François Asensi intervient à l'Assemblée Nationale pour Sevran

21 mai 2008 0 Par Francois Asensi
Partager sur

Mardi 20 mai, à l’Assemblée nationale, le député François Asensi a interpellé la Ministre de l’intérieur sur le bilan de l’opération anti-drogue aux Beaudottes, le 23 avril dernier. Il a obtenu la création prochaine d’une Unité Territoriale de Quartier.

Au cours de son intervention en séance, François Asensi a mis en cause l’impréparation et le manque de discrétion qui ont conduit au fiasco connu par cette opération.

Il a regretté le cynisme du gouvernement qui demande aux Sevranais de payer pour avoir son commissariat de plein exercice.

Il a demandé à ce que le gouvernement entende enfin la souffrance et l’humiliation des habitants de Sevran qui n’en peuvent plus de subir la loi des réseaux mafieux. Il a réclamé que l’Etat assume enfin ses missions régaliennes, la tranquillité publique n’étant pas un luxe réservée à certains territoires.

A la suite de son intervention, Madame la Ministre de l’Intérieur s’est engagé à la création prochaine d’une Unité Territoriale de Quartier pour Sevran, qui jusque là était écarté du dispositif.

Voici l’intervention de François Asensi à l’attention de la Ministre de l’Intérieur, Madame Michèle Alliot-Marie:

 » Quel bilan faites vous de l’opération de police réalisée dans la cité des Beaudottes, à Sevran, le 23 avril dernier? Au vu des résultats, on peut parler de fiasco total.

Pouvez-vous indiquer le rôle joué par le renseignement et la coordination de vos services avec la justice dans cette intervention?

Le flagrant délit recherché n’a été qu’une farce grossière. Les 350 policiers avec leurs véhicules stationnés avant le déclenchement de l’opération à 18 heures, sur un parking public ne prêtaient guère à la discrétion.

Dans cette ville de ma circonscription, les habitants de plusieurs quartiers vivent en permanence dans l’angoisse, les humiliations quand ce n’est pas la terreur organisée par les trafiquants. Sevran n’est pas un cas isolé en Ile-de-France.

L’affichage sécuritaire proclamé par le Président et le gouvernement ne masque plus votre échec dans la lutte contre les réseaux mafieux.

Quant à la réponse sociale et urbaine attendue par ces territoires défavorisés et abandonnés par un Etat qui n’assume pas ses missions régaliennes, elle est tout simplement ignorée.

Sevran, ville pauvre parmi les villes pauvres, n’a pas le droit d’avoir sa gare des Beaudottes souterraine et anxiogène restructurée, alors que 60% des délits observées sur la ligne B du RER le sont dans cette gare.

Et comble du cynisme, vos services réclament à cette commune l’argent d’un immeuble de police qui lui a été offert, par la ville, pour un franc symbolique, il y a 20 ans. Ce serait, paraît-il, la condition exigée pour la construction du futur commissariat dans cette ville.

Vous avez dit justice. Nous sommes en pleine iniquité.

Les citoyens sont las de voir que l’Etat n’assure pas les missions de la République.

sevransolidarité


Partager sur