Accueil » 3 villes ensembles, ActualitĂ©s

Situation insupportable dans le RER B : Le ministre des Transports doit trouver en urgence des solutions

9 novembre 2011 9 329 vues 4 commentaires Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

.

Depuis plusieurs semaines, une partie des trains du RER B est immobilisĂ©e. Leur rĂ©novation dans le cadre de la modernisation de la ligne a, en effet, rĂ©vĂ©lĂ© des traces d’amiante. La circulation est fortement perturbĂ©e sans qu’aucune solution satisfaisante ne soit en vue.
Je me suis adressĂ© au ministre des Transports pour que le gouvernement assume enfin ses responsabilitĂ©s : dĂ©pĂȘcher de nouvelles rames sur le RER B et faire la lumiĂšre sur les consĂ©quences sanitaires de la dĂ©couverte d’amiante.

Retrouvez ici le courrier adressé au Ministre des Transports :

A Mme KOSCIUSKO-MORIZET

Ministre  de l’écologie et  des transports

Le 9 novembre 2011

 

Madame la ministre,

Pour avoir empruntĂ© le RER B chaque matin de cette semaine en me rendant Ă  l’AssemblĂ©e nationale, je tenais Ă  vous alerter solennement de la dĂ©gradation de la circulation sur cette ligne de transport, aggravĂ©e depuis la dĂ©couverte d’amiante dans certaines rames.

Insupportable, le mot n’est pas assez fort pour qualifier la rĂ©alitĂ© que vivent chaque jour les habitants de Seine-Saint-Denis prenant ce moyen de transport pour se rendre Ă  leur travail, sur leur lieu d’études ou voir leurs proches. Lors de mes trajets, j’ai partagĂ© leur exaspĂ©ration.

La galĂšre des transports n’est pas qu’une formule pour les habitants de notre secteur de la Seine-Saint-Denis. Elle a des consĂ©quences palpables, parfois terribles. Certains salariĂ©s subissent de fortes pressions de la part de leur employeur, qui tolĂšrent mal les retards frĂ©quents. D’autres ont du mal Ă  trouver un emploi, ou ont connu un licenciement. La ligne B agit parfois comme une vĂ©ritable discrimination Ă  l’embauche.

Tous sont fatiguĂ©s de ces journĂ©es qui commencent dans le stress d’arriver en retard au travail, et s’achĂšvent dans l’incertitude, celle de ne pas savoir s’ils seront Ă  l’heure pour aller chercher leur enfant Ă  l’école.

A la galĂšre quotidienne qu’ils vivaient dĂ©jĂ  sur cette ligne (retards systĂ©matiques, avaries matĂ©rielles, rames bondĂ©es) s’ajoutent depuis quelques semaines de nombreuses suppressions de trains.

Les 8 et 9 novembre, la circulation du RER B a Ă©tĂ© partiellement paralysĂ©e. Sur la branche Sud de cette ligne (RATP), les conducteurs ont fait valoir leur droit de retrait suite Ă  la dĂ©couverte d’amiante dans certaines rames. DĂšs juin dernier, la suspicion de poussiĂšre d’amiante avait Ă©tĂ© soulevĂ©e. Elle serait provoquĂ©e par le ponçage des sols effectuĂ© dans le cadre de la rĂ©novation des anciennes rames MI79, datant de 1981.Pour les conducteurs, agents de maintenance et personnel travaillant sur le RER B, cette rĂ©vĂ©lation est trĂšs prĂ©occupante pour leur santĂ©, en l’absence d’informations prĂ©cises sur leur exposition.

Les consĂ©quences sont dĂ©sastreuses pour les usagers. L’ensemble des rames dĂ©jĂ  rĂ©novĂ©es est immobilisĂ© au garage, en attente d’un plan de dĂ©samiantage validĂ© par l’inspection du travail. Actuellement, prĂšs d’un train sur quatre serait Ă  l’arrĂȘt.

L’achĂšvement de la rĂ©novation dans le cadre du schĂ©ma RER B Nord +, prĂ©vu pour fin 2012, s’éloigne fortement, et avec lui la perspective d’une amĂ©lioration du service. Que va-t-il advenir en effet des rames non encore rĂ©novĂ©es ? Le retard pris sera forcĂ©ment considĂ©rable. Je crains une situation critique dans les mois Ă  venir, et je souhaiterais connaĂźtre les solutions Ă  l’étude pour y remĂ©dier.

Il y a urgence, Madame la ministre des Transports.

L’Etat et les opĂ©rateurs SNCF/RATP en charge des trains, en coordination avec le STIF, doivent prendre leurs responsabilitĂ©s et investir massivement pour amĂ©liorer le quotidien des 900 000 passagers qui voyagent chaque jour sur la ligne B.

Dans l’immĂ©diat, des rames doivent ĂȘtre dĂ©pĂȘchĂ©es pour venir compenser les suppressions de train actuelles. Le matĂ©riel roulant doit ĂȘtre progressivement et intĂ©gralement renouvelĂ©. La simple rĂ©novation des anciennes rames n’est pas suffisante. Les rĂ©cents incidents en ont montrĂ© toutes les limites. Aujourd’hui, c’est l’achat de rames neuves Ă  double Ă©tage, comme sur le RER A, qui doit ĂȘtre Ă  l’ordre du jour.

Les usagers de la ligne B ne peuvent pas attendre l’entrĂ©e en service du nouveau rĂ©seau du Grand Paris en 2025. L’amĂ©lioration immĂ©diate du rĂ©seau existant est une prioritĂ© absolue. Aussi, je vous demande, Madame la ministre, de bien vouloir engager les investissements nĂ©cessaires.

Outre l’accĂ©lĂ©ration du remplacement de rames en bout de course, le doublement du tunnel ChĂątelet-Gare du Nord s’impose comme une Ă©vidence. Avec 28 trains par heure sur 3 kilomĂštres, ce tronçon est le plus chargĂ© d’Europe. Cet amĂ©nagement, estimĂ© entre 500 millions et 2 milliards d’euros, a longtemps Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© comme trop coĂ»teux. Pourtant, 32 milliards d’euros ont Ă©tĂ© dĂ©bloquĂ©s pour le financement du rĂ©seau de transports du Grand Paris.

Enfin, toute la lumiĂšre doit bien sĂ»r ĂȘtre faite quant aux risques liĂ©s Ă  la prĂ©sence d’amiante dans les rames. Les communiquĂ©s de la RATP et de la SNCF se bornent Ă  Ă©voquer un « problĂšme de maintenance » ou un « problĂšme particuliĂšrement dĂ©licat ». L’absence d’une information publique claire sur ce sujet n’est pas admissible. Si ces risques sont avĂ©rĂ©s, je vous demande de bien vouloir tout mettre en Ɠuvre pour enrayer le problĂšme dans les plus brefs dĂ©lais et assurer la prise en charge des personnels exposĂ©s.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Madame la ministre, Ă  l’expression de ma haute considĂ©ration.

François Asensi

Député de Seine-Saint-Denis

Président de Terres de France

Maire de Tremblay-en-France

 

 

Mes précédentes interventions :

Question au gouvernement Ă  l’AssemblĂ©e nationale – 3 fĂ©vrier 2009

CommuniquĂ© pour la gratuitĂ© dans les transports – fĂ©vrier 2009

Courrier au Premier ministre – avril 2010

 

 

4 commentaires »

  • HADDAD a écrit :

    Les tremblaysiens ainsi que tous les habitants des villes limitrophes qui prennent le RER B sont Ă  bout !

    Cela fait deux mois, que nous subissons ! entassés comme du bétail matin et soir.

    Merci de bien vouloir tout mettre en oeuvre pour retrouver des moyens de transports dignes de ce nom, Ă  savoir :

    – plus de trains aux heures de pointe et propres !!

    Merci d’avance pour vos actions,

    Bien cordialement,

    Nathalie HADDAD

  • BULOT a écrit :

    Bonjour,

    Depuis mi-septembre, les Sevranais subissent Ă©galement des prĂ©judices. De nombreux retards, suppressions de trains, ou encore interruption totale du trafic. En juillet et en octobre droit de retrait des conducteurs, plus de trains, les agents SNCF ne savaient pas ce qu’ils se passaient et orientaient les voyageurs vers des bus bondĂ©s, impossible Ă  trouver en sortant de la gare.

    ObligĂ© de prendre un taxi 2 fois, zĂ©ro remboursement de la part de la SNCF ! DĂ©bit par mois pour le pass NAVIGO = 90,80 €. Depuis le passage Ă  la carte intĂ©grale, zĂ©ro indemnisations. Paies et tais toi !

    A quand le retour Ă  la normale ?

    Ras le bol général, retard au travail et arrivée tardive le soir.

    Merci pour votre mobilisation et les actions que vous mettez en oeuvre !!!

    CĂ©line BULOT

  • Nicole a écrit :

    On nous rĂ©pĂšte Ă  longueur de temps qu’il faut prĂ©server notre environnement et laisser la voiture au garage. Mais voilĂ  on fait quoi pour inciter les gens Ă  prendre les transport en commun. Le RER B je l’ai pris pendant 10 ans et quand je vois les difficultĂ©s que me rapportent ceux qui l’emprunte au quotidien, je redoute d’avoir Ă  le reprendre un jour. Les conditions de transport, de propretĂ© et l’Ă©tat des rames ne fait que se dĂ©grader. Aujourd’hui, des hommes politiques s’engagent et se battent pour aider les usagers Ă  faire entendre leur voix. MĂȘme si nous ne sommes pas concernĂ©, nous devons ĂȘtre solidaire de ces actions. En tout cas, je constate que ce sont les Ă©lus du Front de Gauche qui sont Ă  nos cĂŽtĂ©s et les Ă©colos donneur de leçon, ils sont oĂč? probablement en train de nĂ©gocier des siĂšges de dĂ©putĂ©s….. la France d’en bas n’a qu’Ă  attendre le train….

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>