Accueil » Actualités

Pour un encadrement plus strict des syndics de copropriétés

20 juin 2013 2 739 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Un certain nombre d’habitants de la circonscription m’ont fait part des difficultés qu’ils rencontrent au quotidien dans la gestion de leur copropriété. En effet, les copropriétaires doivent s’acquitter de charges toujours plus élevées pour un service de piètre qualité. Les pratiques des syndics sont montrées du doigt. Manque de transparence, clauses abusives, surcoûts injustifiés, retards dans les travaux, choix contestable des prestataires…les abus sont nombreux et doivent être réprimés. Car de plus en plus de copropriétés se dégradent rapidement sous l’effet conjugué de la crise et des abus des syndics.

Avec ma suppléante Clémentine Autain, nous sommes donc intervenu uprès de la ministre du logement Cécile Duflot afin que l’Etat mette en place un encadrement plus strict des syndics de copropriété. Nous avons également appelé le gouvernement à créer des dispositifs efficaces pour prévenir la dégradation des copropriétés et aider les copropriétés les plus en difficultés.

Retrouvez mon courrier ci-dessous:

« Madame la Ministre,

Nous souhaitions vous alerter de la dégradation de certaines copropriétés sur notre territoire. Ce phénomène préoccupant, qui n’est certes pas nouveau, semble avoir pris une nouvelle ampleur au cours des dernières années.

De nombreux copropriétaires de ma circonscription nous ont saisis sur cette question. Certains sont excédés de voir que l’entretien des bâtiments et des parties communes n’est pas assuré de manière satisfaisante alors qu’ils paient des charges de copropriété élevées. On constate en effet une dégradation rapide du bâti et une multiplication de disfonctionnements graves (coupures de chauffage intempestives, non remplacement d’ascenseur défectueux, espace vert mal entretenu…) qui nuisent sensiblement à la qualité de vie des copropriétaires. 

La plupart des gens que nous avons rencontrés s’efforcent, malgré des revenus souvent modestes, de payer leurs charges. Mais ils trouvent parfois injuste de devoir s’acquitter de plusieurs centaines d’euros par mois à leur syndic pour un service de piètre qualité.

La montée de la précarité joue évidemment un rôle dans les difficultés financières des copropriétés. Mais il ne faut pas non plus passer sous silence les pratiques contestables de certains syndics comme l’association de consommateur UFC Que Choisir l’a bien montré dans un rapport publié le 28 mai dernier intitulé « Syndics, mauvaises pratiques à tous les étages ». Manque de transparence, clauses abusives, surcoûts injustifiés, retards dans les travaux, choix contestable des prestataires…les griefs adressés aux syndics sont nombreux et légitimes.

Vous avez annoncé, Madame la Ministre, qu’une loi sera présentée au parlement pour remédier aux problèmes posés par la gestion des copropriétés et assurer la sauvegarde de celles qui sont le plus en difficultés.

Les copropriétaires de notre circonscription ont pu mesurer les bienfaits de la rénovation urbaine dans les logements sociaux situés à proximité de leur lieu d’habitation. Malgré leur statut privé, les copropriétaires ont aussi besoin de l’aide des pouvoirs publics pour agir contre la dégradation progressive de leur lieu de vie.

Nous souhaitons que le gouvernement, au vu du rapport Dilain, prenne les mesures nécessaires afin de prévenir la dégradation des copropriétés en difficulté. Par ailleurs, nous vous proposons de mettre en place des dispositifs efficaces pour assurer un encadrement strict des syndics et ainsi lutter contre certaines dérives qui nuisent à la qualité de vie des copropriétaires. »

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>