La Catalogne : l’indépendance dans le chaos

28 octobre 2017 0 Par Francois Asensi
Partager sur

 

Les jusqu’au-boutistes des deux camps ont choisi la politique du pire.

En appliquant l’article 155, l’ultra libéral Rajoy a démontré son aversion pour la démocratie et sa fuite en avant voulu pour imposer aux catalans – mais pas seulement – à tous les espagnols une société qui exclut, appauvrit, au seul bénéfice des riches.

Je ne changerai rien de mes deux précédents propos, dont un article paru dans l’Humanité.

La violente répression du 1er octobre a révélé s’il le fallait la filiation franquiste du parti populaire.

Quant aux indépendantistes, campés sur leurs positions ultras et leur nationalisme déraisonné, ils ont fait litière des solidarités et des convergences avec les autres peuples d’Espagne. Ils se sont isolés. Ne fallait-il pas qu’ensemble, tous exigent une société nouvelle qui émancipe et respecte les diversités dans l’unité de l’Espagne. Je le redis, seule une république fédérale peut accomplir ce dessin.

Aujourd’hui le pire est à craindre. Le repli identitaire des uns nourrit le repli identitaire des autres. Je reste convaincu que ce nationalisme est un poison pour les progressistes et les révolutionnaires.

Je n’ai pas ici de prêt-à-porter pour donner des solutions ou faire la leçon vu la complexité de la situation, mais je reste convaincu que le retour à la confiance, à la fraternité de tous les peuples d’Espagne sont indispensables pour s’écarter de l’autoritarisme de Rajoy et du chauvinisme de Puigdemont.


Partager sur