Turquie : la répression contre le peuple Kurde doit cesser !

21 janvier 2016 0 Par Francois Asensi
Partager sur

Alors que la répression à l’encontre du peuple Kurde s’aggrave de jour en jour en Turquie, le silence complice de la France doit cesser !

 

Retrouvez l’intervention que j’ai adressé au ministre des Affaires étrangères :

 

« Monsieur le Ministre,

 

Je me permets d’attirer votre attention sur la situation intolérable dans laquelle se trouve la minorité kurde de Turquie. Le gouvernement turc, faisant fi de toutes les conventions internationales, a lancé une grande opération militaire destinée à reprendre le contrôle de plusieurs villes à majorité kurde, ne se souciant nullement du sort des populations civiles.

Selon les chiffres de la Fondation des droits de l’homme en Turquie, depuis le mois d’août 2015, 58 couvre-feux ont été décrétés dans 7 villes et 19 districts du sud-est. Ces opérations, mobilisant près de 10.000 membres des forces de sécurité sur le terrain, ont conduit à créer une catastrophe humanitaire de grande ampleur sur ces territoires. Au moins 160 civils y ont trouvé la mort, pendant que pour les survivants, les conditions de vie se dégradaient dans des villes bouclées par l’armée turque. Ces privations ont conduit près de 200.000 Kurdes à fuir les zones de combats, craignant pour leur vie et celle de leurs proches. Dans la ville de Silopi, enfin ouverte aux journalistes après 36 jours de couvre-feu, les murs des maisons criblées de balles sont là pour remémorer de la dureté des combats endurés par la population civile.

Cette opération armée bafoue les droits de l’homme et tous les principes démocratiques. L’Union Européenne, en pleine négociation avec la Turquie sur la question du contrôle aux frontières des réfugiés syriens, ferme les yeux sur les exactions en échange de l’aide du gouvernement d’Ankara. La France doit mettre fin à ce jeu trouble et dangereux, en rappelant à la Turquie ses engagements internationaux. La France ne doit pas attendre le retour des Renault Toros blanches et de « l’Etat profond », ces escadrons de la mort des années 1990 brandis comme menace envers le peuple kurde par le premier ministre Ahmet Davutoglu, pour appeler la Turquie à la raison.

Dans l’attente de votre intervention, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’assurance de mes respectueuses salutations ».


Partager sur