Accueil » Actualités

Non à la réforme injuste des retraites

9 octobre 2013 1 618 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

L’Assemblée nationale débat actuellement d’une nouvelle réforme des retraites qui prévoit entre autre un allongement de la durée de cotisation à 43 ans.

Je le dis, cette réforme est injuste et inacceptable.

Injuste car elle retardera de fait l’âge de départ à la retraite. Les jeunes, qui entrent de plus en plus tard sur le marché du travail, seront les premières victimes de cette réforme. Les femmes qui se sont arrêtées de travailler pour élever leurs enfants seront également fortement pénalisées.

Injuste car elle diminuera le niveau des pensions de retraite : avec la crise et l’augmentation du chômage des seniors, beaucoup de salariés seront dans l’impossibilité de réunir 43 années de cotisations. Conséquence : les retraités verront leur pension réduite à portion congrue.

Injuste car elle fait peser le financement du régime des retraites sur les salariés. Contrairement à ce qu’a affirmé le gouvernement, d’autres solutions existent pour financer l’équilibre des régimes. La mise à contribution des revenus financiers permettrait de dégager des milliards d’euros pour financer notre système de retraite.

Les timides avancées mises en avant par le gouvernement (création d’un compte individuel de pénibilité, prise en compte des périodes de stage et d’apprentissage dans le calcul de la retraite…) ne peuvent masquer la régression que constitue l’augmentation de la durée de cotisation.

Cette réforme n’est pas digne d’un gouvernement de gauche.

Ensemble, poursuivons la mobilisation pour le droit à une retraite digne!

 

Retrouvez le communiqué du groupe Front de Gauche à l’Assemblée nationale:

Projet de loi sur les retraites : le Medef en a rêvé et le gouvernement socialiste le fait

Dans le prolongement du rapport Moreau et des concertations menées au pas de charge en juillet avec les partenaires sociaux, le projet de loi du Gouvernement sur les retraites reprend les annonces faites par le Premier Ministre en août qui maintiennent le cap de l’austérité sur injonction de la Commission européenne.

Les choix du Gouvernement ne laissent planer aucun doute sur les objectifs poursuivis : si quelques avancées a priori positives (mais malheureusement bien trop frileuses) sont incluses dans le texte (compensation a minima de la pénibilité, la prise en compte de l’apprentissage et des stages, le travail à temps partiel ou la situation de personnes handicapées et de leurs aidants familiaux), elles ne sauraient occulter la logique d’ensemble.

Englué dans une vision purement comptable de l’équilibre des comptes publics et sociaux, le gouvernement reprend à son compte les revendications patronales de baisse du coût du travail et de réduction de la dépense publique et sociale. Le texte entérine l’allongement de la durée de cotisation pour une retraite à taux plein au motif que l’on vivrait plus longtemps, alors même que la durée réelle de cotisation ne cesse de baisser en raison de l’entrée plus tardive des jeunes sur le marché du travail, du chômage, de la précarité de toutes les tranches d’âge.

Injustes et déséquilibrées, les dispositions proposées dans ce texte rejettent sur les salariés et les retraités l’exclusivité du financement effectif de cette réforme, le Ministre de l’économie ayant d’ores et déjà assuré au patronat que leur contribution serait intégralement compensée.

Ces propositions s’inscrivent dans la continuité des réformes libérales de droite engagées depuis 1993, qu’elles valident et approfondissent.

Au bout du compte, le financement de cette réforme incombera essentiellement aux salariés et aux retraités. C’est une triste première pour un gouvernement de gauche.

 

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>