Parc de la Poudrerie : Réunion constructive à la préfecture de Région : 1ère victoire pour le parc… Encore des questions en suspens

9 novembre 2016 0 Par Francois Asensi

François Asensi participait hier à la table ronde sur l’avenir du parc de la Poudrerie à l’initiative du préfet de Région, Jean-François Carenco, en présence du préfet de Seine-Saint-Denis, d’élus de la région Ile-de-France, du président du conseil départemental, du député Pascal Popelin et des maires de Villepinte, Sevran, Vaujours et Livry-Gargan.

« Une réunion constructive qui augure la pérennité du parc de la Poudrerie au 1er janvier 2017. C’est un succès. La mobilisation citoyenne à porter ses fruits. L’État restera propriétaire du parc et s’engage à signer une nouvelle convention pluriannuelle de gestion avec le Conseil départemental et la région Ile-de-France, dont les modalités restent encore à définir.

Dans la période de latence de réalisation d’une nouvelle convention de gestion d’au moins 5 ans, il appartient au département et à la région Ile-de-France de prolonger la convention actuelle d’un an. J’attends de la présidente de la région qu’elle s’engage en ce sens.
D’autre part, l’État s’engage financièrement pour l’avenir du parc de la Poudrerie. Une première ! Il réalisera 2 millions d’€ d’investissements pour la dépollution et la rénovation du parc forestier. Je me félicite de cette décision.

Dès février, j’alertais le gouvernement en intervenant à l’Assemblée nationale pour refuser la fermeture de la Poudrerie au 1er janvier 2017. La forte mobilisation citoyenne, comme en témoigne les 20 000 signatures de la pétition pour sauver le parc et les différentes initiatives des municipalités, a démontré tout l’attachement de la population locale pour le parc.

La vigilance reste néanmoins de mise pour qu’un accord ambitieux voit le jour. La convention de gestion doit comprendre une dimension sociale, afin que des générations d’enfants puissent continuer de profiter encore longtemps de ce patrimoine vert unique en Seine-Saint-Denis, à travers les centres de loisirs et les activités d’été. Le parc de la Poudrerie est également un lieu de programmation et de diffusion culturelle, ainsi qu’un formidable outil pédagogique en matière de sensibilisation aux enjeux de développement durable. Il doit le rester.

La proposition de l’État d’autoriser des droits de construction aux abords du parc soulève des questions. Une telle décision pourrait mettre en péril l’intégrité de ce site classé et reconnu zone « Natura 2000 ». Je tiens à réaffirmer, aux côtés des usagers, que le parc de la Poudrerie doit garder sa vocation première : celle d’un massif forestier, véritable poumon vert de notre département »