Accueil » 3 villes ensembles, ActualitĂ©s, Education

Mobilisation enseignante sur les rythmes scolaires : « Place à la concertation pour garantir vraiment la réussite des élÚves ! »

12 fĂ©vrier 2013 1 630 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

Le Gouvernement a engagĂ© une rĂ©forme profonde des rythmes scolaires qui doit rĂ©tablir la semaine de 4 jours et demi, allonger la pause mĂ©ridienne, et allĂ©ger la journĂ©e scolaire de l’enfant.

Je partage les inquiĂ©tudes des enseignants qui s’expriment dans les mouvements sociaux ces derniĂšres semaines. Il ne s’agit pas d’un quelconque « rĂ©flexe corporatiste ». Les enseignants ont fait largement savoir qu’ils n’étaient pas opposĂ©s au principe de cette rĂ©forme. Ils veulent une rĂ©forme Ă  la hauteur de l’enjeu et ils ont raison. Elle doit ĂȘtre conduite dans l’intĂ©rĂȘt de l’enfant, avec la mobilisation des moyens nĂ©cessaires, sans sacrifier pour autant les conditions de travail des personnels. Une rĂ©elle consultation de tous les intĂ©ressĂ©s est incontournable.

Les communes sont, elles-aussi, placĂ©es devant le fait accompli. Elles ont obligation de se prononcer avant le 31 mars sur le dĂ©lai d’application de cette rĂ©forme, dĂšs la rentrĂ©e de septembre 2013 (en contrepartie d’une incitation financiĂšre), ou en 2014. Le Conseil municipal de Tremblay-en-France, comme bien d’autres villes, a dĂ©cidĂ© de reporter la mise en place de cette mesure Ă  la rentrĂ©e 2014.

Les changements impliquĂ©s par cette rĂ©forme dans l’organisation des temps de vie de l’enfant, mais aussi des familles, sont trĂšs profonds. Les temps pĂ©riscolaires doivent ĂȘtre repensĂ©s, en associant Ă  ce travail tous les acteurs : reprĂ©sentants des parents d’élĂšves, monde associatif sportif et culturel, administration municipale.

Ce travail de concertation, et d’évaluation des impacts de la rĂ©forme, n’a pas sĂ©rieusement eu lieu. De nombreux avis nĂ©gatifs se sont d’ailleurs exprimĂ©s sur cette rĂ©forme : le comitĂ© consultatif de l’Education Nationale ou l’Association des Maires de France. La question du coĂ»t d’une telle rĂ©forme pour les communes, pour les familles et pour l’Éducation nationale n’est pas sincĂšrement posĂ©e par le gouvernement.

Il faut prendre le temps de la concertation, et se donner les moyens nĂ©cessaires Ă  un encadrement des temps hors classe qui soit de qualitĂ©. La rĂ©flexion doit ĂȘtre globale, et intĂ©grer aussi la question des programmes, et des moyens humains. Malheureusement, le projet de loi d’orientation de l’école actuellement Ă  l’étude, qui aurait pu ĂȘtre l’occasion d’engager ce chantier, n’est pas Ă  la hauteur des attentes, loin de lĂ . Il ne couvre pas les besoins nĂ©cessaires, et ne rĂ©pare pas ce qui a Ă©tĂ© cassĂ© par les gouvernements prĂ©cĂ©dents.

Plus que jamais, je suis dĂ©terminĂ© Ă  dĂ©fendre, aux cĂŽtĂ©s des enseignants et des parents d’Ă©lĂšves,  une Ă©cole publique de qualitĂ© qui place l’intĂ©rĂȘt de l’enfant au cƓur des prĂ©occupations.

 

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>