Avenir du parc de la Poudrerie : François Asensi demande des garanties à la ministre de l’Écologie

26 avril 2016 0 Par Francois Asensi
Partager sur

François Asensi a interrogé le gouvernement mardi dernier à l’Assemblée nationale sur les menaces pesant sur le parc de la Poudrerie, propriété du ministère de l’Écologie et de la Défense, dont la convention de gestion liant l’État, la région Ile-de-France et le Conseil départemental arrive à terme fin 2016.

Le député a demandé à l’État d’apporter des garanties financières en matière d’entretien et de rénovation des bâtiments, garanties indispensables pour le renouvellement de la convention et le maintien de l’ouverture de ce parc au public.

François Asensi regrette que la secrétaire d’État à la biodiversité n’ait pris aucun engagement clair. Cette absence de mobilisation de l’État est extrêmement préoccupante et nourrit les craintes les plus vives quant à l’avenir du Parc de la Poudrerie.

La Seine-Saint-Denis dispose de deux fois moins d’espaces verts que Paris ou les Hauts de Seine. Est-ce à dire que ses habitants ont moins le droit que d’autres à un environnement agréable et une vie digne ?

Pourtant, le droit à un environnement naturel, sain et équilibré est un droit humain garanti par la constitution et sa Charte de l’environnement. Dans un territoire abritant une population modeste et 14 quartiers prioritaires, ce parc représente un patrimoine commun qui a vu grandir des générations d’enfants. Fermer cet écrin de verdure au public serait impensable. Les habitants de la Seine-Saint-Denis ont droit à l’égalité !

Le député François Asensi poursuivra la mobilisation avec tous les acteurs du Parc pour que l’État assume ses responsabilités et s’engage pour la sauvegarde de ce patrimoine vert d’exception à rayonnement métropolitain.

Retrouvez ci dessous son intervention :


Partager sur