Accueil » ActualitĂ©s

Elections régionales : la clarification est urgente!

5 octobre 2009 3 163 vues Un commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

ENTRETIEN AVEC FRANCOIS ASENSI

Le PCF, le Parti de Gauche et la Gauche Unitaire ont fait part de leur volontĂ© d’« Ă©largir et enraciner le Front de Gauche dans la durĂ©e ». Approuvez-vous cette position ?

François Asensi : Cette orientation est la seule possible. Elle s’inscrit dans le nĂ©cessaire rassemblement d’une gauche de transformation sociale et Ă©cologique autonome du Parti socialiste. La dynamique qui se crĂ©e offrirait la possibilitĂ© de soustraire le peuple de gauche Ă  l’hĂ©gĂ©monie des politiques d’accompagnement du capitalisme.

Le Front de gauche peut-il s’affirmer comme la premiùre force à gauche ?

F.A. : Oui, mais pas Ă  n’importe quelle condition. Les formations du Front de Gauche dĂ©clarent qu’une «vĂ©ritable proposition de gauche ayant vocation Ă  construire des majoritĂ©s d’alternative » doit se mettre en place, mais cette vocation majoritaire ne peut pas se rĂ©duire Ă  un accord de sommet entre trois formations Ă  l’influence rĂ©duite. Si un tel choix se dessinait, nous assisterions Ă  terme Ă  la marginalisation de notre projet et dĂ©cevrions une nouvelle fois les attentes des citoyens de gauche.
La vocation majoritaire de ce rassemblement doit essentiellement se construire autour d’un projet politique, un projet qui dĂ©passe les frontiĂšres partidaires.

Jusqu’oĂč doit s’élargir le Front de Gauche ?

F.A. : Cette construction doit s’adresser Ă  tous ceux qui croient que notre sociĂ©tĂ© en crise a plus que jamais besoin d’une profonde transformation sociale et Ă©cologique. Cela signifie que le Front de Gauche doit susciter une adhĂ©sion populaire, rechercher la convergence des citoyens, des formations politiques, et du mouvement social. Sans cette large assise, les initiateurs du Front de Gauche crĂ©eraient l’alliance Ă©triquĂ©e d’une petite gauche, ce qu’ils reprochaient Ă  tort Ă  la gauche antilibĂ©rale en 2007.

Vous Ă©voquiez l’idĂ©e d’un rassemblement autonome, cela signifie que le Front de Gauche devrait rompre avec le PS ?

F.A. : Une rupture forte, radicale, doit s’opĂ©rer non pas avec les militants socialistes ou leur organisation, mais avec le projet d’accompagnement du capitalisme. C’est cette orientation qu’a entĂ©rinĂ© le Parti socialiste dans sa dĂ©claration de principes du 14 juin 2008, quelques mois seulement avant le dĂ©clenchement d’une crise systĂ©mique du capitalisme. Ce choix est rĂ©vĂ©lateur d’une adhĂ©sion Ă  l’hypothĂšse d’une fin de l’Histoire et d’un capitalisme prĂ©tendument indĂ©passable.

L’Europe semble s’ancrer durablement à droite, comment renverser cette tendance ?

F.A. : La sociale dĂ©mocratie est en crise sur tout le continent europĂ©en, c’est incontestable. Elle paie ses alliances avec la droite et son Ă©loignement des classes populaires. En un mot, elle pĂątit de son renoncement Ă  l’idĂ©al d’émancipation humaine.
En Allemagne, la dĂ©faite du SPD symbolise la fin de cycle de l’option social-dĂ©mocrate, et dans le mĂȘme temps, la forte poussĂ©e de Die Linke nous montre qu’une autre gauche est possible.

La campagne des rĂ©gionales dĂ©bute, quelle peut-ĂȘtre la place d’un rassemblement de la gauche de transformation sociale dans ces Ă©lections ?

F.A. : La convergence des forces de la gauche citoyenne et Ă©cologiste doit adopter une position claire, identique sur tout le territoire et valable pour l’ensemble des Ă©lections. Il faut arrĂȘter les alliances Ă  la carte mortifĂšres qui nous Ă©loignent des citoyens.
En rĂ©gion Ile-de-France, nous devons pousser jusqu’au bout l’objectif d’un Front Ă  vocation majoritaire rassemblant toutes les forces de gauche. Que cela soit dit clairement : le Front de Gauche doit prĂ©tendre et rendre lisible auprĂšs de l’opinion sa volontĂ© d’occuper la plus haute responsabilitĂ© Ă  la RĂ©gion, c’est-Ă -dire la PrĂ©sidence de l’Ile-de-France.
Dans le contexte politique et social actuel, il n’est pas pensable que notre prĂ©sence aux rĂ©gionales se rĂ©duise Ă  un simple affichage visant Ă  renforcer Ă  la marge notre influence dans un exĂ©cutif rĂ©gional socialiste.

Les candidats franciliens des principaux partis sont connus, quelle personnalité pourrait incarner ce pÎle de transformation sociale pour les régionales en Ile-de-France ?

F.A. : Le DĂ©putĂ© Patrick Braouezec s’est dĂ©clarĂ© disponible pour porter ce projet, je crois qu’il lui revient d’occuper la tĂȘte de liste et le leadership d’un Front de Gauche Ă  vocation majoritaire.
Sa grande connaissance du terrain, pour avoir Ă©tĂ© Ă©lu maire d’une grande ville populaire du nord parisien, Saint-Denis, est un atout considĂ©rable. PrĂ©sident de la plus grande communautĂ© d’agglomĂ©ration d’Ile-de-France, Plaine Commune, son investissement et son avis pertinent sur les grands dossiers de l’agglomĂ©ration sont reconnus de tous. Enfin, Patrick Braouezec dĂ©fend avec conviction et gĂ©nĂ©rositĂ© la vision d’une mĂ©tropole parisienne plus solidaire.
Je crois que ces atouts et sa capacitĂ© Ă  fĂ©dĂ©rer font de lui le candidat naturel de la liste du Front de Gauche pour l’Ile-de-France. Se priver de la candidature d’un Ă©lu respectĂ© et populaire rĂ©duirait considĂ©rablement les chances du rassemblement que nous appelons de nos vƓux.

Propos recueillis par J-M.V.

1 commentaire »

  • RM a écrit :

    Bonjour,

    Que pensez-vous de cet appel national Ă  l’unitĂ© de la gauche radicale?

    Allons ensemble aux régionales !

    http://www.ripostonsensemblemaintenant.fr

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>