SOUTIEN AU PERSONNEL DE L’HÔPITAL ROBERT BALLANGER

26 juin 2017 0 Par Francois Asensi
Partager sur

Je suis atterré par les actes de violences qui ont eu lieu aux urgences de l’hôpital Robert Ballanger dans la nuit de samedi à dimanche. J’exprime tout mon soutien aux trois personnes blessées, à leur famille ainsi qu’au personnel hospitalier des urgences qui a réagi avec un professionnalisme exemplaire.

Une prise en charge psychologique a été mise en place pour accompagner les victimes et l’équipe de nuit des urgences. Je m’en félicite et adresse toute mon soutien à la direction de l’établissement dans cette épreuve.

Ces incidents à répétition remettent en cause la sécurité des patients et du personnel hospitalier qui connait déjà des conditions de travail difficiles dans un contexte d’austérité toujours plus prégnant.

Il est nécessaire d’obtenir des moyens supplémentaires pour la sécurisation de l’hôpital Robert Ballanger et la fermeture du site comme le préconise la direction, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) et les organisations syndicales. La réduction des dépenses de santé ne peut se faire au détriment de la prise en charge des patients et de l’intégrité du personnel hospitalier.

L’État, le ministère de tutelle et l’Agence régionale de santé ont le devoir d’assurer des conditions de travail décentes au personnel de l’hôpital pour assurer sa mission de service public. Un audit doit être mené dans les plus brefs délais pour définir les mesures nécessaires à prendre pour assurer le bon fonctionnement de ce service public essentiel à la population, en particulier sur notre territoire, davantage touché qu’ailleurs par les inégalités de santé et la décroissance de la médecine de ville.

J’interviendrais dans les plus brefs délais auprès de la ministre de la santé pour demander des moyens supplémentaires pour assurer la sécurisation de l’hôpital Robert Ballanger.


Partager sur