« Un avenir se dessine enfin pour le parc de la Poudrerie ! »

23 décembre 2017 0 Par Francois Asensi

« Ensemble, nous avons gagné la bataille pour la Poudrerie »

Madame, Monsieur,

Un an après la forte mobilisation citoyenne que j’avais initiée et qui avait empêché la fermeture du parc de la
Poudrerie, un avenir se dessine enfin pour ce site forestier exceptionnel.

Jeudi 21 décembre 2017, un protocole de mise en oeuvre du « projet d’avenir » du parc de la Poudrerie a été signé par les différents acteurs locaux et institutionnels. Un engagement financier sur 5 ans de 8,5 millions d’euros a été pris pour développer et préserver ce patrimoine vert qui doit assurer la pérennité du parc. Je me félicite de cette décision. Cette signature est une bonne nouvelle. C’est l’aboutissement d’une formidable mobilisation citoyenne pour sauvegarder ce parc forestier. Ce combat commun a rassemblé des milliers de citoyens dans la diversité de leurs convictions, afin que des générations d’enfants puissent continuer à profiter encore longtemps de ce patrimoine vert unique, témoin précieux de l’histoire industrielle de la Seine-Saint-Denis. C’est une grande victoire pour les habitants de notre territoire.

Certaines modalités du projet d’avenir posent néanmoins question et invitent à la vigilance. Je tiens à réaffirmer,
aux côtés des usagers du parc, que les nouvelles orientations de développement du parc ne doivent pas mettre en péril l’intégrité de ce site classé et reconnu « Natura 2000 ».

La volonté partagée de l’État, du Conseil départemental de la Seine-Saint- Denis et de la région Îlede-
France de « générer de nouvelles recettes d’exploitation » et la proposition d’autoriser de nouvelles activités aux abords du parc en cédant les 7 hectares du parc appartenant au ministère de la Défense (situés sur les communes de Vaujours et de Livry-Gargan) doit être strictement encadrée.

Le désengagement de l’État et la volonté des autres acteurs institutionnels de réduire les coûts de fonctionnement liés à la gestion et à l’entretien du parc ne doivent pas augurer un abandon progressif du site à des acteurs privés. La privatisation n’est pas une option. Les usagers et les associations de défense et de promotion du patrimoine
naturel du parc de la Poudrerie (APFP, CORIF…) doivent être pleinement impliqués dans la définition et le choix des grands principes qui conduiront demain à la future gestion du parc ainsi qu’à la création de nouvelles activités par des opérateurs privés.

Le projet d’avenir du parc de la Poudrerie ainsi que son protocole de mise en oeuvre doivent comprendre une dimension sociale, à travers les centres de loisirs et les activités d’été.

Le parc de la Poudrerie est également un lieu de programmation et de diffusion culturelle, ainsi qu’un formidable outil pédagogique en matière de sensibilisation aux enjeux de développement durable. Il doit le rester.