Non aux numéros surtaxés dans les services publics

22 août 2007 0 Par Francois Asensi
Partager sur

François ASENSI souhaite attirer l’attention de Monsieur le Ministre du Budget sur la multiplication des numéros surtaxés dans le secteur public…

Ces numéros depuis quelque temps tendent à se développer dans tout le secteur des services : banques, assurances, mutuelles, etc. Quelques uns d’entre eux sont taxés forfaitairement à l’appel, d’autres plus nombreux sont taxés au temps, certains d’entre eux combinent même les deux formules, appel et temps. Ils sont, pour la plupart d’entre eux taxés entre 0,12 et 0,34 centimes la minute, parfois plus.

Ils supposent souvent un certains temps d’appel puisque les numéros à choix multiples ont pour but à peine dissimulé de faire durer les communications. En outre, les revenus générés par ces communications surtaxées se répartissent entre les prestataires de ces services et les bénéficiaires au détriment du consommateur.

Aujourd’hui, la mise en place des numéros surtaxés et de répondeurs à choix multiple se développe même dans le secteur public (administration, sécurité sociale, retraite) toujours au détriment de l’usager. Ce qui est déjà très contestable dans le secteur des services apparaît totalement incompatible avec les missions dévolues au service public.

Des lois de 1978 et 1979 encadrent l’accès à l’information administrative et le rôle d’une administration au service du public n’est pas de dissuader d’avoir accès à elle.

François Asensi demande au Ministre si le fait de faire payer l’usager pour avoir accès à l’administration est conforme avec sa philosophie de service public. Il souhaite savoir quelles sont éventuellement ses propositions pour mettre un terme à la dérive des numéros surtaxés dans le secteur public.


Partager sur