Accueil » ActualitĂ©s, Interventions en sĂ©ances Ă  l'AssemblĂ©e Nationale, Services publics

Question au Premier ministre sur La Poste : "acceptez le message des français"

6 octobre 2009 2 311 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer Ă  un ami Envoyer Ă  un ami

Lors de la sĂ©ance des questions au Gouvernement du mardi 6 octobre, je me suis adressĂ© au Premier ministre pour exiger la tenue immĂ©diate d’un rĂ©fĂ©rendum officiel sur la question du service public postal.

Plus de 2 millions de français et prĂšs de 70 000 sĂ©quano-dyonisien se sont mobilisĂ©s pour refuser Ă  une large majoritĂ© le projet de privatisation de La Poste. Leur message doit ĂȘtre entendu par le Gouvernement, qui pour l’instant ne le traite que par le mĂ©pris.

Je vous propose de retrouver le texte de mon intervention :

« Monsieur le Premier ministre,

La votation citoyenne sur la privatisation de La Poste a rencontré un succÚs au-delà de toutes les espérances, avec plus de 2 millions de votants.

Dans les villes, les campagnes, des citoyens de toute sensibilité politique se sont mobilisés pour la défense du service public postal. Ils ne méritent pas le mépris exprimés par certains membres de la majorité.

Les Français ne vous croient plus. Ils ont bien compris qu’Ă  chaque fois le mĂȘme mode opĂ©ratoire, le passage Ă  un statut de droit privĂ©, conduisait inĂ©luctablement Ă  la privatisation. Ils se souviennent des engagements non tenus sur France TĂ©lĂ©com, sur Gaz de France.

Les Français refusent ces privatisations car ils en mesurent les dĂ©gĂąts : dĂ©gradation du service Ă  l’usager, licenciements, hausse des prix, inĂ©galitĂ©s entre les territoires.

Le seul objectif est la hausse du capital de La Poste est de conquĂ©rir de nouvelles parts de marchĂ© Ă  l’international et accroitre les dividendes versĂ©s aux actionnaires.

Alors que toutes les lois d’application de la derniĂšre rĂ©forme constitutionnelle ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©es, le rĂ©fĂ©rendum d’initiative citoyenne n’est toujours pas Ă  l’ordre du jour. Aucune complexitĂ© technique ni aucun hasard du calendrier ne le justifie. Craignez-vous l’avis des Français?

Cette rĂ©forme, bien qu’imparfaite, doit venir devant le Parlement sans dĂ©lai, et la loi postale doit ĂȘtre retirĂ©e!

A dĂ©faut, Monsieur le Premier ministre, et sans attendre, je vous demande au nom des dĂ©putĂ©s communistes, rĂ©publicains, du Parti de gauche d’organiser un rĂ©fĂ©rendum sur le service public de La Poste sur la base de l’article 11, comme la Constitution vous y autorise. »

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>