« 0 810 »… l'Etat aux abonnés absents !

7 janvier 2008 2 Par Francois Asensi
Partager sur

« Il faut privatiser pour rendre les services publics plus proche des gens »… Voilà ce que la soi-disant modernité capitaliste nous assène en permanence.

Qui a donc essayé de prendre contact avec les anciens services publics privatisés pour un renseignement ou une question connaît pourtant la réalité de cette « proximité » !

Plus d’agences près de chez soi, plus d’agents que l’on connaît, les entreprises comme EDF et GDF n’ont désormais pour seule visage que leur « 0 810 », anonyme et distant. Il est devenu impossible d’avoir le même interlocuteur et impossible de joindre un responsable. Alors que l’on nous ventait la performance et la transparence, la privatisation a rendu plus obscure et opaque la relation au public, devenu « clients ».

Qu’avons-nous gagné à la privatisation ? Rien en termes de services, mais rien non plus en termes de tarif ! Rappelons la hausse des tarifs du gaz de 4 % au premier janvier dernier.

L’Etat, devenu actionnaire, répond désormais au logique de tous les actionnaires : il s’enrichit, en faisant fermer des agences et en laissant augmenter les tarifs.

Est-ce que, par la productivité et la rentabilité, l’Etat répond à sa mission première, défendre l’intérêt général ? Comme plein d’autres, l’expérience « 0 810 » nous démontre tout le contraire !


Partager sur