Accueil » 3 villes ensembles

Baisse des ventes de la C3 : un motif d’inquiétude pour PSA Aulnay

10 août 2011 7 794 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Au début du mois d’août, je me suis à nouveau adressé au ministre de l’Industrie au sujet de l’avenir du site PSA d’Aulnay-sous-Bois. La direction du groupe a annoncé à la fin du mois de juillet d’importantes mesures de chômage technique sur le site de Poissy, en raison de l’érosion des ventes du modèle Citroen C3.

Cette nouvelle est un sérieux motif d’inquiétude pour le site d’Aulnay. Le ministre et la direction du constructeur avait en effet écarté la possibilité d’une fermeture de l’usine en invoquant la bonne tenue des ventes de la C3. Cet argument semble désormais fragile.

J’ai donc demandé au ministre de l’Industrie d’obtenir de la direction de PSA un engagement clair sur la production d’un nouveau modèle automobile sur le site d’Aulnay-sous-Bois.

Le 2 août 2011

QUESTION ECRITE de François ASENSI, député de la 11e circonscription de Seine-Saint-Denis à Eric Besson, ministre de l’Industrie

M. François Asensi interroge M. le ministre auprès du ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique, sur l’avenir des sites industriels franciliens de PSA Peugeot Citroën.

La direction du site PSA de Poissy a annoncé fin juillet d’importantes mesures de chômage technique  à la rentrée, justifiées selon elle par la baisse des ventes du modèle Citroën C3. Au début du mois de juin, la direction de PSA et le gouvernement s’appuyaient pourtant sur les bonnes ventes de ce modèle pour démentir le projet de fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-bois, autre site producteur de la C3.

Ces contradictions nourrissent les inquiétudes légitimes des salariés employés sur les chaînes de montage. Le chômage technique imposé sur le site de Poissy étaye les craintes des organisations syndicales.

La fermeture du site d’Aulnay-sous-bois constituerait un tsunami social en Seine-Saint-Denis  qu’aucune logique industrielle ne justifie, hormis une recherche de profits maximaux et une stratégie de délocalisation/externalisation symbolisée par l’annonce récente de l’implantation d’une seconde usine en Chine.

Les gains enregistrés par PSA –806 millions d’euros de résultat net au premier semestre, en hausse de 18% – doivent profiter à l’emploi et l’investissement industriel en France. Un tel choix est garant de l’avenir du groupe automobile,  contrairement à une politique en faveur des actionnaires.

Par conséquent, il lui demande si le gouvernement entend conditionner les diverses aides publiques apportées à PSA à la garantie de la production d’un nouveau modèle automobile sur le site d’Aulnay-sous-Bois.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>