Trafics de drogue : Ces situations que l’on rencontre dans des centaines de quartiers en France révèlent l’impuissance et le désengagement de l’État dans ses missions régaliennes malgré un discours sécuritaire

30 mars 2010 3 Par Francois Asensi
Partager sur

Le reportage de la nouvelle émission « Haute définition » intitulé « Mon voisin est un dealer » tourné à Tremblay-en-France montre une réalité sur le trafic de drogue que la municipalité, la population de Tremblay dénoncent depuis de nombreuses années. On peut cependant s’interroger sur les conditions de ce reportage et les contreparties qu’a pu offrir TF1 aux trafiquants interviewés.

Ces trafics portent atteinte à la liberté d’aller et venir des habitants, leurs vies mêmes sont contrôlées. Elles représentent une pression physique et morale insupportable à des populations qui subissent de plein fouet la crise économique et sociale.

J’ai alerté à plusieurs reprises l’État sur ces situations. Il y a deux ans, j’ai tenu à montrer ces lieux de non-droit à M. Balland, préfet de l’époque en Seine-Saint-Denis. Récemment encore, j’ai désigné nommément, à l’occasion d’une réunion publique contre la violence, les lieux de la ville où se déroulent ces exactions.

Ces situations que l’on rencontre dans des centaines de quartiers en France révèlent l’impuissance et le désengagement de l’État dans ses missions régaliennes malgré un discours sécuritaire comme son incapacité à apporter les réponses sociales qu’exigent les quartiers en difficulté.

Absence également de l’État qui a refusé l’aide de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) aux Tremblaysiens. Avec ses 3000 logements, cet ensemble d’habitat social est le plus vaste de Seine-Saint-Denis. Voilà des éléments que le reportage se garde bien de mettre en lumière.

Dans ce contexte, je félicite les policiers du commissariat de Villepinte qui ont, ce jour, réussi une opération de grande envergure, dans un de ces lieux de trafic. Les Tremblaysiens ont droit à tous les services publics, y compris à ceux de la police et de la justice.

Je suis étonné qu’un individu qui se présente et se comporte comme un chef mafieux et reconnaît être armé puisse s’exprimer impunément sur une grande chaîne de télévision. Après cette exhibition indécente, j’attends de la police et de la justice qu’il soit activement recherché et poursuivi, ainsi que ses complices et tous ceux qui prospèrent sur le trafic de drogue en terrorisant les habitants.

En conclusion, Tremblay-en-France c’est aussi une autre réalité que celle que TF1 a montré ce soir dans une émission racoleuse. Nos activités sportives et d’éducation valent elles-aussi un éclairage de la part d’une télévision d’information. Les activités culturelles, la promotion de la danse contemporaine qui lui vaut d’être reconnu Territoire de la danse, les nombreuses réussites du théâtre Aragon, le festival du cinéma italien « Terra di Cinema » qui se déroule en ce moment même au cinéma Jacques Tati, comme les activités du conservatoire de musique, ou encore le festival « Le Chapiteau Bleu » qui met à l’honneur les arts du cirque, nous placent à l’avant-garde de la culture. Nos dispositifs d’accompagnement, vis-à-vis des jeunes, mais aussi des adultes, notre politique urbaine ambitieuse, toutes ces actions de la commune et de ses habitants, de ses associations gagneraient aussi à être mises en valeur par les media nationaux.


Partager sur