Accueil » Actualités

Situation préoccupante pour les droits de l’homme en République Démocratique du Congo

22 novembre 2012 4 068 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

L’est de la République Démocratique du Congo connaît une nouvelle flambée de violences depuis qu’un groupe armé, le M23, a pris les armes contre les troupes du gouvernement central. Ces derniers jours, une offensive de grande ampleur a permis aux rebelles de prendre la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu. Les témoignages de violations des droits de l’homme se multiplient et font craindre un véritable désastre humanitaire.

En août dernier, j’alertai déjà le gouvernement sur la situation préoccupante qui prévalait dans les provinces du Kivu depuis la création du M23. J’appelle la France a entreprendre les efforts diplomatiques nécessaire, en lien avec le gouvernement  congolais et l’Organisation des Nations-Unies, afin que la paix revienne dans cette région qui est, depuis trop longtemps, le théâtre de conflits meurtriers.

Retrouvez ci dessous la question écrite que j’ai adressée au ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

 

M. François Asensi alerte M. le ministre des affaires étrangères sur la situation dramatique qui prévaut actuellement dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), dans les provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu. Cette région des Grands lacs est depuis plusieurs années le théâtre de conflits armés meurtriers qui ont entraîné des millions de mort et des centaines de milliers de réfugiés.

Répercussions du génocide au Rwanda, rivalités tribales, compétition pour les matières premières, désagrégation de l’État de droit congolais : les causes de la guerre sont multiples et complexes. Plusieurs groupes rebelles, plus ou moins structurés, affrontent régulièrement l’armée congolaise et s’attaquent aux populations civiles. Les cas de viols ou d’enrôlement d’enfants soldats ont été attestés à de nombreuses reprises par l’ONU pendant cette période.

Après une certaine accalmie, la région risque de plonger une nouvelle fois dans le chaos depuis que les mutins du M23, issus d’une précédente rébellion intégrée aux forces armées de la République démocratique du Congo (FARC), ont pris les armes et conquis plusieurs villes dans l’est de la RDC. Le M23 s’est rendu coupable de d’exactions répétées sur les populations civiles qui ont été condamnées par le conseil de sécurité de l’ONU.

Pour éviter une dégradation de la situation sécuritaire du pays dont les conséquences seraient dramatiques, il est urgent de trouver une solution concertée pour arriver à un règlement pacifique du conflit.

Critiquée par les populations locales pour sa passivité et prise pour cible par une partie des belligérants, la mission de maintien de la paix des Nations-unies, la MONUSCO, semble bien impuissante à enrayer le cycle de violences. Il lui demande donc ce que la France, en lien avec les autorités congolaises et l’ensemble de la communauté internationale, fait ou envisage de faire pour éviter que cette situation ne dégénère en un drame humanitaire et plus généralement pour que cette région des grands lacs puisse espérer un jour connaître la paix.

 

 

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>