Accueil » Actualités

José y va…

5 février 2007 3 491 vues 3 commentaires Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

La candidature de José Bové plante un nouveau candidat dans le décor de la gauche antilibérale. Je ne répéterai jamais assez le préjudice de l’échec de la candidature unitaire sur un projet commun qui existe pourtant bel et bien. Trois candidats se disputent l’héritage d’une ambition travaillée, débattue et adoptée par toutes les forces de l’arc antilibéral. Je suis évidemment déçu de nous voir pris au piège de la Ve République et de ses effets pervers. Nous voulions relever cette République écrasée par la toute-puissance exécutive, nous voulions faire respirer cette Démocratie étouffée par l’impuissance de la représentation nationale, mais nous avons échoué sur la question de l’incarnation de notre mouvement. Nous sommes tombés dans le piège de la personnalisation du pouvoir que nous combattons. Les logiques d’appareil ont pesé lourd et la responsabilité de ceux qui se sont défaits de la promesse de rassemblement est grande.

Nous nous retrouvons devant une compétition électorale cadenassée dans laquelle l’unique alternative au libéralisme part au combat en ordre dispersé. Je le regrette profondément mais je refuse de considérer la candidature de José Bové comme une candidature de trop. L’antériorité d’une candidature sur une autre ne confère pas de légitimité supplémentaire. Au contraire, ceux qui se sont résignés devant nos difficultés sont ceux qui ont précipité l’échec de la candidature commune. S’ils ont estimé légitime leur entrée en campagne, José a donc sa légitimité pour représenter tous les militants et les citoyens qui ont participé au rassemblement antilibéral et qui ne se retrouvent pas dans les candidatures du PCF et de la LCR. J’estime que, dans ce contexte, chaque sensibilité a droit à une représentation et que chaque candidature est utile pour faire exprimer toute la diversité du rassemblement.

La situation est telle qu’il est désormais temps d’arrêter les querelles et de ne plus lancer d’anathèmes qui pourraient compromettre l’avenir du rassemblement. La campagne qui s’annonce ne doit pas avoir d’effets destructeurs dans la perspective de l’après 2007. Tout le monde devra se rassembler pour construire l’alternative politique dont les français ont tant besoin. Avec une droite décomplexée et un parti socialiste qui a renoncé, le libéralisme a les coudées franches. Nous avons, donc, un devoir d’unité car seule l’unité nous donnera l’envergure pour être entendu et la force de promouvoir une société humaine et plus juste.

J’appelle, donc, à une gauche rassemblée au lendemain du premier tour de la présidentielle, autour d’un projet de transformation sociale qui doit inscrire la France à l’avant-garde des politiques de justice sociale, de développement durable et solidaire, ainsi que des coopérations internationales et altermondialistes.

3 commentaires »

  • Marcel a écrit :

    Je respecte ta prise de position.
    Pour aller au bout de ta démarche demanderas tu à ton parti de porter son label pour les prochaines élections dans lesquelles tu souhaiterais être présent ?

  • przopiorsky decay a écrit :

    Bravo! Ancien Villepintois, Je suis très fier d’avoir eu comme député un homme qui sait prendre ses responsabilités face aux multiples candidatures du front antilibéral.
    Une fois de plus la ‘vraie gauche’ne sera pas capable de proposer aux citoyens, un candidat commun. La faute à qui?… Je crois qu’il faut savoir rester humble, même si on a des ambitions. Le PCF n’est plus ce qu’il a été, tout le monde s’accorde à le dire. On peut le regertter mais c’est un fait. Certains de ses représentants semblent l’oublier. Ils attendent sans doute que le PS s’en rende définitivement compte et le lâche dans les différentes élections à défaut de trouver en lui une force d’appoint.
    Je trouve la position de François Asensi, citoyenne, républicaine et en complète adéquation avec son action politique.

  • Nicole Duboe a écrit :

    j’espère que José Bové aura ses signatures. j’ai dit ailleurs sur ce blog que je ne voterais pas pour MGB. Même si je ne partages pas toutes les idées de Bové, je voterais tout de même pour lui. A vouloir trop jouer aux apprantis sorciers avec les citoyens, les partis politique risquent tous demain de se retrouver pour certain dans une situation bien singulière!!! Imaginez demain que certains sondage se réalisent et que le nouveau président de la république s’appelle Bayrou!!!!!

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>