Accueil » 3 villes ensembles, Actualités, Engagements, Santé, Services publics

GHT : Francois Asensi dénonce « une décision politique » contre l’hôpital Robert Ballanger

17 novembre 2016 68 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer à un ami Envoyer à un ami

Déclaration de François Asensi, président du Conseil de surveillance :

« Le directeur de l’Agence Régionale de Santé (ARS) a annoncé hier que la gestion du groupement hospitalier 93 – Est (GHT) sera confiée à l’hôpital de Montfermeil, et non à l’hôpital Robert Ballanger comme proposé initialement. C’est une injustice pour notre hôpital !

Une volte-face incompréhensible pour François Asensi, député-maire de Tremblay-en-France et président du Conseil de surveillance de l’hôpital Ballanger : « Il y a dix jours, l’ARS reconnaissait la qualité de la candidature de l’hôpital Robert Ballanger et proposait de lui confier la gestion du groupement hospitalier. L’annonce d’aujourd’hui constitue un revirement total. La décision du gouvernement, qui désavoue l’avis de l’ARS, est purement politique ».

On peut légitimement s’interroger sur les tenants et les aboutissants d’un tel retournement. La santé de nos concitoyens et l’amélioration de l’offre de soins ont-ils été les principaux critères de cette décision ?

Par son choix, le Gouvernement ignore le formidable travail mené depuis des années par l’ensemble de ses équipes : cadres de direction, médecins, infirmiers, agents techniques. Il contribue objectivement à favoriser le maire et Président du Conseil de surveillance de l’hôpital de Montfermeil, dont les prises de position en matière de politique de santé heurtent les consciences, notamment la remise en cause du droit à l’avortement.

François Asensi, qui a défendu de toute son énergie la candidature de l’hôpital Robert Ballanger, regrette cette décision. « C’est un mauvais signe pour la santé publique sur notre territoire, déjà davantage touché qu’ailleurs par les inégalités de santé et la décroissance de la médecine de ville. L’hôpital Robert Ballanger exerce pourtant une fonction de bouclier social essentielle ».
Pourtant, la désignation de l’hôpital Robert Ballanger comme hôpital support apparaissait pertinente au regard de différents facteurs : l’hôpital Robert Ballanger présente le chiffre d’affaire le plus important du GHT. Sa dynamique d’activité, en forte hausse depuis cinq ans, est notamment soutenue par des investissements importants réalisés sur la période 2008-2014 (nouveau bâtiment mère-enfant, rénovation de la psychiatrie, nouveau SSR…). François Asensi s’était mobilisé aux côtés du personnel pour obtenir les investissements nécessaires de l’Etat (32 millions d’€). Un dynamisme qui aurait dû faire pencher la décision du gouvernement en faveur du CHIRB !

François Asensi est plus que jamais déterminé pour engager le combat pour la défense et la promotion de l’hôpital public. Il continuera de défendre les intérêts des patients et du personnel hospitalier de l’hôpital Robert Ballanger. Avec la communauté médicale, il examinera dans les prochains jours les actions à mener pour préserver ce projet hospitalier. Pour le député-maire de Tremblay, « il est hors de question que cette décision viennent remettre en cause l’intégrité et la stratégie interne de notre hôpital, qui rayonne par une offre de soins de qualité, notamment dans les domaines médicales et chirurgicales (Cardiologie, USIC, Neurologie, USINV, réanimation, urologie, psychiatrie…), complétée par une offre de Soins de suite et réadaptation importante et un plateau technique de qualité ».

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>