Accueil » Engagements

Pour sauver le rĂȘve d’une Europe dĂ©mocratique et sociale, je voterai contre le traitĂ© budgĂ©taire europĂ©en

28 septembre 2012 7 709 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

 

AprĂšs le traitĂ© de Lisbonne et le MES, le TraitĂ© sur la StabilitĂ©, la Coordination et la Gouvernance (TSCG) est le nouvel avatar de l’Europe libĂ©rale soumise aux marchĂ©s financiers.

Comme je l’ai dĂ©jĂ  affirmĂ© au sein de la Commission des Affaires Ă©trangĂšres, je voterai contre le traitĂ© budgĂ©taire europĂ©en qui sera soumis au vote des dĂ©putĂ©s le 9 octobre prochain.

Ce texte, complexe Ă  dessein, est une remise en cause grave des fondements de notre RĂ©publique parlementaire et sociale. Le TSCG vient en effet graver dans le marbre l’obligation de rĂ©duction des dĂ©ficits et obligera les Etats-membres Ă  mettre en Ɠuvre une politique d’austĂ©ritĂ© aveugle.

Nous assistons lĂ  Ă  une vĂ©ritable entreprise de dĂ©mantĂšlement des acquis sociaux issus du Conseil National de la RĂ©sistance. Education, santĂ©, sĂ©curitĂ© sociale, justice, budget des collectivitĂ©s territoriales : l’ensemble de notre systĂšme de solidaritĂ© sera touchĂ© par la cure d’amaigrissement imposĂ©e par Bruxelles. Applaudi des deux mains par les financiers et le patronat, ce traitĂ© sera en revanche un  Ă©norme coup dur pour les classes moyennes et populaires.

Le traitĂ© budgĂ©taire europĂ©en aura aussi pour effet de priver le parlement de sa souverainetĂ© en matiĂšre budgĂ©taire. Avec ce texte, la Commission europĂ©enne, instance non-Ă©lue, aura un droit de regard permanent sur les budgets nationaux et pourra, avec la complicitĂ© de la Cour de Justice de l’Union europĂ©enne, infliger des amendes aux Etats qui ne feraient pas assez d’efforts pour rĂ©duire leurs dĂ©ficits.

AprĂšs ratification du TraitĂ©, les pouvoirs du Parlement en matiĂšre budgĂ©taire seront donc quasi-nuls. Les reprĂ©sentants du peuple n’auront plus aucune marge de manƓuvre pour mener des politiques publiques ambitieuses, sous peine de se faire rappeler Ă  l’ordre par la Commission. Je m’oppose avec la plus grande force Ă  ce processus de transfert de souverainetĂ© qui ne dit pas son nom. Les Français doivent ĂȘtre consultĂ©s par rĂ©fĂ©rendum sur ce traitĂ© qui modifie radicalement le fonctionnement de nos institutions.

Plus profondĂ©ment, Ă  travers ce traitĂ©, un nouveau pas est franchi vers une Union EuropĂ©enne fĂ©dĂ©rale autoritaire. On cherche Ă  bĂąillonner le peuple pour mieux favoriser les intĂ©rĂȘts des marchĂ©s financiers et du capitalisme mondialisĂ©. EuropĂ©en convaincu, je ne peux me rĂ©soudre Ă  cette rĂ©gression dĂ©mocratique inacceptable.

L’Union europĂ©enne a besoin d’un nouveau projet mobilisateur. Pour sortir de la crise, elle doit tourner la page de l’austĂ©ritĂ© et enfin susciter l’adhĂ©sion des peuples en remettant l’humain au cƓur de ses politiques.

J’appelle tous les citoyens Ă  se mobiliser contre ce pacte austĂ©ritaire et pour l’organisation d’un rĂ©fĂ©rendum.

La manifestation du 30 septembre prochain sera l’occasion de faire entendre nos revendications pour une autre Europe, une Europe solidaire, fraternelle et dĂ©mocratique.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>