Accueil » Actualit√©s, Initiatives citoyennes

20ème anniversaire de la chute du mur de Berlin : comprendre l'évènement

16 novembre 2009 2 465 vues Aucun commentaire Imprimer Imprimer Envoyer √† un ami Envoyer √† un ami

J’ai pr√©sid√© le samedi 21 novembre dernier le colloque « Lendemain de chute, comprendre l’√©v√®nement », organis√© par la Fondation Gabriel P√©ri et le mensuel Regards autour de la chute du Mur de Berlin en 1989.

Loin de la d√©ferlante m√©diatique et politique ayant entour√© l’anniversaire de cet √©v√®nement historique, les intervenants nous ont permis d’analyser cette question en lien avec l’histoire du XX√®me si√®cle, de la fin de la¬†Guerre Froide et¬†ses r√©percussions sur¬†l’id√©e communiste.

Je vous propose de retrouver ici mon propos introductif :

« Chers amis bonjour,

Je vous remercie d’√™tre pr√©sent aujourd’hui pour participer √† ce colloque consacr√© aux lendemains de la chute du Mur de Berlin, et je f√©licite la Fondation Gabriel P√©ri et le mensuel Regards d’en √™tre √† l’origine.

Le regain d’int√©r√™t autour du vingti√®me anniversaire de la chute du mur de Berlin m’inspire des sentiments partag√©s, certainement influenc√©s par la proximit√© id√©ologique et affective que j’entretiens avec l’id√©e communiste.

Le premier sentiment qui domine est sans conteste la satisfaction.

La satisfaction que cette sombre page de la Guerre froide soit tourn√©e. Durant plusieurs d√©cennies, des familles allemandes se trouv√®rent √©cartel√©es par un affrontement bipolaire qui n’avait pas h√©sit√© √† disloquer l’Allemagne et l’Europe. Je me rappelle avec √©motion du soulagement ressenti devant cette r√©conciliation allemande obtenue sans payer le prix du sang. Je me rappelle aussi de l’espoir d’une √®re pacifi√©e qui s’ouvrait devant nous.

Je me r√©jouis √©galement que ce 20√®me anniversaire soit une occasion unique pour rapprocher cet √©v√©nement majeur des jeunes g√©n√©rations qui n’en per√ßoivent peut-√™tre pas toute la signification.

Car apr√®s 20 ans, la m√©moire c√®de la place √† l’Histoire et son exigence de v√©rit√© sur cette page passionnelle et conflictuelle.

Plus que la seule fin du communisme, la chute du Mur a marqu√© l’ach√®vement de toute une s√©quence historique ouverte en 1870. Une s√©quence travers√©e par le conflit de 1914 et l’expansion coloniale, autant dire par les logiques guerri√®res dont sont porteurs les pays capitalistes cherchant √† ouvrir de nouveaux march√©s, comme les nu√©es sont porteurs d’orage.
N’oublions donc pas la responsabilit√© consid√©rable des puissances imp√©rialistes dans le d√©clenchement de l’affrontement bipolaire entre l’Est et l’Ouest. Le Mur de Berlin n’a pas √©t√© enfant√© par le seul r√©gime sovi√©tique, il est n√© sur les d√©combres de la seconde guerre mondiale et de ses rapports de force.

Le Pr√©sident Kennedy ne s’√©tait-il pas satisfait de la construction de ce mur de Berlin, consolidant un √©quilibre de la terreur au m√©pris des peuples ?

***

Le second sentiment qui m’anime, et qui anime sans doute bon nombre d’entre vous, est une certaine amertume devant la perte de sens de cet anniversaire et son d√©tournement.

L’amertume de constater, avec 20 ans de recul, que le monde qui naissait en 1989 n’√©tait pas un monde de libert√© et de paix, mais l’av√®nement d’un capitalisme triomphant et sauvage qui a depuis d√©mantel√© les syst√®mes de solidarit√© sociale, aggrav√© la pauvret√© et les in√©galit√©s dans le monde.

Quant aux promesses de paix, elles se sont √©vanouies. Sous les d√©chirements fratricides des Balkans. Sous l’aggravation des conflits arm√©s dans les pays du Sud, avec la complicit√© de pays occidentaux. La fin de la Guerre froide a ainsi fait place √† un monde violent et instable.

L’amertume de constater √©galement que l’espoir de reconstruction d’un communisme √† visage humain, pr√©sent en 1989, a √©t√© enterr√©e. Car la face du sovi√©tisme, celle d’un r√©gime rong√© par le conservatisme et troquant son id√©al d’√©mancipation humaine pour une trag√©die totalitaire a perdur√© si longtemps que l’id√©e m√™me de communisme s’en est trouv√©e durablement discr√©dit√©e. En ce sens, ce communisme politique est bel et bien mort. Il est regrettable que les dirigeants du Parti communiste fran√ßais de l‚Äô√©poque n‚Äôaient pas √©cout√©s ceux qui, lucides, les incitaient √† changer de cap, √† abandonner anath√®mes et exclusions. Une capacit√© d‚Äô√©coute qui est de nos jours encore trop faible.

L’amertume enfin de voir les souffrances et les espoirs de 1989 raval√©s au rang de comm√©moration folklorique. Les chefs d’Etats et les tenants du capitalisme c√©l√®brent en grande pompe cet anniversaire pour mieux d√©tourner l’attention du peuple.
Quel autre sens donner √† la c√©l√©bration par le couple franco-allemand d’une Europe r√©concili√©e ?
Quel autre sens donner au rassemblement organis√© par le gouvernement √† la Concorde, le 9 novembre, et sponsoris√© par les multinationales Areva, Suez, Total, peu connus pour leur attachement aux droits de l’homme?
Alors qu‚Äôen coulisses, l’Union europ√©enne choisit ses dirigeants et ses Trait√©s sans les citoyens, alors que le capitalisme se rach√®te une virginit√© en s’emparant de l’√©tendard de la libert√©.

Ne voyez en cette amertume nulle expression de nostalgie ou de d√©mobilisation, mais au contraire la conscience des enjeux qui nous embrassent et que nous n’avons depuis lors pas r√©ussi √† relever. Le relief donn√© √† la c√©l√©bration de la chute du Mur de Berlin dans nos soci√©t√©s est aussi, je le crois, l’aveu de faiblesse d’un syst√®me capitaliste qui a perdu son meilleur ennemi. Un syst√®me dont les √©checs ne peuvent aujourd’hui plus √™tre masqu√©s. Un syst√®me en perte de rep√®res. Comment analyser autrement l‚Äôaccord sign√© entre l‚ÄôUMP et le Parti communiste chinois ?

Pour autant, je n’ai jamais √©t√©, comme vous le savez, de ceux qui croient √† l’av√®nement d’une fin de l’Histoire. Des clivages id√©ologiques fondamentaux subsistent quant aux relations entre les Nations ou sur la question de la r√©partition de la richesse. De nouveaux se forment, notamment autour de la question environnementale.

Je souhaite que le colloque qui nous r√©unit soit l’occasion de penser cet avenir en oeuvrant √† une meilleure compr√©hension de notre pass√©.

Je vous remercie. »

Laissez votre réponse !

Ajoutez votre commentaire si dessous, ou le trackback de votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonner aux commentaires via RSS.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>