Accueil » Actualités

A Pablo, Michel Onfray et les autres…

27 février 2007 10 308 vues 12 commentaires Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Comme beaucoup de communistes, je me suis senti personnellement blessé par des mots que je réprouve et par une argumentation que je considère comme irrecevable. Il n’est évidemment pas question de nier certaines vérités sur les crimes qui ont jalonné l’histoire du communisme et de ceux qui s’en sont réclamés. Mais je m’étonne et m’insurge contre les approximations, les raccourcis et les amalgames qui visent, semble-t-il, à discréditer une culture dans son ensemble, sans nuance et sans recul. Je ne peux m’empêcher d’y voir également un certain mépris pour les luttes sociales dont le Parti communiste a été l’inspirateur, l’initiateur et souvent l’acteur majeur. Je ne peux m’empêcher également d’y voir une profonde injustice pour tous les communistes résistants, internationalistes, brigadistes ou bien simples militants d’une société plus juste qui ont Å“uvré pour les idées de liberté et d’égalité. Je pense notamment à Henri Krasucki, militant antinazi déporté à Jawischowitz, annexe d’Auschwitz, puis à Buchenwald.

Ces propos sont d’autant plus consternants qu’ils sont tenus par un intellectuel qui nous a habitué à plus de raison et d’intelligence. Ils sont d’autant plus douloureux que cet intellectuel, qui n’a cessé de promouvoir les bénéfices de l’unité antilibérale, s’autorise une déclaration qui n’a d’effets que de diviser et de cristalliser les tensions déjà existantes. La forme parce qu’elle est excessive, le contenu par ce qu’il est biaisé et le moment parce qu’il est inopportun…tout dans cette déclaration indique que Michel Onfray a manqué de mesure et de discernement.

Les forces de gauche antilibérales doivent inéluctablement se rassembler en dépit de la colère et l’amertume qui en l’espèce fut mauvaise conseillère, n’est-ce pas Michel Onfray. Tous les candidats antilibéraux ont leur place dans cette élection. « Il vaut mieux s’additionner que se soustraire » titre mon précédent <a href= »index.php?entryid=17″>post</a>. Je reste convaincu comme je l’indiquais, il y a un an, à Patrice Cohen-Seat, conseiller particulier de Marie-George Buffet et numéro 2 du Parti Communiste Français, que la candidature de Clémentine Autain était de nature à rassembler l’ensemble de l’arc antilibéral. Ce choix aurait été pour le PCF l’occasion d’un acte historique, d’un signal fort en direction des jeunes générations qui auront à construire le communisme moderne du 21e siècle. Quelle extraordinaire attractivité aurait alors eu le mouvement antilibéral avec un PCF reconnu comme une force indispensable et un ciment du rassemblement !

Bien à toi cher Pablo. Hasta la victoria siempre !

12 commentaires »

  • Jean-Claude RENOUX a écrit :

    Mon cher François, avant de maltraiter les cocos, Onfray a pu déverser à loisir son mépris des croyants dans les colonnes de l’Huma et de l’Huma-dimanche. Je m’en souviens d’autant mieux que j’ai été le seul à protester dans l’HD, et que ni la direction du Parti ni celle de l’Huma n’ont cru bon de prendre position. Je me suis senti bien seul à l’poque, alors que les interventions agressives se multipliaient dans l’HD et que je recevais tous les jours par mail mon lot d’injures et de calomnies. les communistes n’ont pas été les premiers à être les victimes des excès d’Onfray, puisse cette expérience leur permettre de comprendre, peut-être, combien les croyants proches du parti ont été blessés aussi en ce temps-là !

  • Pablo a écrit :

    Merci de cette mise au point, c’est tout à ton honneur. Mais je regrette que tu sois bien seul à ma connaissance parmi les communistes autoproclamés « unitaires » à condamner les propos d’Onfray.
    Je n’insisterai pas sur les propos méprisables de Claire Villiers sur le miserabilisme des militants du PCF. Quand viendront certaines écheances, je pense que nous seront nombreux à nous en souvenir.

  • michel montel a écrit :

    QUE JE SUIS D ACCORD AVEC CECI :
    « Je reste convaincu comme je l’indiquais, il y a un an, à Patrice Cohen-Seat, conseiller particulier de Marie-George Buffet et numéro 2 du Parti Communiste Français, que la candidature de Clémentine Autain était de nature à rassembler l’ensemble de l’arc antilibéral. Ce choix aurait été pour le PCF l’occasion d’un acte historique, d’un signal fort en direction des jeunes générations qui auront à construire le communisme moderne du 21e siècle. Quelle extraordinaire attractivité aurait alors eu le mouvement antilibéral avec un PCF reconnu comme une force indispensable et un ciment du rassemblement ! »
    JE SUIS MEMBRE DU PC ET C EST CETTE POSITION QUE JE DEFENDS
    BON COURAGE
    MM

  • Pierre a écrit :

    Je te remercie pour ta mise au point dans laquelle je me retrouve. Comme toi, je me souviens de Krasu et en relisant les propos d’Onfray, je pense à Lise London qui est restée communiste.

  • Jean a écrit :

    Les papiers d’Onfray amènent vers un communisme moderne tel que pourrait l’incarner Clémentine Autain. Je ne suis pas communiste militant, j’ai du respect pour ce parti mais partage une partie de l’analyse d’Onfray. je pense que le néo-communisme doit naître en ayant à l’esprit ces critiques basés souvent sur des faits bien réels. C’est sans hésiter que j’aurais voté Autain… Je tiens à le dire.
    Bien à vous.
    Jean.

  • Vincent Carel a écrit :

    Une petite pensée émue pour les malheureux ouvriers lunettiers francs-comtois qui vont chaque jour, par milliers, travailler dans l’enfer ultra-libéral de la République du Jura ou de l’Etat de Neuchâtel, cantons helvètes qui n’ont jamais connu la joie du syndicalisme communiste et de ses grandes victoires.

    Il y a des moments où l’aveuglement devient pathétique : quels sont donc, des Français et des Suédois, les ouvriers qui ont les meilleurs salaires, les meilleures perspectives de formation professionnelle et de carrière, le meilleur système d’assurance-chômage ? Les Français dont les luttes sociales ont été encadrées par les communistes ou les Suédois dont les luttes sociales ont été menées dans un cadre démocratique et ouvert?

    Quels sont donc, des enfants de milieu ouvrier américain et français, ceux qui ont le plus de chance de devenir diplomés de l’enseignement supérieur et d’accéder aux élites? Aux Etats-Unis, un fils d’immigrés mexicains illégaux et illétrés a plus de chance de devenir shériff qu’un arrière-petit-fils de harkis de devenir préfet en France. Je n’ai personnellement aucune sympathie pour l’équipe au pouvoir à Washington mais enfin, imagine-t-on dans notre pays merveilleux doté de ses beaux acquis sociaux gagnés par les communistes, de cette belle Education nationale tellement aimée des communistes (alors que la région de France qui a les meilleurs résultats scolaires est celle où la proportion d’enfants scolarisés dans le privé est la plus forte…), imagine-t-on dans notre chère République un gouvernement dont le garde des sceaux serait un fils d’immigrés marocains et le ministre des affaires étrangères une femme noire née dans une famille paysanne démunie au fin fond de la Réunion dont les parents ne savent ni lire ni écrire?

    Sans vouloir faire de la peine aux communistes, j’ai franchement l’impression que le sort de la classe ouvrière est bien plus enviable dans les pays où le communisme n’a jamais pris et où les ouvriers et employés ont adhérés à des courants de pensée démocratiques et révolutionnaires mais non hostiles de manière dogmatique au capitalisme. A comparer la France ou l’Italie avec les pays scandinaves, le Canada ou la Suisse,je finis par croire que le communisme est bien le pire ennemi de l’ouvrier et de sa progéniture et quand je regarde la Chine, le Vietnam, le Cambodge ou le Laos, la Russie ou l’Europe de l’Est je finis de me convaincre.

  • Alex a écrit :

    Onfray s’explique plus en détail dans sa réponse à Jean Ferrat.

    http://michelonfray.blogs.nouvelobs.com/archive/2007/03/06/lettre-à-jean-ferrat.html

  • Francis GOUT a écrit :

    Bien à toi, mon cher Tito…,

    La vie est faite parfois de coïncidences.
    En surfant par hasard sur l’océan des blogs, j’ai eu la surprise de voir que tu avais répondu à Michel Onfray. Je voudrais te faire partager quelques extraits de ce qu’à trois reprises déjà je lui ai dit.

    Dans une réponse, à propos de son pamphlet sur la mascarade des cinq cents signatures j’écrivais ceci :

    «…Si le débat portait un peu moins aujourd’hui sur les questions sociales et économiques et davantage sur la place et le rôle des citoyens pour intervenir efficacement dans la redéfinition et la construction d’une société nouvelle, plus ouverte et accessible à chacun, bien des maux dont elle souffre aujourd’hui, commenceraient à entrer dans la perspective de leur résolution.

    Sous peine, encore une fois, d’égarement et de dévoiement de la vox populi, il paraît grandement souhaitable, de ramener le débat, sur la véritable question de fond, dont toutes les autres découlent, la place et le rôle du citoyen dans une démocratie moderne.

    Puisque vous avez décidé, en tant qu’homme public, de participer à ce débat, vous nous devez je pense, de contribuer à l’élever, autant qu’il sera possible. Il en va de votre responsabilité d’intellectuel… »

    A propos de la fameuse lettre qui t’a permis de tremper la plume, je continuais en lui disant ceci :

    « …Je vous alerte une seconde fois, car plus la campagne avance, plus nous nous enfonçons dans le dévoiement du débat de fond, au bénéfice des anecdotes et des invectives. Ceci n’apporte aucun éclairage sur les perspectives de solutions aux problèmes multiples qui taraudent la société française.

    Vous qui êtes d’abord un homme de bonne volonté et avez eu le courage de créer à Caen une Université Populaire, qui depuis sa création à fait florès, qu’avez-vous besoin d’aller polémiquer avec des gens qui depuis 1972, sont devenus des faustiens patentés.

    Vous qui avez inscrit dans le programme de Philo de l’année scolaire 2006-2007, que vous dispensez devant les amphis bondés de l’UP, Bentham, Owen, Fourier, Bakounine…, avec une qualité de présentation irréprochable, qu’avez-vous besoin de vous commettre épistolairement avec des gens qui ont depuis si longtemps abandonné leurs principes.
    Au contraire, vous devriez les inviter, à venir se ressourcer sur leurs « fondamentaux » dans vos cours, car de Buffet à votre prof de lycée, en passant par Gayssot et tant d’autres, leurs interventions publiques sont chaque fois davantage, pathétiques.

    A ce point précis, je ne partage pas votre pessimisme quand vous affirmez : « …Car comment peut-on encore être communiste aujourd’hui, oser le mot même, avec tous ces faux communistes, vrais anticommunistes, staliniens d’avant-hier, d’hier, d’aujourd’hui et de demain, qui ont sali une idée qu’on ne peut plus défendre aujourd’hui tant ceux qui prétendaient la servir l’ont desservie ?… ».

    A l’instar de tous les tenants du libéralisme, je n’ose imaginer que vous, Michel Onfray, puissiez penser ; parce que les soviets ont disparu, les communistes chinois sont frénétiquement engagés dans la voie du capitalisme, Castro a fourvoyé son pays dans une politique de repli sur soi ; que la lutte des classes à pour autant disparu de la surface de la terre ! Et de facto, nous devrions abandonner le combat pour une société plus humaine.

    La voilà la question de fond ! A partir de ce constat, vous aviez une belle occasion de clouer le bec à tous ces «…communistes qui n’ont jamais trahi…», mais qui se sont tout de même vendus, comme Esaü, pour quelques lentilles ministérielles ou parlementaires.
    Et quand Gayssot voici une semaine, apostrophait Arlette Laguillier chez Calvi, en se targuant d’avoir eu le courage de mettre les mains dans le cambouis, nous pouvons sans rougir lui rétorquer qu’effectivement leurs mains sont aujourd’hui sales. Parce que d’abandons en abandons, ils ont participé sans vergogne à l’application d’une politique qui a conduit à rendre les conditions de vie plus dures pour un nombre toujours plus important de citoyens et à la désespérance de millions de gens.

    Affirmer la différence !

    Il paraît ainsi évident qu’il y a tout à gagner en marquant notre différence!
    De mémoire, Marx se plaisait à dire à propos de la théorie de Hegel, qu’elle marchait sur la tête et qu’il convenait pour qu’elle fonctionne, de la remettre simplement sur ses pieds.

    Idem pour nous. Au lieu de gaspiller notre énergie à brocarder inutilement l’inculture des uns ou l’indigence intellectuelle des autres, n’est-il pas plus productif, de donner notre point de vue en pesant véritablement sur le débat, en traitant des grandes questions de société qui sont en jeu, au moment ou nous nous apprêtons à choisir celui ou celle qui demain, devra en modeler pour une part, les contours… »

    Enfin je réagissais en ces termes à son billet sur le soi-disant fascisme audiovisuel (rien que çà) :

    « …Sincèrement, croyez-vous qu’Esprits Libres (pas si libres que cela en vérité), est un rendez-vous qui fera date dans les annales de cette campagne ? Si vous en êtes persuadé, vous êtes bien loin de ce qui préoccupe vraiment les français d’en bas, surtout ceux qui sont en prise quotidienne avec les difficultés d’une existence toujours plus dure.
    Ceux-là hélas, n’ont que faire d’escarmouches convenues, davantage destinées à flatter l’ego de leurs auteurs qu’à éclairer le débat politique et le faire progresser.
    Par exemple sur la question essentielle du type de société que nous devrons modeler.
    Pour apporter un éclairage, il faut être brillant, hélas nous n’avons vu ce vendredi soir, aucun astre scintiller. Mais étiez-vous là seulement pour cela ?

    Depuis la lecture de votre dernier billet, je suis sur que non !
    Que vous ne répondiez pas aux insultes vous honore. Vous avez aussi raison de ne point faire suite aux injonctions de réponse, car la liberté de se taire est un bien trop précieux !
    Mais quand vous nous jetez à la figure : « …de même, je ne regarde pas les commentaires lâchés au pied de ce blog que vous lisez… », que vous prenez Deleuze à témoin ; en le sortant au passage de son contexte ; ne trouvez vous pas que vous agissez avec mépris ?

    Deux fois je vous ai écrit, non pour causer au coin du feu, ni davantage vous enjoindre quoi que ce soit. Au contraire, pour vous proposer d’aborder dans ce blog, les vraies questions qui me semblent intéresser un nombre important de gens, celles qui d‘ailleurs ne sont jamais abordées par le duo Ségo-Sarko…
    Jusqu’à ce jour vous n’êtes jamais venu sur le vrai terrain politique. Le voulez-vous seulement ?
    Pourquoi existe-t-il cet abîme, entre l’enseignement que vous dispensez à l’UP, et les causeries dont vous nous abreuvez ici, un peu à la manière d’Ormesson sur l’air du « …un peu de tout sur presque rien… ».

    Voilà me semble-t-il les vraies questions du moment !

    Alors quand je vois, cher Tito ;que vous en êtes à amalgamer le non au traité constitutionnel avec le combat antilibéral, quand on sait que dans ce non, les vrais antilibéraux étaient largement minoritaires ; quand je te vois, in petto, proposer la candidature de la pasionaria parisienne (no me rines Dolorès…) Clémentine Autain, (qui représente quoi au juste ?) je me dis que nous ne sommes pas prêts de refaire surface.
    Les travailleurs et l’ensemble de ceux qui souffrent dans ce pays, risquent encore longtemps de ne pas fouler les grèves de nos lendemains qui ne chantent plus.

    En guise de conclusion je te soumets quelques vers que tu reconnaîtras peut-être :
    Tiraron la manta en el polvo
    Se unieron los viejos cuchillos
    Y la caracola marina
    Llamo los vinculos dispersos.
    Contra la piedra sanguinaria
    Contra la inercia desdichada
    Contra el metal de las cadenas.
    Pero dividieron tu pueblo
    Y al hermano contra el hermano
    Enviaron, hasta que cayeron
    Las piedras de tu fortaleza.

    Compagnero Tito, cierto hasta la victoria siempre, pero recuerda te : no hay peor sordo que el que no quiere oir !
    Hasta luego.

  • Cedric a écrit :

    Et bien alors, pourquoi avoir présenté Buffet? j’ai soutenu la gauche… j’aurais aussi voté pour un(e) inconnu(e) mandaté par une union des mouvements d’extrême gauche, rendue possible par la victoire sur le traité constitutionnel…. Vous me répondrez que c’était une décision difficile, blabli-blabla, Buffet à été décidée de justesse, blabli-blabla… Mais, de fait, les petites ambitions narcissiques de chacun priment encore sur les intérêts communs, et, ce qui est le plus grave et le plus condamnable, même au sein de partis qui prônent le bien commun avant le bien individuel…
    Et c’est reparti pour cinq ans…

  • Francis GOUT a écrit :

    Cher Camarade Tito,

    Pour te montrer que je suis vraiment solidaire je te gratifie du dernier billet que j’adresse à Onfray, qui décidément ne brille pas en ce moment par son originalité.

    Cher Michel Onfray,

    Vous semblez avoir décidé, de ne parler, dans votre blog se voulant pourtant de campagne, que de problèmes qui sont à cent coudées des vrais enjeux du moment dont il nous reste à peine un mois et demi pour débattre.

    De grâce, nous aurons cinq ans, pour tenir d’interminables débats de philistins, sur les responsabilités politiques des uns et des autres en regard de l’histoire.

    Puisqu’il en est ainsi, méditez donc un peu ceci à la manière chinoise :

    « Connaître son ignorance est la meilleure part de la connaissance »

    Bien à vous

    Francis Gout

    Hasta la vista companero.

    Francisco

  • Gimenez Gilbert a écrit :

    Je pense comme toi qu’une mise au point était nécessaire sur l’intervention récente de Michel Onfray et j’avais fait le même choix que toi avec les memes motivations sur Cléméntine Autain et tous les avantages qu’en aurait tiré notre parti. Je viens de lire dans communistes le compte rendu du dernier conseil national, et je suis surpris par la sous estimation du rapport de Cohen Séat et de la majorité des intervenants sur les dégât fait par notre choix dans le rassemblement antilibéral.
    fraternellement
    Gilbert Gimenez secrétaire section PCF Toulon

  • Tietie007 a écrit :

    Onfray frappe un peu tout le monde et fait la leçon …il tacle régulièrement Mélenchon pour son robespierrisme et a apporté son soutien à ce jacobin de Chevènement …allez comprendre !

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>