Accueil » 3 villes ensembles, ActualitĂ©s, Engagements, Transports

SĂ»retĂ© aĂ©rienne : menace d’un plan social injuste Ă  Vigimark-sĂ»retĂ©

21 dĂ©cembre 2011 15 894 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

Au moins 94 salariĂ©s de l’entreprise Vigimark-sĂ»retĂ©, spĂ©cialisĂ©e dans la sĂ»retĂ© aĂ©roportuaire (sĂ©curisation des avions, des pistes et des matĂ©riels), sont menacĂ©s de licenciements. ConfrontĂ© au refus de la direction d’ouvrir un vĂ©ritable dialogue social, les salariĂ©s m’ont demandĂ© d’intervenir en leur faveur pour obtenir le maintien d’un maximum d’emplois. Je demande Ă  la direction de Vigimark-sĂ»retĂ© de revenir sur ce plan social injuste et inhumain.

 

Retrouvez ci-dessous mon communiqué de presse:

L’entreprise Vigimark-sĂ»retĂ© fait l’objet d’un plan social draconien qui illustre bien la dĂ©gradation des conditions de travail dans le domaine de la sĂ»retĂ© aĂ©rienne depuis la libĂ©ralisation de ce secteur. En effet, 94 emplois sur les 184 que compte l’entreprise Vigimark vont ĂȘtre supprimĂ©s par la direction en janvier 2012.

Le directeur de l’entreprise, Monsieur Michel Meunier, invoque la perte de plusieurs marchĂ©s pour justifier cette dĂ©cision. Or, selon des reprĂ©sentants syndicaux, la perte des marchĂ©s Ă©voquĂ©s concernerait tout au plus une vingtaine d’emplois. En rĂ©alitĂ©, Vigimark-sĂ»retĂ© profite de l’aubaine pour licencier massivement. C’est inadmissible !

Le ComitĂ© d’Entreprise ainsi que l’ensemble des organisations syndicales rejettent ce plan social. AnimĂ©s par une dĂ©marche constructive, ils proposent un plan de sauvegarde de l’emploi alternatif comprenant la suppression de 78 emplois obtenue par voie de reclassement externe, de mutations internes ou de dĂ©parts volontaires. Reçus par M. Meunier le 30 novembre dernier, ils se sont vus opposĂ©s une fin de non-recevoir.

Ce plan social est l’expression du nĂ©olibĂ©ralisme prĂ©dateur qui prĂ©vaut actuellement dans le domaine de la sĂ»retĂ©. DĂ©jĂ , le directeur de Vigimark avait rachetĂ© Derichebourg-sĂ»retĂ© en 2009 pour un euro symbolique avant d’annoncer neuf mois plus tard la liquidation judiciaire de l’entreprise avec 358 licenciements Ă  la clĂ©. Ses discours au sein du Cercle des jeunes entrepreneurs de France, dans lesquels il parle de « libĂ©ralisme responsable » et de « valeurs humanistes », ne trompent plus personne.

François Asensi condamne fermement ce plan social injuste et inhumain. Il exige un respect du dialogue social et de la dignitĂ© des salariĂ©s pour sauvegarder un maximum d’emplois au sein de l’entreprise.

 

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>