’intérêt des partenaires sociaux et celui des habitants de Seine-Saint-Denis actuellement privés de transports publics pour se rendre à leur travail ou pour passer leurs examens, nombreux en cette période.

Naturellement, le dialogue social est de la responsabilité des partenaires sociaux, mais le niveau des salaires dans notre pays est une question majeure. Dans l’ensemble de la Seine-Saint-Denis, sur la plateforme aéroportuaire notamment, les mobilisations sociales se développent, chez Alysia, Manustra et bien d’autres entreprises, sur la question de la précarité et des rémunérations. Convié au congrès de l’union locale CGT de Roissy, le jeudi 28 avril, en présence de Bernard Thibault, j’avais exprimé mon soutien  à ces luttes salariales.

Les conducteurs de bus, comme tant de travailleurs, n’arrivent plus à boucler les fins de mois. Les fiches de paie stagnent, alors que le prix des loyers, de l’essence, de l’électricité, explosent. Les Français subissent les conséquences de la politique ultralibérale de gel des salaires promue par le gouvernement Fillon et l’Union européenne.

D’ici 2012, la revendication d’une hausse significative du SMIC et des salaires doit être portée haut et fort. Une autre répartition des richesses, en faveur des salariés, c’est le combat de la gauche de transformation sociale.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>