Accueil » Actualit√©s, Sant√©, Sevran

Seringues retrouv√©es √† Sevran: le Conseil de surveillance de l’h√īpital Robert Ballanger adopte une motion

26 avril 2013 2 387 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer √† un ami Envoyer √† un ami

Suite √† la d√©couverte de seringues usag√©es √† Sevran et de la pol√©mique qui s’en est suivie, le Conseil de surveillance de l’h√īpital Robert Ballanger, que j’ai l’honneur de pr√©sider, a adopt√© √† l’unanimit√© moins une voix la motion suivante:

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Villepinte, le 26 avril 2013

   Communiqué

Le Conseil de surveillance du centre hospitalier intercommunal Robert Ballanger qui s‚Äôest r√©uni ce jour, a d√©battu des conditions de prise en charge des √©l√®ves de l‚Äô√©cole √©l√©mentaire Emile Zola suite √† la manipulation, le 16 avril dernier, d‚Äôune seringue abandonn√©e, ainsi que de la pol√©mique qui s‚Äôen est ensuivie quant au dispositif de prise en charge de la toxicomanie sur le site de l‚Äôh√īpital.

Le Conseil de surveillance tient en premier lieu √† souligner la r√©activit√© des √©quipes m√©dicales et param√©dicales de l‚Äôh√īpital pour une prise en charge rapide et de qualit√© des enfants ainsi que de leur famille, et les en remercie. Le suivi m√©dical initi√© se poursuivra pendant les prochains mois, selon le protocole habituel.

Le Conseil de surveillance d√©plore le caract√®re inutilement pol√©mique des interventions m√©diatiques de ces derniers jours, mettant en cause le dispositif coordonn√© de prise en charge des addictions sur le site de l‚Äôh√īpital Robert Ballanger.

Ce dispositif, sanitaire et médico-social, repose sur deux acteurs :

–¬†¬†¬† Le D√©partement d‚ÄôAddictologie de l‚Äôh√īpital Robert Ballanger regroupant une unit√© d‚Äôaddictologie de liaison et le Centre de Soins, d‚ÄôAccompagnement et de Pr√©vention en Addictologie (CSAPA) Gainville. La mission du CSAPA Gainville est la prise en charge de l‚Äôusage, abus ou d√©pendance de substances psycho-actives illicites (ainsi que des probl√©matiques alcool et tabac associ√©es) par un suivi m√©dico-psycho-social et la d√©livrance sous contr√īle m√©dical de produits de substitution. Le CSAPA Gainville a des conventions de partenariats avec les CSAPA d‚ÄôAulnay et de Blanc Mesnil. Le CSAPA Gainville a √©t√© labellis√© par l‚ÄôAgence R√©gionale de Sant√© d‚ÄôIle-de-France en mars 2012.

–¬†¬†¬† Le Centre d‚ÄôAccueil et d‚ÄôAccompagnement de la R√©duction des Risques (CAARUD) FIRST est une association qui b√©n√©ficie de la mise √† disposition de locaux sur le site de l‚Äôh√īpital Ballanger et qui a nou√© un partenariat m√©dical avec le CSAPA Gainville. L‚Äôaction du CAARUD FIRST sur le site de Ballanger consiste en partie √† d√©velopper un programme d‚Äô√©change de seringues en direction des toxicomanes pr√©caris√©s dans une logique de r√©duction des risques li√©s aux drogues et de pr√©vention des infections. Elle propose √©galement un accompagnement psychosocial et g√®re quinze appartements de stabilisation.

L’articulation de ces deux dispositifs permet ainsi la réduction des risques pour les personnes toxicomanes mais également leur facilite l’accès à un dispositif de prise en charge médicale et médico-sociale dans une perspective de traitement de leur addiction.

En conformit√© totale avec les orientations d√©finies par l‚ÄôAgence R√©gionale de Sant√© d‚ÄôIle-de-France et en partenariat √©troit avec les municipalit√©s, les acteurs associatifs, etc., l‚Äôh√īpital assume ici pleinement son r√īle d‚Äôh√īpital g√©n√©ral r√©f√©rent pour les communes d‚ÄôAulnay-sous-Bois, Le Blanc-Mesnil, Sevran, Tremblay-en-France et Villepinte, pour toutes les pathologies et pour l‚Äôensemble de la population, quelle que soit sa situation sanitaire ou sociale.

Le Conseil de surveillance appelle à respecter ce service public indispensable du territoire et alerte sur les risques de stigmatisation d’une partie de la population comme sur le danger  de discours inutilement anxiogènes.

Le Conseil de surveillance considère que l’arrêt du fonctionnement des distributeurs de seringues tel qu’il a pu être demandé ne ferait qu’augmenter les difficultés actuelles.

Le Conseil de surveillance suivra avec attention les d√©veloppements ult√©rieurs de cet incident et souhaite que les coop√©rations existantes se poursuivent, avec le souci constant bien s√Ľr d‚Äôam√©liorer le dispositif existant, mais avec l‚Äô√©tat d‚Äôesprit de s√©r√©nit√© et de s√©rieux requis pour ce sujet difficile.

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>