Accueil » Actions nationales, Actualités

L’appel des parlementaires contre la règle d’or

1 octobre 2011 6 195 vues Un commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Avec plusieurs députés, nous lançons l’appel « Non, nous ne voterons pas la règle d’or, ni avant ni après 2012 ».

Nous invitons tous les parlementaires de gauche opposés à la mainmise des marchés financiers à se joindre à cet appel.

Plusieurs décennies de politiques libérales ont placé les Etats sous la coupe des marchés financiers. Après avoir menées les économies des pays développés au bord du gouffre, elles tentent d’imposer de terribles sacrifices aux salariés,  usagers des services publics, fonctionnaires, retraités et menacent la souveraineté des peuples.

Le Président Sarkozy défend activement ces politiques et n’a pas abandonné le projet d’ inscrire l’austérité budgétaire dans notre Constitution, en convoquant le Parlement en Congrès à Versailles.

NON, Nous ne voterons pas la règle d’or, ni avant ni après 2012

A l’heure où la dette, en France comme dans le reste de l’Europe, devient le prétexte politique à la réduction drastique des dépenses publiques, il est urgent de rappeler que d’autres solutions que les plans d’austérités sont nécessaires. Ces solutions répondent de l’intérêt général et intègrent une répartition plus juste des richesses.

Ne perdons jamais de vue que les banques et autres opérateurs financiers n’en finissent pas, encore aujourd’hui, de spéculer sur les dettes publiques. Au final, ce sont les populations qui sont amenées à payer une crise dont les marchés financiers sont pourtant les premiers responsables et uniques bénéficiaires.

Pour mieux répondre à cet insatiable appétit, les gouvernements de l’Union, la Commission et le Parlement européen, sous l’égide de la Banque centrale et du Fonds monétaire international, tentent  d’imposer une nouvelle gouvernance économique asservie à la finance avec pour objectif de mettre sous surveillance accrue les budgets nationaux, de durcir les sanctions contre les Etats en cas de déficit dit excessif et de limiter la croissance des dépenses publiques.

C’est tout le sens de la « règle d’or » voulue par le Président de la République. Cette règle qui consiste à inscrire dans la constitution une limitation des dépenses publiques est encore une promesse de régression sociale pour la majorité de la population : attaque contre les services publics et leurs agents, limitation des salaires pour tous, nouveaux reports de l’âge de part en retraite, suppression de la protection sociale…

Nous n’avons pas été élus pour obéir à l’intérêt supérieur des marchés financiers ni pour participer à l’enrichissement des spéculateurs. L’adoption de cette règle d’or serait en outre un grave recul démocratique puisqu’en inscrivant la limitation des dépenses dans la constitution elle ôterait aux parlementaires, représentants du peuple, le pouvoir de déterminer le niveau des finances publiques.

Nous, parlementaires issus de diverses formations politiques, ne voterons pas pour l’adoption de cette règle d’or. Ni avant ni après 2012 !

Nous appelons à la mobilisation de l’ensemble des élu-e-s locaux et nationaux, et de tous les citoyens du pays pour faire échec à ce projet.

Premiers signataires : Patrick BRAOUEZEC, Jacqueline FRAYSSE, François ASENSI, Martine BILLARD, Marc DOLEZ,

1 commentaire »

  • Intelligence Financière a écrit :

    Pierre Jovanovic décrit Christine Lagarde, la nouvelle directrice du FMI, comme un personnage à deux faces, tel Janus. Selon qu’elle s’exprime en Français ou en Anglais, son discours n’est pas le même. Dans le premier cas, elle materne son auditoire francophone en assurant que les banques françaises possèdent des liquidités, et la semaine suivante elle adopte une attitude plus masculine en les appellant en Anglais à recapitaliser sans tarder. Qu’est ce que vous en pensez ?

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>