OCTOBRE 1917

7 novembre 2017 0 Par Francois Asensi
Partager sur

Dans la nuit du 6 au 7 novembre s’engageait la Révolution d’Octobre en Russie, avec la prise du Palais d’Hiver à Petrograd, siège du gouvernement russe.

Cette Révolution met fin à la succession des gouvernements issus de la Révolution de février 1917, qui furent globalement incapables de répondre aux aspirations qu’elle avait soulevées chez les paysans et les ouvriers, notamment en raison de la poursuite de la Guerre.

La première mesure prise par les Bolchéviques fut donc la Paix immédiate. Les pertes étaient effroyables dans l’armée, l’offensive Kerenski avait été un lourd échec, et c’était la jeunesse paysanne et ouvrière qui disparaissait massivement dans les tranchées.

Le nouveau gouvernement mit alors en place des mesures sociales et sociétales d’émancipation fortes, conformes à leur programme : « La Paix immédiate, la Terre aux paysans, le pouvoir aux soviets » : la journée de 8 heures, qui était la principale revendication des ouvriers ; une revalorisation des salaires ; les nationalisations des grandes industries ; un contrôle ouvrier sur la production. Pour les paysans, qui représentaient alors l’immense majorité de la population : le démantèlement des grandes propriétés foncières et l’exploitation collective de la terre en transférant la gestion à des comités locaux. Cette mesure d’abolition de la propriété privée n’est en fait que la réalisation de ce qui était déjà appliqué par les paysans eux-mêmes depuis l’été 1917.

Les bolchéviques menèrent un plan décisif pour l’éducation de la population : l’apprentissage de l’écriture et de la lecture devint obligatoire pour tous, alors que 3 russes sur 4 ne savaient ni lire ni écrire sous le Tsar. Des milliers de clubs de lecture furent institués partout en Russie. On demanda aux personnes cultivées d’instruire les analphabètes. Empêcher quelqu’un de se rendre à un cours de lecture et d’écriture devenait un crime. Les milieux culturels et avant-gardistes furent mobilisés dans cet effort d’éducation des masses.

L’égalité entre les hommes et les femmes fut proclamée, l’égalité totale des droits entre époux dans le mariage, qui devient civil, et dans le divorce. Le droit de vote aux femmes accordé.

Avec ce petit éventail non-exhaustif de mesures immédiates, on comprend pourquoi la Révolution d’Octobre a été un immense espoir pour les classes populaires dans le monde. La confondre avec les crimes staliniens est évidemment une manœuvre idéologique qui vise à discréditer et tuer tout espoir d’émancipation humaine et de transformation sociale aujourd’hui, au même titre que les tentatives de liquider tout l’héritage de la Révolution française dans notre pays.


Partager sur