Accueil » ActualitĂ©s, Affaires internationales, Engagements

Mission parlementaire en Tunisie

11 mars 2013 2 795 vues Un commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

En tant que membre de la Commission des Affaires Ă©trangĂšres, je me suis rendu en Tunisie dans le cadre d’une mission parlementaire chargĂ©e  de faire le point sur la situation politique dans ce pays, deux ans aprĂšs le dĂ©clenchement de la rĂ©volution et le dĂ©part du dictateur Ben Ali.

Cette mission a eu lieu dans un contexte de grave crise politique, marquĂ©e par l’assassinat quelques jours plus tĂŽt de l’opposant progressiste Chokri BelaĂŻd.

La dĂ©lĂ©gation parlementaire a pu rencontrer les dirigeants des principales formations politiques tunisiennes, des acteurs de la sociĂ©tĂ© civile et des syndicalistes. Nous avons eu la chance de nous entretenir avec le prĂ©sident de l’AssemblĂ©e constituante Mustapha Ben Jaffaar, le prĂ©sident du parti Ehnnahda Rached Ghannouchi ou avec Hamma Hammami, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du Front populaire, principal parti de gauche tunisien.

Cet Ă©change enrichissant a permis d’amĂ©liorer les connaissances des parlementaires sur ce pays qui se trouve aujourd’hui Ă  la croisĂ©e des chemins. ConfrontĂ©e aux blocages politiques et Ă  la dĂ©gradation de son Ă©conomie, la Tunisie cherche encore sa voie vers la dĂ©mocratie. La prĂ©sence d’une forte de sensibilitĂ© de gauche, progressiste et laĂŻque, est nĂ©anmoins un motif d’espoir pour sortir de la crise politique et rĂ©sister aux pressions des islamistes radicaux.

Retrouvez le programme de notre délégation en Tunisie:

Jeudi 14 février:

photo-tombe chokri belaĂŻd

15.00: CimetiĂšre Jellaz – DĂ©pĂŽt d’une gerbe sur la tombe de Chokri BelaĂŻd.

 

 

 

 

 

 

photo1316.00-16.30: Entretien avec M. Hamma Hammami, Front populaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

16.45-17.15: Entretien avec M. Rached Ghannouchi, Ennahda

 

17.30-18.15: Entretien avec M. BĂ©ji CaĂŻd Essebsi, Nida TounĂšs.

photo_psdt assemblee constituante

 

 

 

 

 

 

 

18.30: Rencontre avec la société civile.

photo16_société civile

 

 

 

 

 

 

 

20.30: DĂźner sur les questions Ă©conomiques

 

Vendredi 15 février:

08.00 : Petit déjeuner avec M. Nejib Chebbi, Parti républicain.

11.00: Entretien avec M. Mustapha Ben Jaafar, prĂ©sident de l’AssemblĂ©e nationale constituante.

12.00: Entretien avec Mme Souad Abderrahim, présidente de la Commission des droits, des libertés et des relations extérieures.

13.00-14.30: Déjeuner avec Mme Souad Abderrahim et des députés tunisiens.

17.00: Conférence de presse

1 commentaire »

  • Gharbi a écrit :

    Monsieur le Député,
    Monsieur F. ASENSI
    Nous sommes les parents français de Yasmina , Selem , CheimĂ© , Mehdi , Adam ,Alexandre ,Anissa , Aya , Manon ,Myriam , Alexandre……………….et malheureusement la liste est plus longue. RĂ©fĂ©rez vous Ă  la liste existante au service juridique de l’ambassade de France Ă  Tunis. Nos enfants qui nous ont Ă©tĂ© enlevĂ©s par nos ex-conjoint(e)s et emmenĂ©s en Tunisie, oĂč tout contact est rompu entre eux et nous.
    L’heure est grave pour l’application de la convention bilatĂ©rale du 18 mars 1982 entre la France et la Tunisie. Malheureusement, cela est logique compte tenu de l’orientation de la politique de l’État tunisien depuis plusieurs annĂ©es Ă  ce sujet et ce au vu et au su de la France.
    Nous dressons le triste constat que, depuis des annĂ©es, les parents qui ont commis les enlĂšvements, prĂ©mĂ©ditent leurs actes illĂ©gaux et les rĂ©alisent en toute impunitĂ© sans qu’il y ait une rĂ©action de l’État français et encore moins de l’Etat tunisien. Nous tenons que les choses changent en France oĂč la loi de la RĂ©publique et les accords entre la France et la Tunisie s’appliquent. Cette injustice est tout simplement insupportable. Nous demandons une rĂ©action ferme de l’État face Ă  ces actes illĂ©gaux et ces incitations Ă  la destruction de VIES entiĂšres qui sont en totale contradiction avec la loi, nos valeurs et nos engagements internationaux.
    Nous les parents de Yasmina , Selem , CheimĂ© , Mehdi , Adam ,Alexandre ,Anissa , Aya , Manon, Myriam , Alexandre………avons entrepris toutes les dĂ©marches judiciaires et avons tous obtenus la garde de nos enfants sur le SOL FRANCAIS par des jugements dĂ©finitifs rendus par les tribunaux de la RĂ©publique française et malheureusement nous nous sommes heurtĂ© Ă  la triste rĂ©alitĂ© qui consiste Ă  ce que la justice tunisienne n’a que faire de ces dĂ©cisions.
    Seule une action de l’État français auprĂšs de l’État tunisien sans Ă©quivoque en faveur du respect des accords bilatĂ©raux permettra des avancĂ©es constructives pour l’avenir de tous.
    La France est un État de droit, vous ĂȘtes le PrĂ©sident de la RĂ©publique française, nos enfants sont français et nous sommes français. Est-il dĂ©placĂ© de vous demander d’agir en faveur du bon droit de vos concitoyens? Quels sont ces enjeux politique avec la Tunisie qui empĂȘchent la France de la contraindre Ă  respecter la loi et l’accord bilatĂ©ral du 18/03/1982?
    En espĂ©rant qu’il ne s’agira pas d’une lettre vaine, nous vous prions de croire, Monsieur le PrĂ©sident, en l’assurance de notre haute considĂ©ration.

    Signée les parents de Yasmina , Selem , Cheimé , Mehdi , Adam ,Alexandre ,Anissa , Aya , Manon, Myriam , Alexandre

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>