Accueil » Actualités, Affaires internationales

Entretien avec l'Ambassadeur de Palestine Hael El Fahoum

1 juin 2011 9 816 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Le mardi 17 mai, je me suis entretenu avec Monsieur Hael Al Fahoum, ambassadeur de Palestine en France,  de l’avenir du processus de paix israélo-palestinien et de la création d’un futur Etat Palestinien indépendant dans les frontières de 1967.
L’ambassadeur  a appelé la France et la communauté internationale à prendre des actes forts pour sortir les négociations de l’impasse où elles se trouvent actuellement. Le vent de liberté qui souffle sur les pays arabes ne doit pas s’arrêter aux frontières de la Palestine.  L’occupation par Israel des Territoires Palestiniens dure en effet depuis trop longtemps. En violation du droit international, la colonisation se poursuit inexorablement en Cisjordanie et à Jérusalem-est. Deux ans après l’attaque par Israel de la Bande de Gaza,  cette étroite bande de territoire est toujours soumise à un blocus très strict qui entrave beaucoup la reconstruction. Pour donner un nouvel élan à la cause palestinienne, le président Abbas a donc décidé de faire reconnaître l’Etat de Palestine par l’ONU en septembre prochain.

Hael Al Fahoum souhaite que la France soutienne cette démarche auprès de ses partenaires internationaux. Selon lui, la création d’un Etat Palestinien constitue un cadre pertinent pour parler des questions sur lesquels achoppent pour l’instant les négociations, à savoir le tracé des frontières, le droit au retour des réfugiés palestiniens ou la question des colonies. La création d’un Etat serait en outre le meilleur moyen de garantir la sécurité d’Israel car cela montrerait l’inefficacité de la solution militaire et marginaliserait les partisans de la violence.

Le contexte actuel est particulièrement favorable à la création d’un Etat Palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-est pour capitale :

le Printemps des Peuples arabes a démontré que les aspirations démocratiques sont réelles dans ces pays et qu’il faut les soutenir. Les revendications à un Etat palestinien indépendant et démocratique sont légitimes au même titre que les révolutions tunisiennes, égyptiennes ou libyennes.

la réconciliation entre les différents partis Palestiniens, notamment entre le Fatah et le Hamas, est un signe favorable du renoncement à la violence comme arme politique et souligne l’évolution positive du Hamas vers une reconnaissance de l’Etat d’Israel.

dans son discours du 20 mai dernier, Barack Obama a affirmé que les Etats-Unis étaient favorable à la création d’une solution négociée pour un Etat Palestinien indépendant dans les frontières de 1967. Alors que Georges w. Bush était l’allié indéfectible d’Israel, c’est une avancée significative pour les Palestiniens.

l’opinion publique israélienne est elle-même majoritairement en faveur de la création d’un Etat Palestinien, bien conscients que la situation actuelle ne peut plus durer. Selon un récent sondage, 57% des Israéliens seraient pour la création d’un Etat Palestinien dans les frontières de 1967. Une tribune d’une vingtaine d’intellectuels israéliens a également appelé à la reconnaissance de la Palestine par l’ONU en Septembre prochain.

les institutions internationales comme l’ONU ou la Banque Mondiale ont récemment reconnu que l’Autorité palestinienne dispose des structures nécessaires à la création d’un Etat viable et gouverné de manière démocratique.

Lors d’une mission parlementaire en Palestine en décembre dernier, j’ai pu moi même mesurer le poids des vexations causé par l’occupation Israélienne. Cette mission m’a confirmé dans l’idée que la reconnaissance des droits du peuple Palestinien ne peut plus attendre. J’ai assuré l’Autorité Palestinienne de mon soutien à la création rapide d’un Etat Palestinien conformément au plan de partage de l’ONU.

Je suis intervenu plusieurs fois pour demander à la France de reconnaître sans attendre l’Etat de Palestine. J’ai  ainsi interpelé dernièrement le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé sur cette question.

L’Ambassadeur de Palestine Hael Al Fahoum a appelé les Parlementaires à faire pression sur le gouvernement pour que la France reconnaisse l’Etat de Palestine dans ses frontières de 1967 et qu’elle défende cette position avec force à l’ONU lors de l’Assemblée Générale des Nations Unies de Septembre prochain.
Vous pouvez être certains de mon engagement pour la reconnaissance des droits du peuple Palestinien!


Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>