Accueil » 3 villes ensembles, ActualitĂ©s, Engagements

Pour un Observatoire national des violences faites aux femmes en Seine-Saint-Denis

7 dĂ©cembre 2012 3 725 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

Les violences faites aux femme ont des consĂ©quences  dramatiques, aussi bien sur le plan physique que psychique. Il est par consĂ©quent nĂ©cessaire de proposer des structures d’accompagnement et d’assistance pour toutes les femmes qui en sont victimes. Partant de ce constat, un premier Observatoire dĂ©partemental des violences envers les femmes a Ă©tĂ© ouvert il y a plus de 10 ans en Seine-Saint-Denis avec des rĂ©sultats probants.

Avec d’autres Ă©lus communistes de Seine-Saint-Denis, nous demandons de renforcer les moyens dĂ©volus Ă  la lutte contre les violences faites aux femmes, vĂ©ritable flĂ©au de notre sociĂ©tĂ©.

Nous demandons Ă©galement qu’un Observatoire national des violences faites aux femmes voit le jour.

 

Retrouvez le texte de l’appel ci dessous:

Elu-e-s de la Seine-Saint-Denis, nous avons soutenu le prĂ©sident du Conseil gĂ©nĂ©ral, Robert ClĂ©ment lorsqu’il a crĂ©e sous l’impulsion de Catherine Puig , il y a plus de 10 ans, le premier Observatoire des violences envers les femmes, structure unique en France Ă  l’échelle d’un dĂ©partement.

En posant cet acte, nous avons fait de la lutte contre les violences faites aux femmes une prioritĂ© de notre action. Convaincu-e-s qu’il ne s’agissait pas d’une question relevant de la sphĂšre privĂ©e, mais d’un problĂšme politique majeur, nous avons mis en lumiĂšre la rĂ©alitĂ© des phĂ©nomĂšnes de violences, dans la diversitĂ© de leurs expressions. Nous avons imaginĂ© des rĂ©ponses innovantes et concrĂštes qui, par leur complĂ©mentaritĂ©, ont fini par constituer un vĂ©ritable arsenal protecteur pour les femmes et leurs enfants. Nous avons contribuĂ© Ă  une prise de conscience salutaire pour faire changer le regard de la sociĂ©tĂ© sur ce flĂ©au. Nous avons ouvert une nouvelle voie pour l’émancipation des femmes, l’exercice de leur citoyennetĂ© pleine et entiĂšre, la conquĂȘte d’une Ă©galitĂ© rĂ©elle.

Notre combat n’a pas Ă©tĂ© vain : l’engagement du DĂ©partement, des villes, de leurs Ă©lu-e-s, des habitant-e-s, la mobilisation des personnels des services publics dĂ©partementaux et locaux, aux cĂŽtĂ©s des associations, a permis Ă  des milliers de femmes de sortir du silence, de la douleur et de la culpabilitĂ©. Depuis 10 ans, grĂące Ă  cette synergie, des milliers de femmes ont Ă©tĂ© secourues et durablement aidĂ©es Ă  reprendre leur vie en main, et Ă  prendre un nouveau dĂ©part.

Le tĂ©lĂ©phone portable d’alerte pour les femmes en trĂšs grand danger, le protocole dĂ©partemental de mise en Ɠuvre de l’ordonnance de protection, l’accompagnement des enfants victimes ou tĂ©moins de violences, l’expĂ©rimentation d’une Ă©ducation non sexuĂ©e dans les crĂšches, les reprĂ©sentations de ThĂ©Ăątre Forum pour libĂ©rer la parole dans les quartiers
 Autant d’outils qui ont prouvĂ© leur efficacitĂ© et sont dĂ©sormais prĂȘts Ă  ĂȘtre mis en Ɠuvre sur d’autres territoires.

Nous sommes lucides sur les moyens qu’il reste encore Ă  mobiliser pour permettre aux services  publics et aux associations de faire reculer davantage les violences et amĂ©liorer la prise en charge des femmes en matiĂšre d’accueil, d’hĂ©bergement ou de mise en sĂ©curitĂ©. C’est pourquoi nous souhaitons qu’une loi-cadre sur les violences faites aux femmes soit rapidement votĂ©e, pour complĂ©ter celle du 9 juillet 2010.

Nous demandons la crĂ©ation de l’Observatoire National des violences faites aux femmes. Elle a Ă©tĂ© annoncĂ©e par Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, le 22 novembre, ici mĂȘme. Nous sommes Ă©tonnĂ©s que le Conseil interministĂ©riel du 30 novembre ne s’engage pas sur la crĂ©ation de cette structure.

La ministre ayant reconnu s’ĂȘtre inspirĂ©e de l’Observatoire du Conseil gĂ©nĂ©ral, nous demandons la crĂ©ation de l’Observatoire National et nous lui proposons de l’installer en Seine Saint Denis. Ce serait une grande fiertĂ© d’accueillir cette structure tant attendue sur le territoire qui l’a vu naĂźtre.

 Liste des signataires:

François Asensi, Député, Maire de Tremblay en France,
Gilles Garnier, Conseiller GĂ©nĂ©ral dĂ©lĂ©guĂ© de Seine Saint Denis, en charge de l’Observatoire dĂ©partemental des violences faites aux femmes,
Eliane Assassi, SĂ©natrice de la Seine Saint Denis,
Pascal Beaudet, Conseiller général de la Seine Saint Denis
Michel Beaumale, Maire de Stains,
Bally Bagayoko, Vice président du Conseil général de la Seine saint Denis
Belaide Bedredine,  Conseiller général de la Seine Saint Denis
Josiane Bernard, Vice Présidente du Conseil général de la Seine Saint Denis
Patrice Bessac, Conseiller régional Ile De France
Hervé Bramy, Conseiller général de la Seine Saint Denis
Marie George Buffet, Députée de la Seine saint Denis,
Florence Haye, Conseiller général de la Seine Saint Denis
Muguette Jacquaint, Députée honoraire,
Jean Jacques Karman, Conseiller général de la Seine Saint Denis
Carine Juste, Maire de Villetaneuse
Djeneba Keita, ConseillÚre régionale Ile De France
Didier Mignot, Maire de Blanc Mesnil
Jean Charles NÚgre, Vice président du Conseil général de la Seine saint Denis
Pierre Laporte, Vice président Conseil général de la Seine Saint Denis
Didier Paillard, Maire de Saint Denis
Gilles Poux, Maire de la Courneuve
Jacqueline Rouillon, Maire de Saint Ouen, ConseillÚre général  de la Seine Saint Denis
Abdel Saidi, Conseiller général de la Seine Saint Denis
Azzedine Taïbi, Vice président du Conseil général de la Seine Saint Denis

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>