Le droit de vote pour les résidents étrangers: un impératif!

28 mai 2008 0 Par Francois Asensi
Partager sur

De nombreuses personnes étrangères vivent en France depuis des décennies, et sont parfaitement intégrées à notre société. Elles participent à la richesse culturelle, économique et sociale de notre pays. Pourtant, on leur refuse un droit fondamental: le droit de vote.

Depuis 1998, les citoyens européens disposent de ce droit pour les élections locales. C’est une évolution démocratique dont je me réjouis. Mais comment justifier qu’un espagnol récemment arrivé en France puisse bénéficier du droit de vote, et non un algérien installé depuis 30 ans dans notre pays ?

Reniant ses déclarations du 24 avril dernier, le Président de la République a refusé d’inscrire cette mesure dans la réforme des institutions, actuellement discutée à l’Assemblée nationale. Comme pour le droit de vote des femmes, serons nous parmi les derniers de la classe? Rappelons que la plupart des pays européens ont accordé le droit de vote aux résidents étrangers, parfois depuis les années 1960.

La semaine dernière, j’ai cosigné un amendement instaurant le droit de vote des étrangers dans la réforme constitutionnelle, afin de placer le Gouvernement devant ses responsabilités.

En opposant son veto, la majorité a manqué de courage et a affiché le mépris dans lequel elle tient des millions de nos concitoyens. S’il s’abstenait ou votait en faveur de cette réforme constitutionnelle, le Parti socialiste montrerait également le peu d’intérêt qu’il porte à cette question essentielle.


Partager sur