Accueil » ActualitĂ©s

Situation prĂ©occupante pour les droits de l’homme en RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo

22 novembre 2012 4 072 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

L’est de la RĂ©publique DĂ©mocratique du Congo connaĂźt une nouvelle flambĂ©e de violences depuis qu’un groupe armĂ©, le M23, a pris les armes contre les troupes du gouvernement central. Ces derniers jours, une offensive de grande ampleur a permis aux rebelles de prendre la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu. Les tĂ©moignages de violations des droits de l’homme se multiplient et font craindre un vĂ©ritable dĂ©sastre humanitaire.

En aoĂ»t dernier, j’alertai dĂ©jĂ  le gouvernement sur la situation prĂ©occupante qui prĂ©valait dans les provinces du Kivu depuis la crĂ©ation du M23. J’appelle la France a entreprendre les efforts diplomatiques nĂ©cessaire, en lien avec le gouvernement  congolais et l’Organisation des Nations-Unies, afin que la paix revienne dans cette rĂ©gion qui est, depuis trop longtemps, le thĂ©Ăątre de conflits meurtriers.

Retrouvez ci dessous la question Ă©crite que j’ai adressĂ©e au ministre des Affaires Ă©trangĂšres Laurent Fabius.

 

M. François Asensi alerte M. le ministre des affaires Ă©trangĂšres sur la situation dramatique qui prĂ©vaut actuellement dans l’est de la RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo (RDC), dans les provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu. Cette rĂ©gion des Grands lacs est depuis plusieurs annĂ©es le thĂ©Ăątre de conflits armĂ©s meurtriers qui ont entraĂźnĂ© des millions de mort et des centaines de milliers de rĂ©fugiĂ©s.

RĂ©percussions du gĂ©nocide au Rwanda, rivalitĂ©s tribales, compĂ©tition pour les matiĂšres premiĂšres, dĂ©sagrĂ©gation de l’État de droit congolais : les causes de la guerre sont multiples et complexes. Plusieurs groupes rebelles, plus ou moins structurĂ©s, affrontent rĂ©guliĂšrement l’armĂ©e congolaise et s’attaquent aux populations civiles. Les cas de viols ou d’enrĂŽlement d’enfants soldats ont Ă©tĂ© attestĂ©s Ă  de nombreuses reprises par l’ONU pendant cette pĂ©riode.

AprĂšs une certaine accalmie, la rĂ©gion risque de plonger une nouvelle fois dans le chaos depuis que les mutins du M23, issus d’une prĂ©cĂ©dente rĂ©bellion intĂ©grĂ©e aux forces armĂ©es de la RĂ©publique dĂ©mocratique du Congo (FARC), ont pris les armes et conquis plusieurs villes dans l’est de la RDC. Le M23 s’est rendu coupable de d’exactions rĂ©pĂ©tĂ©es sur les populations civiles qui ont Ă©tĂ© condamnĂ©es par le conseil de sĂ©curitĂ© de l’ONU.

Pour éviter une dégradation de la situation sécuritaire du pays dont les conséquences seraient dramatiques, il est urgent de trouver une solution concertée pour arriver à un rÚglement pacifique du conflit.

CritiquĂ©e par les populations locales pour sa passivitĂ© et prise pour cible par une partie des belligĂ©rants, la mission de maintien de la paix des Nations-unies, la MONUSCO, semble bien impuissante Ă  enrayer le cycle de violences. Il lui demande donc ce que la France, en lien avec les autoritĂ©s congolaises et l’ensemble de la communautĂ© internationale, fait ou envisage de faire pour Ă©viter que cette situation ne dĂ©gĂ©nĂšre en un drame humanitaire et plus gĂ©nĂ©ralement pour que cette rĂ©gion des grands lacs puisse espĂ©rer un jour connaĂźtre la paix.

 

 

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>